Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Françafrique: ce que l'Oubangui charrie (Bakchich)

par Xavier Monnier 30 Juin 2014, 22:11 Areva Centrafrique Mali Bzizé Bakany Forrest Uramin France Françafrique

Françafrique: ce que l'Oubangui charrie (Bakchich)
Françafrique: ce que l'Oubangui charrie
Par Xavier Monnier

Bakchich

Depuis avril la justice française enquête sur les conditions du rachat d'Uramin par Areva, quand le pouvoir centrafricain a mandaté deux équipes de chasseurs aux trésors sur les traces du grisbi de Bozizé.

Des investigations qui promettent de parcourir l'Afrique du Sud, les Iles vierges Britanniques et les comptes publics français. L'Etat demeure actionnaire à 85% d'Areva. Le 1er financier de Bozizé et des rebelles centrafricains?

Dernières nouvelles des aventures françaises au Mali et en Centrafrique. Avec en prime un étrange virement d'Areva-Uramin vers Bangui en 2008...

Pour accéder aux quart de finale du Mondial brésilien (Coupe du Monde Fifa 2014 au Brésil selon l'appelation officielle), la France va batailler avec le Nigeria, géant d'un continent où elle a tendance, depuis des décennies, à s'embourber. Sa dernière rencontre officielle face à une équipe africaine s'est soldée par une défaite (2-1) à Bloemfontein, au coeur du pays Boer, ponctuant la déroute de sa campagne sud-africaine en 2010. A peine un an plus tôt, face au Nigeria, les Bleus de Raymond Domenech s'étaient piteusement inclinés dans l'enceinte de Geoffroy-Guichard à Saint Etienne. Pas de quoi pavoiser avant le huitième de finale brésilien, d'autant que l'Afrique ne réussit guère à la France ces derniers temps. Et il ne s'agit plus de football.

Depuis son accession au pouvoir, le président Hollande a endossé avec entrain le casque colonial pour s'en aller guerroyer au Mali, lutter contre le risque jihadiste, et en Centrafrique, afin d'éviter un bain de sang politico-ethnico-confessionnel. Au moment de commenter les résultats de ces expéditions, la plus grande pudeur est de mise…

Jeux de mains, jeux pas bien maliens

Dans les rangs de l'armée, l'opération Serval n'avait d'autre objectif que de «butter le plus de connards possibles». Comprendre les fanatiques qui ont rêvé de recréer un Empire malien régi par la charia. Contrat en partie rempli sur ce point. Néanmoins Bamako a depuis montré son incapacité à se restructurer, le pouvoir central à pacifier les zones aux mains des touaregs et l'armée à bouter les islamistes hors des sables du Sahel. Pour parachever le tableau, le président Malien Ibrahim Boubacar Keïta, élu en juillet 2013 avec le soutien de la France, s'est révélé un ami de 20 ans de l'épouvantail du grand banditisme corse, Michel Tomi. Sous surveillance policière depuis 2012, visé par une information judiciaire en juillet 2013, le Corsafricain biberonné au sein des réseaux Pasqua a été mis en examen, notamment pour corruption d'agent public étranger, début juin. L'homme est soupçonné d'avoir soudoyé IBK afin d'obtenir des contrats pour lui et ses amis… Le dossier, suivi par Manuel Valls alors au ministère de l'Intérieur, a fuité juste avant son départ vers Matignon. Et provoqué un joli ramdam diplomatique entre Paris et Bamako, ainsi que des fritures sur les ligne reliant l'Elysée à Matignon et le Quai d'Orsay. «Pour faire pression sur IBK, le pouvoir fait fuiter une enquête, au risque de la compromettre», fulmine un haut magistrat quand les avocats de Tomi crient à la procédure politique. Une réussite, seulement surpassée par l'épopé centrafricaine.

Les parrains d'Afrique centrale

Depuis l'intervention français en décembre 2013, plus connu sous le nom de Sangaris, deux présidents se sont déjà succédés, entraînant avec eux deux gouvernements qui ont échoué à faire réintégrer l'Union Africaine au pays. Surtout Bangui,malgré ses demandes, est toujours suspendu du processus de Kimberley, créé pour éviter que ne prolifèrent les diamants du sang et qu'ils n'alimentent les conflits dans les zones riches en gemmes. «Les zones diamantifères, au Sud Ouest et au Centre sont aux mains des ex Séléka», résume un ancien de la présidence centrafricaine. Ces milices qui ont renversé le président Bozizé au printemps 2013 et porté à la présidence Michel Djotodia « ont la main sur les filières, les mines et se financent ainsi.» De la définition des diamants du sang.

