Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Côte d'Ivoire - grève de la faim des prisonniers politiques: «Jugez-nous ou libérez-nous !» (Connection Ivoirienne)

par Connection Ivoirienne 27 Septembre 2014, 05:23 Côte d'Ivoire Prisonniers politiques Grève de la faim Dictature

Côte d'Ivoire - grève de la faim des prisonniers politiques: «Jugez-nous ou libérez-nous !» (Connection Ivoirienne)
Côte d'Ivoire - grève de la faim des prisonniers politiques: «Jugez-nous ou libérez-nous !»
Connection Ivoirienne

Pour protester contre leurs détentions aussi arbitraires qu'abusives, les tortures physiques et morales qu'ils subissent au quotidien depuis près de 3 ans et demi dans les prisons ivoiriennes ou autres lieux de tortures au secret pour certains, 370 prisonniers politiques de la Maison d'Arrêt et de Correction d'ABIDJAN ont entamé une grève de la faim illimitée depuis le premier septembre 2014.

Après 8 jours de grève, ils ont suspendu leur jeûne protestataire sur la base des recommandations/pressions tant des institutions pénitentiaires du pays que des ONG internationales en publiant la déclaration du 8 septembre 2014 qui précise les motifs de leur mouvement et la reprise de la grève de la faim au 22 septembre 2014 si les autorités ivoiriennes ne répondent pas à leurs revendications légitimes, notamment le droit fondamental d'être jugé ou libéré. Le Gouvernement ivoirien étant resté sourd à leur détresse et à leurs doléances malgré les incitations des ONG internationales, la grève de la faim a repris le 22 septembre avant d'être de nouveau suspendue jusqu'au 20 octobre 2014 ce jeudi 25 septembre.

Déjà affaiblis par leurs conditions de détention exécrables assorties de mauvais traitements et d'exactions en tout genres avec les dommages collatéraux sur leurs familles souvent disloquées (vraies/fausses mutineries orchestrées par le pouvoir en place pour les "mâter" avec morts d'homme, refus de soins, suspensions des visites des avocats et des proches, expositions aux virus et maladies, sous-nutrition, malnutrition, gel des comptes bancaires, sans oublier les tortures physiques et morales lors d'interrogatoires dignes de la Gestapo, ...). Nous invitons tous les Ivoiriens, tous les militants du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes à continuer à relayer la détresse et les revendications de tous ces prisonniers politiques que nous saluons pour le courage dont ils font preuve en risquant à nouveau leur vie pour défendre pacifiquement les valeurs universelles de justice, de paix et de liberté auxquelles nous continuons de croire en dépit du silence de plomb dans laquelle a sombré la Côte d'Ivoire depuis l'installation d'un régime aussi illégitime que liberticide par la France le 11 avril 2011. N'oublions pas que le silence médiatique qui s'est abattu sur la Côte d'Ivoire n'est pas un silence de paix, mais bien un silence de Terreur !

commentaires

Haut de page