Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Villepin et Bourgi m’ont demandé de financer la campagne de Chirac en 2002 » (Gbagbo)

par APA 23 Juin 2014, 12:40 Côte d'Ivoire France Françafrique Laurent Gbagbo Villepin Chirac Bourgi Financement campagne présidentielle française

« Villepin et Bourgi m’ont demandé de financer la campagne de Chirac en 2002 » (Gbagbo)
« Villepin et Bourgi m’ont demandé de financer la campagne de Chirac en 2002 » (Gbagbo)
APA

Dans le livre "Pour la vérité et la justice" co-signé avec le journaliste français François Mattei, à paraître le 26 juin prochain, l'ex-chef d'Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, affirme que l'ancien ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, et l'avocat franco-Libanais Robert Bourgi, lui ont "demandé de financer la campagne électorale » de Jacques Chirac.

Dans l'ouvrage réalisé avec François Mattei, ancien directeur de la rédaction de France-Soir, et dont de larges extraits ont été transmis à APA, vendredi, Laurent Gbagbo raconte comment, en 2001, Dominique de Villepin et Robert Bourgi l'ont démarché pour « contribuer financièrement » à la campagne de Jacques Chirac, alors candidat à sa propre succession à la présidentielle française de 2002.

« Il m'a raconté́ avoir été fortement sollicité par Villepin et Bourgi en 2001 pour financer la campagne électorale de Jacques Chirac lors des électionsprésidentielles de 2002 », écrit François Mattei dans un chapitre consacré aux dossiers noirs des relations françafricaines.

Le journaliste français rapporte, également, dans l'ouvrage que Laurent Gbagbo avait une idée des « protagonistes du coup d'Etat de la Mercedes noire qui s'étaient refugiés au Burkina et capables de faire une tentative à tout moment » s'ils se savaient soutenus par des « intérêts puissants ».

François Mattei souligne les difficultés à dire « non » aux représentants des « Autoritésfrançaises lorsque ceux-ci sont militairement les patrons sur le terrain ».

« Quand il y a un tel déséquilibre entre le puissant et le faible, quelle marge de manœuvre reste-t-il au faible ? C'est ce sur quoi compte les tenants de la Françafrique », accuse le journaliste dans le livre. Plus loin, Laurent Gbagbo livre les détails de cette demande de De Villepin à François Mattei.

« C'était en 2001, je pense. Villepin et Robert Bourgi m'ont demandé́ de cracher au bassinet pour l'élection en 2002 en France. Nous étions au Voltaire, un restaurant qui est sur le quai du même nom, près de la Documentation française », précise Laurent Gbagbo soulignant que « c'était le prix pour avoir la paix, en Françafrique ».

Puis l'ancien chef d'Etat, détenu à la CPI d'ajouter qu'il a eu une « entrevue » qui s'est « bien passée » avec Chirac qui, le « raccompagnant très amicalement » lui a dit sur le perron « je ne suis pas un ingrat », en le tapant sur l'épaule.

« Je ne suis pas fier de cet épisode, mais je pensais y gagner la marge de manœuvre nécessaire pour avancer vers nos objectifs », confesse-t-il, reconnaissant qu' « on me l'a reproché́ en disant que c'était la preuve de mon double langage, que je m'appuyais sur le néo-colonialisme pour le critiquer ».

Malgré tout, il n'aurait pas donné suite aux sollicitations des deux émissaires qui « ne sont jamais revenus à la charge ».

« Je n'aurais pas accepté. Ils le savaient. Cela n'a pas amélioré nos relations. Plus tard, Chirac a dit que je l'avais manqué, je n'ai pas compris pourquoi. Il a prétendu que j'avais laissé filtrer l'information », révèle Laurent Gbagbo.

Sur le montant de la « sollicitation » de l'Elysée d'alors, les différents recoupements publiés dans le livre, font état « d'environ deux milliards de FCFA ». Ce que confirme un témoignage de Mamadou Koulibaly, Président de l'Assemblée nationale, cité dans l'ouvrage.

Reconnaissant qu'il a eu « un transfert d'argent entre Laurent Gbagbo et Jacques Chirac, en 2002 », M. Koulibaly affirme avoir « dit au président (Gbagbo) que nous étions un pays pauvre et que nous n'avions pas d'argent pour financer des élections d'hommes politiques de pays riches », rapporte le livre.

« Villepin et Bourgi m’ont demandé de financer la campagne de Chirac en 2002 » (Gbagbo)

commentaires

Haut de page