Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecosse : votez oui pour la paix dans le monde / Scotland: Vote Yes for World Peace (Press TV)

par Finian Cunningham 13 Septembre 2014, 21:07 Articles de Sam La Touch Ecosse Référendum Indépendance Grande-Bretagne

Ecosse : votez oui pour la paix dans le monde / Scotland: Vote Yes for World Peace (Press TV)
Ecosse : votez oui pour la paix dans le monde
Article originel : Scotland: Vote Yes for World Peace
Par Finian Cunningham
Press TV

Traduction SLT

Il y a une bonne raison d'expliquer pourquoi l'Ecosse doit voter oui pour l'indépendance : le remodelage du Royaume-Uni serait une bonne chose pour la paix dans le monde.

Tout ce qui diminue la puissance du Royaume-Uni centré sur Londres est amené à être une bonne chose. Donc, si les Écossais quittent l'Union le 18 septembre en votant pour demander la souveraineté de leur propre nation, cela délivrera un message positif pour affaiblir davantage l'héritage de la Grande-Bretagne en tant que puissance impériale.

Le Premier ministre britannique, David Cameron, l'a déclaré lui-même, fût-ce indirectement. Cette semaine, Cameron a hissé le drapeau écossais sur Downing Street et supplié les Ecossais qu'il aurait le cœur brisé s'ils devaient quitter la "famille des nations" qu'il appelle par euphémisme le Royaume-Uni. Son désespoir reflète la profonde inquiétude au sein de la classe dirigeante britannique sur l'impact que l'indépendance écossaise aura sur leur pouvoir.

Si la campagne du non devait perdre le référendum, le Parti conservateur pourrait sérieusement en vouloir à son chef de file. Le gouvernement de Londres prend très au sérieux le risque de perdre l'Ecosse.

Cameron a déjà prévenu que la position de la Grande-Bretagne dans le monde serait grandement diminuée si l'Ecosse devenait indépendante. C'est pourquoi la campagne du Non, dirigé par le Premier ministre britannique, est appelée "mieux ensemble" («Better Together»). Oui, mieux ensemble, mais pour qui ? Pour L'establishment britannique basé à Londres et non pour «la plèbe» située au nord du pays.

L'avis de Cameron a été soutenu par d'autres alliés de l'OTAN. Le président US Barack Obama et le premier ministre du Canada, Stephen Harper, ont tous deux fait en sorte d'entériner le statu quo pour entraver l'indépendance de l'Ecosse. Tous ces fauteurs de guerre souhaitent l'absence de changement, mais le contraire est amené à être le bon choix.


Historiquement, la classe dirigeante anglaise a utilisé les nations comme l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande pour élargir la base de son pouvoir centrée à Londres. C'est pourquoi l'Anglais a conquis et colonisé d'abord les pays voisins avant de poursuivre sa conquête du monde et constituer l'Empire britannique. Les dirigeants anglais ont forcé ces pays à se rassembler au travers d'une série d' «unions» dans le soi-disant Royaume-Uni. L'Ecosse a été contrainte en 1707, puis se fut l'Irlande en 1801. Les Irlandais ont fait en partie sécession en 1922, mais seulement après une guerre cruelle et sanglante d'Indépendance. La Grande-Bretagne s'accroche encore au territoire d'Irlande du Nord.


Il y a une raison majeure pour laquelle le gouvernement de Londres a combattu bec et ongles pour maintenir l'Union au travers des siècles et plus récemment pour ​​le prochain référendum écossais la semaine prochaine. Londres sait que sans les territoires frontaliers son pouvoir sera grandement diminué. Il ne sera plus en mesure de "peser plus lourd que son poids réel" dans le monde, comme l'Establishment anglais aime à le dire.

La Grande-Bretagne a perdu son attrait depuis longtemps, mais avec le départ de l'Ecosse, cela donnerait un coup fatal et secourait les prétentions britanniques. Les Ecossais pourraient aussi ranimer des sentiments séparatistes dans le reste du Royaume-Uni : en Irlande du Nord, au Pays de Galles et dans les régions de l'Angleterre à distance, tels que Newcastle dans l'extrême nord-est et à Cornwall, dans l'extrême sud-ouest. Toutes ces régions ont souffert économiquement et culturellement de la centralisation du pouvoir de l'Establishment anglais basé à Londres.

La richesse pétrolière de l'Ecosse en mer du Nord a été siphonnée durant les 40 dernières années par le gouvernement de Londres qui a gaspillé cette manne en réduction d'impôts pour les riches et en guerres criminelles de conquêtes à l'étranger. Il est temps pour les Écossais d'exploiter cette richesse pour leur propre développement.

Cette année marque le 100e anniversaire du début de la Première Guerre mondiale. Des millions d'Écossais, Irlandais et Gallois ont été massacrés dans cette guerre, envoyés dans la bataille par les dirigeants anglais. Beaucoup d'autres guerres ont depuis été menées pour soutenir la Grande-Bretagne impériale et lui donner un statut mondial très immérité qui se manifeste par sa position aujourd'hui au Conseil de sécurité des Nations Unies.

La Grande-Bretagne est un pays belliciste, une entité destructrice qui déstabilise en permanence la paix mondiale par sa «relation spéciale» avec les États-Unis. Afghanistan, Irak, Palestine, Pakistan, Iran, Libye, Syrie, Ukraine, (RDC, ndt) ... n'importe où dans le monde où vous vous inquiéterez pour les gens qui souffrent de conflits, vous y retrouverez la présence néfaste de la Grande-Bretagne.

