Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des experts dénoncent l'attribution à Bolloré du deuxième terminal à conteneurs d'Abidjan (Agence Ecofin)

par Agence Ecofin 8 Septembre 2014, 13:41 Côte d'Ivoire Françafrique France Bolloré Port d'Abidjan Terminal

Des experts dénoncent l'attribution à Bolloré du deuxième terminal à conteneurs d'Abidjan (Agence Ecofin)
Des experts dénoncent l'attribution à Bolloré du deuxième terminal à conteneurs d'Abidjan
Agence Ecofin
Lu sur Cameroon Voice

Le journal Le Monde et RFI ont révélé ce jour les conclusions des experts mandatés par la commission de la concurrence de l’UEMOA : ils donnent entièrement raison au ministre ivoirien du Commerce Jean-Louis Billon et jugent, comme lui, que cette attribution a créé une situation « assimilable à un abus de position dominante ».

Déjà attributaire du premier terminal, le groupe Bolloré est parvenu à obtenir la concession du second terminal alors que l’appel d’offres visait explicitement à créer une situation de concurrence : « L'exploitation du terminal se fera dans un cadre concurrentiel, notamment avec le terminal à conteneurs actuellement exploité au port d'Abidjan.», était-il annoncé.

Cette attribution surprise avait alors provoqué le mécontentement des opérateurs portuaires concurrents, dont le philippin ICTSI qui a porté plainte auprès de l’UEMOA.

Le document révélé par les médias parisiens ne reflète, à ce stade, que l’avis des experts mandatés. Reste maintenant à l’UEMOA à clore son enquête et à prendre sa décision.

On se rappellera toutefois la sortie tonitruante de M. Billon en juin 2013 : « L’idée de départ était d’ouvrir à la concurrence le port d’Abidjan et on finit avec un supermonopole multiplié par deux. Ce n’est pas une bonne chose pour notre économie. On aurait voulu brider l’économie ivoirienne, on ne s’y serait pas pris autrement. C’est une situation que je regrette profondément (…)Grâce à ce monopole, Bolloré se permet aussi des pratiques anticoncurrentielles, comme les ventes liées : l’armateur CMA-CGM, par exemple, n’a pas d’autre choix que de sous-traiter à Bolloré la manutention de ses navires. Je me demande pourquoi, chaque fois qu’on arrive sous les tropiques, on se permet ce qu’on ne ferait jamais chez soi ?».

Très remonté M. Billon avait alors évoqué ses soupçons : « En 2004, quand je critiquais vivement le contrat sur le premier terminal, j’avais été approché par quelqu’un du groupe Bolloré. Cette personne m’avait fait des propositions pour que je révise ma position, mais je n’avais pas cédé. Je ne serais pas surpris si demain on me disait qu’il y a eu des problèmes de gouvernance dans l’attribution du deuxième terminal ».

commentaires

Professionnels Appels d'offres 28/09/2014 19:37

Et oui, en effet, dans le cadre de passation de marché, il faut que tout soit clair, et la transparence ainsi que le respect des règles est impératif. Aucun ne peut échapper à cela.

Haut de page