Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE DICTATEUR SASSOU CREE LE BAZAR DANS LA FRATRIE DES KOLELAS

par Benjamin BILOMBOT BITADYS 24 Juillet 2014, 12:48 Congo-Brazzaville Dictature Sassou Nguesso Lolelas

LE DICTATEUR SASSOU CREE LE BAZAR DANS LA FRATRIE DES KOLELAS
SASSOU CREE LE BAZAR DANS LA FRATRIE DES KOLELAS

Par Benjamin BILOMBOT BITADYS



On croyait la sérénité revenue au MCDDI, le parti de Bernard Kolelas, après la répudiation de Hellot Mantsion Mampouya, Mouanga Nkéoua, Hervé Mayika et Sita Bitori. On croyait le calme politique avoir pris le pas sur le flou artistique après l’éclatement du MCDDI en deux entités. On pensait que Guy Parfait Kolelas se servirait du poignard contre Sassou. Erreur. C’était sans compter sur la capacité de nuisance de Sassou le PCT et les épigones du « chemin d’avenir ».

Les frères ennemis
En indexant les talents de « dribleur » de Sassou, Guy Parfait Kolélas a troublé, un moment, l’homme des actions secrètes. Le malheureux a
simplement oublié que Sassou, comme un chat, sait retomber sur ses pattes et qu’il détient également la palme d’or de la manipulation et
des intrigues politiques au Congo-Brazzaville. Le tsar d’Oyo, tenant en son bec le fromage, a inversé la situation à son avantage. « Vous verrez
qu’il va sortir sa botte secrète » prévinrent les spécialistes des rites politiques made in Mpila. En effet Sassou a armé la main de Landry
Kolelas pour poignarder dans le dos Guy Parfait Kolelas, son frère aîné.

C’est l’histoire de Cain et Abel dans l’Ancien Testament.
« Les familles seront divisées, les frères se révolteront contre les frères... » disent les Ecritures. Il semble que la fratrie MCDDI vit aujourd’hui cette parole des Evangiles. On comprend qu’en politique il n’y a pas de frères, il n’y a que des intérêts. Disons qu’il il n’y a que des frères
ennemis. Ou encore : il n’y a de pouvoir que fondé sur la fraternité sans amitié. Pire : il n’y a pas de politique assortie de fraternité.

Le plus grand des corrupteurs
Sassou Nguesso est un orfèvre dans l’art de créer des intrigues et de tirer les ficelles sans oublier de jeter des os en pâture à une meute de
chiens affamés. Et, quand il s’agit de payer, le budget du Congo-Brazzaville est fait pour cela. Il est suffisamment doté d’espèces
sonnantes et trébuchantes pour corrompre ceux qui osent encore lever la tête. « A fouta a tala té » (Il dépense sans calculer). Il calcule
d’autant moins que ce n’est pas son argent. C’est le plus grand corrupteur devant l’Eternel que le Congo ait jamais connu. Et, du coup,
le plus petit chef d’Etat que l’Etat ait jamais compté depuis 1960, année des Indépendances.

Cheval de Troie
Comme les Grecs, ce Napoléon d’Oyo use de la tactique du cheval de Troie. Pour arriver à ses fins, notre corrupteur historique a placé des
anciens du PCT grassement rémunérés dans toutes les formations politiques du Congo-Brazzaville. Guy Parfait Kolélas vient de se rendre
compte (à ses dépens) que Bernard Tchibambéléla était le cheval de Troie de Sassou au sein du MCDDI. Pour arroser ses potentiels rivaux, le « dribleur » ne saurait être à court de recettes. Près de 4 000 milliards de francs CFA pour l’exercice budgétaire corrigé 2014 : un vrai pactole.
« Venez, j’ai des fruits d’or ! » : Une vraie manne financière qui, comme le miel, attire les abeilles et les mouches.Alléchés par l’odeur des pétro-cfa, Bernard Tchibambeléla (retenez ce nom) , Noël Loutounou, deux transfuges du PCT, et Landry Kolelas ont succombé à l’appât du gain (Cf, congopage.com, 19 juillet 2014).


Les deux lignes
Deux lignes de fracture politique se font désormais jour au sein du MCDDI. Celle, majoritaire, incarnée par le secrétaire général, Guy
Parfait Kolelas, largement soutenue par les militants et les sympathisants farouchement hostiles à la gouvernance de Sassou et à la
modification de la Constitution du 20 janvier 2002. En effet les militants, les sympathisants et les organes intermédiaires du MCDDI ont
apporté le 19 juillet 2014 un soutien appuyé et sans faille au secrétaire général Guy Parfait Kolelas après la publication de la lettre
de Bernard Tchibambeléla, Noël Loutounou et Landry Kolelas (Les dépêches de Brazzaville, 21 juillet 2014).
Et, celle, fragmentaire, représentée par Landry Kolelas lesté des anciens apparatchiks du Pct édictée par Sassou et le PCT qui prônent le
statu quo : « bikeno koua ». Les deux frères de lait, qui ont failli en venir aux mains, ne communiquent plus que par missive interposée. Les
frères Kolelas s’observent en chiens de faïence. « Je suis venu apporter l’épée et non la paix » peut se vanter Sassou.

Bernard Tchibambeléla l’Hermite
Dans les coulisses, Sassou et le PCT, par le biais de Bernard Tchibambeléla et Noël Loutounou, s’activent en vue de l’arrivée de
Landry Kolelas à la tête du MCDDI. Bernard Tchibambeléla n’est pas à son coup d’essai. Déjà Hellot Matson Mampouya goûta à sa duplicité lorsque Guy Brice Kolelas l’expulsa du MCDDI. Bernard Tchibambeléla montra sa capacité de nuisance en rejoignant le MCDDI après avoir fait croire à Hellot Mampouya qu’il était avec lui dans la DRD (Dynamique Républicaine pour le Développement).
De son côté, Guy Parfait Kolelas serait prêt à suspendre du MCDDI Landry Kolelas et ses deux compagnons de fortune. Quelle sera la position du bureau exécutif national (BEN) ? La guerre est engagée entre les deux frères Kolelas. Qui l’emportera ? Eh ben, qui vivra verra. Et celui qui verra n’en croira sûrement pas ses yeux.

Benjamin BILOMBOT BITADYS

commentaires

Haut de page