La manne manque cruellement aux finances centrafricaines, exsangues, qui doivent s'en remettre aux oboles internationales pour payer les 20 000 fonctionnaires. A ce petit jeu, les parrains de la sous-région se relaient pour mettre la main à la poche. Après Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Dos Santos (Angola), c'est Teodorin Obiang (Guinée Equatoriale) qui s'est acquitté d'une obole en tant qu'hôte du sommet de l'Union Africain à Malabo.

La situation place la Centrafrique sous tutelle de ses voisins...et la France en position d'équilibristes. Le Quai d'Orsay comme l'Elysée se voient contraints de prendre la langue diplomatique la plus doucereuse pour recevoir le soutien de dirigeants poursuivis en France dans la procédure des Biens Mal Acquis, et dont l'interprétation des droits de l'homme et de la démocratie est toute personnelle.

Pour ne rien arranger, un Ex continue de roder autour du pays: François Bozizé, putchiste légitimé par les urnes avant d'être débarqué par la rebellion en mars 2013. L'ancien général-président rêve toujours d'un retour à la tête de l'Etat centrafricain.«Il attise les foyers de tensions, fulmine un de ses opposants. Il a financé et manipulé les anti balaka (milice chrétiennes) pour qu'elle chasse les Séléka, mais cela n'a fait qu'aggraver les tensions dans le pays».

Le jackpot Uramin

Malgré les sanctions de l'ONU qui pèsent sur lui, l'homme se balade d'Ouganda en Somalie, réglant ses faux frais avec le trésor de guerre accumulé lors de son passage au pouvoir. Rien de comparable avec les fortunes des familles Obiang, Bongo ou Sassou, mais un pécule conséquent. Et en partie approvisionné par la France! Comme l'a déjà évoqué Bakchich, une irradiante hypothèse a agité le microcosme françafricain. Qu'Areva, le géant du nucléaire ait alimenté les finances de Bozizé, mannes de son exil guerrier.

En septembre 2008 par exemple Areva, a versé 8 millions de dollars depuis un compte de la Barclays Bank vers un compte spécial, ouvert à la banque centrale d'Afrique Centrale, chapeauté par la banque de France. Le virement a donné lieu à une foultitude d'échanges que Bakchich publie bien volontiers.

Ce versement est intervenu après des mois de négociation entre Areva et Bangui. S'estimant lésé du rachat d'Uramin par Areva contre 2,5 milliards de dollards, la Centrafrique a menacé de ne pas autoriser le géant du nucléaire français à exploiter les propriétés d'Uramin sur son sol. Un accord est finalement scellé le 1er aout 2008 après d'âpres pourparlers où intervinrent notamment Patrick Balkany ou l'ancien consul honoraire de France au Katanga Georges Forrest contre une dime de 8 millions de dollars.

«Sauf que si l'argent a bien été versé par Areva, il a rapidement disparu du compte, confirme à Bakchich un ex de la présidence centrafricaine. Bozizé et son neveu Ndoutingaye (ndr: ministre des mines) en ont fait leur affaire».

Et à en croire Vincent Crouzet, auteur du roman Radioactif, ce n'est pas la seule fois qu'Uramin a abondé le compte de son excellence Bozizé. Lors de l'achat même d'Uramin par Areva, son clan aurait bénéficié d'une commission de 49 millions de dollars a écrit l'écrivain consultant, avant de réitérer devant les services de la brigade financière à la mi-juin.

Depuis avril la justice française enquête sur les conditions du rachat d'Uramin par Areva, quand le pouvoir centrafricain a mandaté deux équipes de chasseurs aux trésors sur les traces du grisbi de Bozizé.

Des investigations qui promettent de parcourir l'Afrique du Sud, les Iles vierges Britanniques et les comptes publics français. L'Etat demeure actionnaire à 85% d'Areva. Le 1er financier de Bozizé et des rebelles centrafricains?

commentaires

Haut de page