Il y a beaucoup de raisons positives pour lesquelles la nation écossaise devrait maintenant tracer son propre destin. Après des siècles de domination sous le joug anglais, ils méritent de graver leur propre chemin de liberté.

Mais une bonne raison, parmi d'autres, est la suivante : l'indépendance écossaise est un vote pour la paix en offrant un coup de semonce aux prétentions et aux bellicismes de l'Empire britannique. William Wallace, Robert the Bruce, Bonnie Prince Charlie seraient fiers de vous !

Finian Cunningham (né en 1963) a beaucoup écrit sur les affaires internationales, avec des articles publiés en plusieurs langues. Il est diplômé d'une maîtrise en chimie agricole et a travaillé comme rédacteur scientifique de la Royal Society of Chemistry, à Cambridge, en Angleterre, avant de poursuivre une carrière dans le journalisme. Il est également musicien et compositeur. Depuis près de 20 ans, il a travaillé comme éditeur et écrivain dans de grandes organisations de presse, notamment The Mirror, Irish Times et Independent.


© Copyright 2012 Press TV. Tous les droits sont réservés.

---------------------

Scotland: Vote Yes for World Peace
By Finian Cunningham
Press TV

There's one good reason for why Scotland should vote yes for independence: the breaking up of the United Kingdom would be an imminently good thing for the sake of world peace.

Anything that lessens the power of the London-centered United Kingdom is bound to be a good thing. So, if Scots walk away from the Union on September 18 by voting to establish their own separate, sovereign nation, that will deliver a positive blow to further weaken Britain's legacy as an imperial power.

British Prime Minister David Cameron has said so himself, albeit indirectly. This week Cameron has run up the Scottish flag over Downing Street and begged the Scots that he will be heartbroken if they should leave the “family of nations” that he euphemistically calls the United Kingdom. His desperation reflects the deep concern among the British ruling establishment over the impact Scottish independence will have on their power.

If the No campaign should lose the referendum, the Conservative Party has the knives out for its leader. That’s how serious the London government is taking the potential loss of Scotland.

Cameron has previously warned that Britain's standing in the world will be much diminished if Scotland goes independent. That's why the No campaign, spearheaded by the British prime minister, is called “Better Together.” Yes, better together, but for whom? The London-based British establishment, not “the plebs” north of the border.

Cameron's view has been backed by other NATO allies. US President Barack Obama and Canada's premier Stephen Harper have both come out to endorse the British status quo and to hamper Scotland's independence. Anything these warmongers wish for, then the opposite is bound to be the right choice.

Historically, the English ruling class has used the nations of Scotland, Wales and Ireland to expand their power base centered in London. That's why the English conquered and colonized its neighboring nations first before setting out on its global conquest as the British Empire. The English rulers forced those nations through a series of “unions” into the so-called United Kingdom. Scotland was nailed in 1707, as was Ireland in 1801. The Irish partly seceded in 1922 but only after a cruel and bloody War of Independence. Britain still clings on to the territory of Northern Ireland.

There is a searing reason why the London government has fought tooth and nail to maintain the Union down through the centuries and latterly over the upcoming Scottish referendum next week. London knows that without the outer territories its power will be greatly diminished. It will no longer be able to “punch above its weight” in the world, as the English establishment likes to put it.

Great Britain lost its allure long ago, but with Scotland taking its leave, that will surely deliver a crippling blow and reality-check to British pretensions. The Scots will also enliven separatist sentiments in the remainder of the UK: Northern Ireland, Wales and the remote English regions, such as Newcastle in the far northeast and Cornwall in the far southwest. All these regions have suffered economically and culturally from the centralizing power of the English establishment based in London.

Scotland's oil wealth from the North Sea has been siphoned off for the past 40 years by a London government that has squandered it on tax cuts for the rich and reckless, criminal overseas wars of conquest. It's time for the Scots to harness that wealth for their own development.

This year marks the 100th anniversary of the beginning of the First World War. Millions of Scots, Irish and Welsh were slaughtered in that war, sent into battle by English rulers. Many other wars have since been fought to prop up imperial Britain and give it a much-undeserved global status as is manifested by its position today on the Security Council of the United Nations.

Britain is a warmongering, destructive entity that continually destabilizes world peace through its “special relationship” with the United States. Afghanistan, Iraq, Palestine, Pakistan, Iran, Libya, Syria, Ukraine... anywhere you care to look in the world to see people suffering from conflict or duress you will see the nefarious presence of Britain.

There are many positive reasons for why the Scottish nation should now create its own destiny. After centuries of subjugation under the English yoke, they deserve to chart their own path of freedom.

But one good reason, among others, is this: Scottish independence is a vote for peace by delivering a hammer blow to Britain's imperial pretensions and warmongering. William Wallace, Robert the Bruce, Bonnie Prince Charlie would be proud of ye !

Finian Cunningham (born 1963) has written extensively on international affairs, with articles published in several languages. He is a Master’s graduate in Agricultural Chemistry and worked as a scientific editor for the Royal Society of Chemistry, Cambridge, England, before pursuing a career in journalism. He is also a musician and songwriter. For nearly 20 years, he worked as an editor and writer in major news media organisations, including The Mirror, Irish Times and Independent.

© Copyright 2012 Press TV. All rights reserved.

Ecosse : votez oui pour la paix dans le monde / Scotland: Vote Yes for World Peace (Press TV)

commentaires

Haut de page