Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du pétrole de l'Etat islamique acheté par des Européens ? Bruxelles sous pression (MdP)

par Ludovic Lamant 27 Septembre 2014, 16:26 Irak EIIL Trquie Israël France Grande-Bretagne UE Pétrole

Du pétrole de l'Etat islamique acheté par des Européens ? Bruxelles sous pression
Par Ludovic Lamant
Mediapart

L'intervention est passée presque inaperçue pour le grand public : début septembre, l'ambassadrice de l'UE en Irak accusait certains États membres d'acheter du pétrole à l'État islamique. Depuis, à Bruxelles, les services de Catherine Ashton sont priés de mettre en place une véritable coordination européenne face à l'État islamique.

De notre envoyé spécial à Bruxelles. Ce jour-là, l'ambassadrice de l'Union européenne en Irak lâche une bombe politique, devant un panel d'élus du parlement européen. Jana Hybaskova a accusé le 2 septembre certains États membres de l'UE d'acheter du pétrole irakien à l'État islamique (EI). « Malheureusement, des États membres de l'UE achètent ce pétrole », a déclaré cette diplomate tchèque lors d'une intervention devant la commission des affaires étrangères du parlement, à Bruxelles (à partir de 3'07")...

Lors de son audition (à voir sur cette vidéo à partir de la 17e minute), O'Rourke a tout de même confirmé que des barils de pétrole brut originaires du Kurdistan avaient été exportés via la Turquie, puis chargés à bord de tankers sur la Méditerranée. Certains de ses navires, d'après O'Rourke, ont fini par trouver des ports qui acceptent de les accueillir, notamment en Israël. L'agence Reuters avait déjà rendu compte, en juin, de l'une de ces livraisons particulièrement polémiques. Mais l'agence écrivait alors qu'il n'était pas certain que ce pétrole illicite revienne, en bout de chaîne, à un acheteur israélien...

...Pour l'eurodéputée socialiste Ana Gomes, « l'intervention de l'ambassadrice a rappelé à quel point il est important de mettre en place une vraie coordination européenne. À la fois pour en finir avec ces achats de pétrole, mais aussi pour améliorer l'appui militaire fourni aux Kurdes. De ce point de vue, on ne peut pas dire que Catherine Ashton fasse beaucoup de choses. Mais ce sont surtout les grands États membres, dont le Royaume-Uni et la France, qui bloquent »...

Lire l'article en entier sur Médiapart

commentaires

Haut de page