Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« La position de Hollande vis-à-vis des Palestiniens est ignoble » (Algérie Patriotique)

par Chistophe Oberlin 23 Juillet 2014, 08:37 France Palestine Israël François Hollande Lettre ouverte Oberlin

« La position de Hollande vis-à-vis des Palestiniens est ignoble » 
Interview de Christophe Oberlin
Algérie Patriotique

Algeriepatriotique : Professeur Oberlin, vous êtes connu pour vos missions humanitaires dans la bande de Gaza. Vous trouvez-vous sur les lieux du conflit ? Sinon, avez-vous des échos sur la situation actuelle dans les territoires occupés ?

Professeur Christophe Oberlin : Je vais trois fois par an à Gaza et, d’habitude, j’y vais début juillet. Mais cette fois-ci, j’y suis allé un peu plus tôt, puisque c’est la période de Ramadhan, et donc je m’y trouvais du 13 au 23 juin. A ce moment-là, il y avait des bombardements épisodiques et tout le monde, quelle que soit la tendance politique, pensait que l’affaire était enclenchée et qu’une guerre allait avoir lieu. Des échos, j’en ai parce que j’ai quelques contacts personnels et, heureusement, les SMS continuent à passer. J’ai eu plusieurs longues conversations téléphoniques ces jours-ci, mais je pense qu’il n’y a rien d’original par rapport à ce que rapportent les médias, en particulier Al-Jazeera qui est présente sur place. Depuis 13 ans, j’ai lié beaucoup d’amitiés là-bas et j’espère qu’aucun de mes amis ne va se faire tuer. Ce n’est pas évident, vous savez. Un ami, dont l’immeuble qui jouxte le sien est une annexe du ministère de l’Intérieur, m’avait dit – quand j’y étais, il y a un mois – que quand la guerre va arriver, la première bombe sera pour cet immeuble. Evidemment, l’immeuble en plein cœur de Gaza était vide, flambant neuf, et mes amis et tous les habitants des immeubles environnants se sont retrouvés dans la rue, à 2h du matin, pour aller se réfugier ailleurs. C’est effrayant, surtout avec le système absolument horrible qu’utilisent les Israéliens : quand il y a un missile qui tombe, on sait que dans les dix minutes qui vont suivre, il y en aura un autre.

En tant que chirurgien et responsable de missions de chirurgie réparatrice auprès des blessés palestiniens, vous avez dû assister à des scènes et voir des images insoutenables. Pouvez-vous nous en parler ?

J’évite d’en parler parce que ça me choque personnellement. Je n’aime pas raconter cela, mais pour vous donner une idée, j’ai fait, ces jours-ci, une vidéo assez sévère contre la position de notre président qui est absolument ignoble vis-à-vis des Palestiniens. J’ai assorti cette vidéo de certains photos et films qui correspondent à des choses que je n’ai pas filmées, parce que je ne filme pas, mais qui ont été filmés pendant que j’étais à Gaza durant les bombardements lors de la guerre de 2008-2009. J’étais sur place, à ce moment-là, et ces images correspondent à des blessés qui ont été ramassés et filmés. Nous pouvons voir sur ces images des blessures horribles, liées à ce qu’on appelle les « DIME » (Le Dense Inert Metal Explosive). Je ne suis pas expert, mais ce sont des bombes faites pour tuer les personnes. C’est-à-dire des bombes très puissantes qui traversent le plafond et le béton et qui, en explosant, s’attaquent au corps humain. Elles ne sont pas faites pour détruire les infrastructures, mais pour tuer des personnes. Une bombe tombe dans une pièce où il y a vingt personnes, ils se retrouvent tous avec une amputation des deux cuisses. Ce sont des scènes épouvantables. J’ai vu des patients présentant ces blessures, et ce n’est pas récent, cela date des années 2006-2008. Sur mes vidéos, j’ai mis quelques photos de ces blessés qui meurent pratiquement tous. Ce sont des explosifs très particuliers qui laissent sur les blessés qu’on nous amène une odeur très caractéristique ; ils sont carbonisés et leurs membres sont amputés. Je constate qu’on dénonce, aujourd’hui, l’utilisation de ces bombes DIME, malheureusement, c’est une vieille habitude.

En dehors de l’enceinte des hôpitaux palestiniens, avez-vous assisté à des violences sur la population civile ?

