Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ethiopie : Afrique à vendre (Al Jazeera)

par Al Jazeera 3 Septembre 2014, 14:25 Articles de Sam La Touch Ethiopie Afrique Accaparement des terres Prédation Multinationales

Ethiopie : Afrique à vendre (Al Jazeera)
Ethiopie : Afrique à vendre
Ethiopia : Africa for sale
Al Jazeera

Traduction SLT

L'Ethiopie est un pays caractérisé malheureusement par ses famines, en particulier entre 1983-1985 quand plus d'un demi-million de personnes sont mortes de faim en raison de la sécheresse, de mauvaises récoltes et d'une guerre civile brutale. Au cours des dernières années, l'Éthiopie a connu une croissance économique spectaculaire. Les statistiques sont certainement remarquables : le pays a créé rapidement plus de millionnaires que partout ailleurs en Afrique ; la production de l'agriculture, industrie dominante de l'Ethiopie, a triplé en une décennie; la capitale Addis-Abeba connaît un boom massif dans la construction ; et les six dernières années ont vu le PIB de la nation croître à un rythme stupéfiant de 108%.

Pourtant, environ 90% de la population des 87 millions souffre encore de nombreuses privations, allant de l'accès insuffisant à l'éducation, aux soins de santé inadéquats ; les revenus moyens sont encore bien en dessous de 1500 $ par année ; et plus de 30 millions de personnes sont encore confrontés à des pénuries alimentaires chroniques.

Il y a un certain nombre de raisons positives et authentiques expliquant la poussée de croissance - les entreprises et les réformes législatives, une gouvernance plus professionnelle, les réalisations d'un secteur des services en plein essor - néanmoins de nombreuses critiques disent que la croissance observée dans le secteur agricole, qui représente près de la moitié de l'activité économique de l'Ethiopie et une grande partie de son succès récent, est en fait portée par un "accaparement des terres" devenu hors de contrôle, alors que des sociétés multinationales et des spéculateurs privés rivalisent pour louer au gouvernement, à des prix au rabais, des millions d'acres des territoires les plus fertiles du pays.

Selon une foule d'ONGs et de défenseurs des droits humains, dont Oxfam, Human Rights Watch et l'Institut Oakland, les véritables conséquences des accaparements de terres sont presque tous négatifs. Selon eux, pour rendre ces vastes zones disponibles pour les investisseurs étrangers afin de développer les denrées alimentaires et les biocarburants pour l'exportation - et en violation directe des obligations de l'Éthiopie au regard du droit international - les autorités organisent le déplacement de centaines de milliers de personnes issues des peuples autochtones, abusent les droits de l'homme, détruisent leurs traditions, saccagent leur environnement, les rendant plus dépendants de l'aide alimentaire que jamais auparavant.

"Les avantages pour les populations locales sont très faibles", a déclaré le sociologue éthiopien renommé, Dessalegn Rahmato. "Ils ont été emmenés loin de leurs terres. Ils ont été emmenés loin de leur ressources naturelles, parce que ces investisseurs veulent défricher la terre, détruire la forêt, abattre les arbres. Le gouvernement prétend que l'un des objectifs de cet investissement était de permettre à l'économie locale de bénéficier des investissements dans les infrastructures, dans les services sociaux ... mais ces avantages ne sont pas inclus dans le contrat. Ils sont seulement laissés à la magnanimité de l'investisseur." Les investisseurs, a-t-il poursuivi, ne sont tout simplement pas intéressés par d'autres services que leurs propres besoins : "Ils peuvent développer n'importe quelle culture qu'ils veulent, quand ils le veulent, ils peuvent vendre sur n'importe quel marché, qu'il s'agisse d'un marché mondial ou un marché local .. en fait la plupart d'entre eux ne sont pas intéressés par les marchés locaux". Il a cité comme exemple une plantation financé par les capitaux saoudiens dans la région fertile de Gambella au sud de l'Ethiopie à l'ouest, une zone cible de choix pour les investisseurs : "ils ont 10 000 hectares et ils produisent du riz. Ce riz va être exporté vers le Moyen-Orient, l'Arabie saoudite et d'autres endroits. Les populations locales dans cette région ne mangent pas de riz. "

Mais l'élément le plus controversé du programme du gouvernement est connu sous le terme de «villagisation» - consistant au déplacement des populations des terres qu'ils occupent depuis des générations et leur réinstallation ultérieure dans des communautés artificielles. Dans Gambella, où deux groupes ethniques, les Anuaks et les Nuer, prédominent, cela a signifié que des dizaines de milliers de personnes ont été forcées d'abandonner un mode de vie traditionnel.

Moot, un agriculteur Anuak qui vit maintenant dans un village du gouvernement loin de son domicile, explique: "Lorsque les investisseurs se sont présentés, on nous a dit d'emballer nos affaires et d'aller au village. Si nous avions décidé de refuser, ils auraient détruit nos cultures, nos maisons et nos affaires. Nous ne pouvions même pas réclamer une indemnisation parce que le gouvernement a décidé que ces terres appartenaient à des investisseurs. Nous avions peur ... si vous vous énervez et vous dites que quelqu'un a volé votre terre, vous êtes mis en prison. Si vous vous plaignez d'être arrêtés, ils vous tueront Ce n'est plus notre terre ; nous avons été privés de nos droits ".


Le gouvernement éthiopien ne montre aucun signe de ralentissement de l'intensification du programme. Selon l'Institut Oakland, depuis 2008, une zone de la taille de la France a déjà été remise à des sociétés étrangères. Au cours des prochaines années, une superficie de deux fois cette taille, devrait être allouée aux investisseurs étrangers.



source : http://www.aljazeera.com

commentaires

Haut de page