Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le journaliste djiboutien Mohamed Ibrahim Waïss sauvagement battu à l’arrestation comme en détention (La Voix de Djibouti)

par La Voix de Djibouti 20 Août 2014, 22:49 Mohamed Ibrahim Waiss Djibouti Omar Guelleh Arrestation Torture Journaliste

Le journaliste djiboutien Mohamed Ibrahim Waïss sauvagement battu à l’arrestation comme en détention (La Voix de Djibouti)
Le journaliste djiboutien Mohamed Ibrahim Waïss sauvagement battu à l’arrestation comme en détention

La Voix de Djibouti

"Ismaël Omar Guelleh prétend négocier avec l’opposition mais de l’autre côté réprime les journalistes, les blogueurs, etc… voila la vérité d’IOG !"

Le journaliste de La Voix de Djibouti, Mohamed Ibrahim Waïss, arrêté par la police hier 8 août 2014 vers 13 heures à Balbala Hayabley, en banlieue de la capitale djiboutienne, alors qu’il couvrait une manifestation de l’opposition, a été sauvagement battu à l’arrestation. Il a aussi été battu après son placement en garde à vue au Commissariat de police de Hodan à Balbala. Il a notamment été touché à l’œil et au dos et souffre beaucoup. Sans accès à un médecin. Son avocat, Maître Zakaria Abdillahi Ali, président de la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH), n’a pas encore pu avoir accès à lui.

Le journaliste a été interpellé, détenu et victime de violence policière et gendarmique à plusieurs reprises ces dernières années, atteintes que Reporters Sans Frontières (RSF) a, à chaque fois, dénoncées. Lire la réaction de RSF à l’arrestation du journaliste Mohamed Ibrahim Waïss sur ce lien : http://fr.rsf.org/djibouti-rsf-dema...

Le codétenu du journaliste, l’étudiant Omar Hassan Waberi, a lui aussi été battu à l’arrestation et maltraité par la police de Hodan en garde à vue. Comme il l’a déjà été à trois reprises aux mains de cette même police depuis 2013.

Les deux autres personnes interpellées en même temps que le journaliste et l’étudiant ont été, elles, relâchées en cours de route vers le Commissariat de police de Hodan.

Ces nouvelles arrestations interviennent à un moment où la coalition des partis djiboutiens d’opposition, l’Union pour le salut national, et le pouvoir ont repris le dialogue politique et réaffirment l’un et l’autre leur volonté d’aboutir à un accord de sortie de crise. A suivre de très près.

commentaires

Haut de page