90% des patients que je soigne, et c’est la même proportion à chaque fois, sont des civils. Vous voyez arriver toute la famille, avec le grand-père, la grand-mère, les enfants, etc. Il est clair qu’il y a une volonté de tuer des civils. Ce ne sont pas des bavures même si Israël dément. Il faut une enquête indépendante pour chacun de ces crimes de guerre, qu’on peut qualifier de crimes contre l’humanité. Je vous rappelle la définition que tout le monde, je l’espère, doit avoir en tête : tuer un civil, c’est un crime de guerre, tuer un civil intentionnellement, c’est un crime contre l’humanité. Il n’y a aucun doute, depuis toutes ces années,Israël commet des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité qui sont passibles de la Cour internationale de justice et du TPI. Le crime de génocide, c’est quand on tue quelqu’un uniquement parce qu’il appartient à un groupe, une religion, etc. Il est aussi question de crime de génocide juridiquement. On tue le Palestinien parce qu’il est palestinien. On tue les populations civiles palestiniennes parce qu’elles sont palestiniennes. Donc, il y a trois niveaux juridiques qui devraient être envisagés dès maintenant concernant la guerre actuelle.

Vous êtes connu pour avoir des liens d’amitié avec de hauts responsables du Hamas. Ce dernier pense-t-il être en mesure de repousser l’armée israélienne qui a commencé son offensive terrestre contre Gaza ?

Absolument, et ce n’est pas un secret. Avec beaucoup de courage, ils répondent avec des tirs de roquettes aux attaques israéliennes qui se répètent. Et toutes ces attaques se sont soldées par des cessez-le-feu qui n’ont rien réglé sur le fond et en particulier depuis le coup d’Etat en Egypte. Dès le premier jour – j’étais à Gaza en ce moment-là – le premier message qui a été passé c’est que la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte sera fermée jusqu’à ce que le Hamas chute. A partir de ce moment, l’économie a été asphyxiée. Ce que souhaite le Hamas, c’est quand il y a un accord de cessez-le-feu, c’est à eux de le signer et non M. Abbas ou Al-Sissi. C’est bien dommage que M. Abbas n’ait pas le courage d’aller à Gaza aujourd’hui. C’est au Hamas de signer le cessez-le-feu qui ne sera respecté que s’il y a la libération des mille prisonniers qui avaient été libérés au moment de l’échange avec le soldat Shalit en 2011 et qui ont été capturés ces jours-ci. Et aussi l’ouverture des frontières sous quelle que forme que ce soit, et le plus facile serait certainement d’ouvrir celle avec l’Egypte. Voilà les deux conditions qui vont permettre qu’il ait un cessez-le-feu. Pour ce qui est l’offensive terrestre, à ma connaissance, les forces terrestres israéliennes se limitent à ce que les Israéliens appellent la zone tampon, et c’est toujours terrible de constater la différence de vocabulaire qu’il y a entre les deux camps. Je connais très bien la zone tampon qui est en fait une zone agricole où les agriculteurs se font tirer dessus par les soldats israéliens. Pendant mon séjour du mois de juin, j’ai opéré trois jeunes agriculteurs qui ont pris pour l’un une balle dans le dos, pour l’autre une balle dans la cuisse et pour le troisième une balle dans le nerf sciatique. Ainsi, lorsqu’on pose ses tuyaux pour arroser ses concombres, il y a de temps en temps un soldat israélien qui commet un crime de guerre en se payant un carton en toute impunité. Donc, cette zone qualifiée par les Israéliens de zone tampon est en fait une zone agricole, car les engins israéliens ont peur d’entrer en ville, parce qu’en ville, ils seront bien reçus. Pour l’instant, il n’y a pas eu d’affrontements, mais il n’y a pas de doute que dès que les chars entreront dans les rues, il va y avoir des combats très sévères.

Selon vous, cette agression contre la population de Gaza est-elle une réaction à l’assassinat des trois étudiants israéliens, à l’accord pour un gouvernement national entre le Fatah et le Hamas, ou bien est-ce une attaque qui était prévue depuis longtemps ?

C’est une réaction à l’accord entre le Fatah et le Hamas. La position des dirigeants du Hamas est claire. Ils étaient dans une situation où ils ne pouvaient plus gérer le pays faute de revenus, alors qu’ils le géraient de manière remarquable depuis 2007. Les importations d’Egypte constituaient la plus grosse partie des revenus du gouvernement, avec l’embargo total sur le ciment décrété par Israël en plus de l’embargo égyptien, l’économie a été brutalement arrêtée. La construction était le moteur de l’économie avec un taux de croissance de 11% ces deux dernières années. Quand j’ai rencontré l’association des hommes d’affaires palestiniens en mars, ils m’ont confié qu’ils ne pouvaient assurer les salaires que durant deux mois. Ce qui veut dire que le collapsus économique est bien là. Du coup, quand les responsables du Hamas ont vu arriver une proposition du gouvernement d’union nationale, ils ont sauté dessus. De toute façon, ils n’étaient plus en situation de dire « nous sommes ceux qui gèrent la bande de Gaza ». C’est dès cette signature que l’escalade a commencé du côté israélien. Les circonstances, et sans doute pour très longtemps, ne seront pas connues concernant l’assassinat des trois jeunes Israéliens. Le Hamas n’a jamais revendiqué cela. Il était en position de force politiquement en acceptant qu’il ait seulement quatre ministres de Gaza sur vingt. Il n’allait pas le lendemain donner l’ordre d’assassiner trois jeunes colons, c’était contre ses intérêts.

Vous avez adressé, récemment, une lettre ouverte (*) des plus virulentes au président français François Hollande concernant la énième agression d’Israël contre la population palestinienne. Vous a-t-il répondu ?

Bien entendu, il ne m’a pas répondu et il ne répondra pas. Peut-être qu’il me collera une enquête fiscale, je ne sais pas (rire). Je l’attends de pied ferme. Mais une chose est sûre et cela m’a été confirmé par les responsables du Hamas, le soutien de François Hollande à Netanyahu a été un feu vert pour l’invasion terrestre – Netanyahu s’en est servi dans ses conférences de presse. Avant que l’invasion terrestre n’ait eu lieu, ils m’ont dit : « M. Hollande a donné un feu vert (green light) à Netanyahu. » Il est clair, de plus en plus, que le vrai combat pour la Palestine se situe chez nous, dans l’Hexagone, et dans les pays occidentaux. C’est la force du lobby qui fait qu’Israël ose faire ce qu’il fait aujourd’hui. Nos véritables ennemis ne sont pas les racistes israéliens, mais plutôt les racistes qui sont dans nos propres rangs, ici en France, et qui sont MM. Hollande et Valls. Ce sont ceux qui bidonnent, par exemple, ce pseudo-clash de la rue de la Roquette, à Paris, qui est une véritable honte nationale. Pensez que le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur ont monté l’attaque contre une manifestation pacifique en utilisant la Ligue de défense juive (LJD) et en osant mentir aux Français. Heureusement que les réseaux sociaux ont fonctionné et on s’est aperçu que MM. Hollande et Valls étaient des menteurs. Heureusement aussi que le rabbin de la synagogue rue de la Roquette a lâché le morceau et refusé la présence de cette petite milice fascisante (LDJ) dans la synagogue. Il ne voulait pas que les membres de la LJD attaquent la manifestation pacifique, affirmant qu’à aucun moment, il n’a été nécessaire pour qui que ce soit de se réfugier dans la synagogue. Ce qui est dramatique, c’est qu’un journal très important tel que The Independent a titré, à ma connaissance, « Manifestation anti-juive à Paris », une chose monstrueuse.

Le gouvernement français a approuvé le bombardement de Gaza et vient d’interdire les manifestations de soutien au peuple palestinien à la demande du Crif, alors qu’elles sont autorisées à Tel-Aviv. Pourquoi la France se plie-t-elle ainsi aux desiderata d’Israël ? Quel est son intérêt à travers ce soutien indéfectible à l’Etat hébreu ?

Je pense que la France, comme les Etats-Unis d’ailleurs, se trompe d’époque. Je crois que si demain l’ensemble des Français se rend aux urnes, et que tous les Hollande et autres font campagne en allant au dîner du Crif, ils n’obtiendraient aucune voix. Je crois qu’il faut faire pression sur ces personnages politiques pour qu’ils se rendent compte que, quel que soit leur arrivisme, ce dernier ne passe pas par le Crif.

400 Français viennent de se rendre en Israël pour s’y installer définitivement dans ce qui s’apparente à une opération de peuplement. Quel sens donnez-vous à cette action ?

Il faut vraiment regarder les chiffres. Il y a, à peu près, mille à deux mille Français qui vont chaque année s’installer en Israël. Ces chiffres sont misérables. Il y a quatre cents Palestiniens qui naissent chaque jour. Quatre cents par jour. Alors, ces quelques centaines de Français… Le côté négatif, c’est que ce sont les plus racistes qui vont s’installer là-bas. Avec le système de la double nationalité, beaucoup de délinquants franco-israéliens qui ont des problèmes avec la justice fuient en Israël. Israël a mécaniquement une proportion de racisme et de délinquance qui est plus importante que dans les autres pays. Donc, ces quatre cents constituent une espèce de fer de lance raciste. On les enverra s’installer dans la Cisjordanie. Ce seront eux qui iront couper les oliviers des Palestiniens. C’est vrai qu’ils sont nuisibles, mais en termes de chiffres, ces quatre cents ne représentent quasiment rien. Et c’est beaucoup moins que le nombre de Français qui quittent Israël chaque année.

Pourquoi ?

Je crois qu’il y en a beaucoup qui se rendent compte que c’est un pays fondamentalement raciste dans ses bases, et ce racisme est ressenti par toute personne qui a un peu de sensibilité. L’ambiance en Israël est détestable. Quand vous allez à Gaza, vous rencontrez des gens qui rigolent, en dehors des moments où ils se font bombarder. Ils ont une légitimité, des racines, une histoire, des relations sociales alors que les juifs israéliens sont un amalgame de personnes avec des mentalités complètement différentes, des histoires différentes et des motivations différentes aussi.

Vous avez déclaré un jour que vous faisiez une corrélation entre ce que vous voyez sur place et ce que disent vos médias. Comment expliquez-vous la soumission des médias mainstream au lobby sioniste ?

Je crois qu’ils sont soumis comme nos politiques. Je vous donne cet exemple. Dernièrement, un journaliste de Paris Match m’a sollicité, pensant que je pouvais l’aider à entrer à Gaza, chose qui était possible du temps de Morsi. Il m’a dit qu’il a eu l’accord de sa direction, mais qu’il n’était pas question pour lui de faire un papier qui soutienne de près ou de loin le Hamas.

Dans l’interview que nous a accordée le président de Shalom Akhshav, ce dernier impute l’entière responsabilité de cette agression au Hamas. Quelle est votre opinion ?

Shalom Akhshav représente typiquement nos pires ennemis. En ce sens où les humanistes et ceux qui ont de la compassion pour les Palestiniens se divisent en deux groupes : ceux qui pensent que les Palestiniens ont droit à l’existence et à leur terre, et ceux qui disent qu’ils sont d’accord pour qu’ils aient un certain nombre de choses, mais à leurs conditions. Et quelles sont ces conditions ? Un Etat juif. A toutes ces personnes de Shalom Akhshav, il faut leur poser cette question : est-ce que vous acceptez que sur le territoire de la Palestine tous les individus aient les mêmes droits ? Ils ne sont pas pour l’égalité des droits, ils sont pour deux Etats avec un Etat ethniquement majoritaire, ce qui ne correspond pas à ma vision et à celle des humanistes. Ils veulent garder une position de supériorité intrinsèque sur les Palestiniens qu’ils appellent d’ailleurs les Arabes. Ils représentent une espèce de bonne conscience israélienne qui n’est pas totalement neutre, en tout cas. Pour ma part, ce sont les juifs israéliens qui portent l’entière responsabilité de cette guerre.

Entretien réalisé par Mohamed El-Ghazi

Biographie succincte
Christophe Oberlin est professeur en médecine et chirurgien à l’hôpital Bichat à Paris. Il effectue depuis dix ans des missions humanitaires dans la bande de Gaza, pour former et soigner.

(*) EN COMPLEMENT :

Lettre ouverte à François Hollande et autres racistes qui nous dirigent Vous président, voulez-vous que je vous montre les photos des enfants palestiniens coupés en deux par les bombes israéliennes ? Vous président, savez-vous qu’un enfant palestinien est tué par Israël chaque trois jours, depuis dix ans ? Vous président, vous vous inscrivez dans la lignée d’une classe politique détestable : celle qui a fait fonctionner la guillotine pendant la guerre d’Algérie, celle qui a signé pour l’assassinat de Larbi ben Mhidi, celle de l’expédition de Suez, celle qui a donné la bombe atomique à Israël. Vous président n’avez décidément rien retenu des cours d’histoire et des cours de droit de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Vous président, alors qu’Israël agrandit tous les jours son territoire par la force, vous prétendez nier le droit des Palestiniens à résister par la force ? Vous président, en soutenant un état qui agrandit ses frontières par la force, vous violez la charte des Nations Unies ! Vous président, par la coopération militaire que vous entretenez avec Israël, vous êtes juridiquement complice de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Vous président, alors que les Palestiniens sont majoritaires sur le territoire de la Palestine, en soutenant la minorité vous niez la démocratie ! Vous président, je vous accuse de l’une des pires formes de racisme : le racisme en col blanc ! Vous président, vos déclarations n’engagent que vous, vous êtes la honte de la France !

commentaires

Haut de page