Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Question sur le mode de transmission de l'Ebola ?

par Sam La Touch 16 Septembre 2014, 22:06 Articles de Sam La Touch Ebola Afrique USA Mode de transmission

Récemment Obama a annoncé qu'il allait envoyer 3000 soldats au Libéria au prétexte de lutter contre l'épidémie d'Ebola. Un centre de commandement militaire de l'Africom devrait s'installer dans la captale Monrovia. On aurait pensé que l'administration d'Obama aurait plutôt proposé d'envoyer des milliers de soignants mais elle a plutôt choisi l'option militaire. Comme au lendemain du tremblement de terre sur Haïti, où 11.000 soldats US ont subitement débarqué pour occuper l'île. L'administration Obama va-t-elle tenté de reproduire la même stratégie à la faveur de cette catastrophe sanitaire liée au virus d'Ebola en Afrique de l'Ouest ?

A la faveur de la propagation fulgurante de ce nouveau variant de l'Ebola, de nombreuses questions se sont posées sur sa transmission. La majorité des scientifiques et notamment ceux gravitant autour de la Maison Blanche considèrent que le virus Ebola ne peut être transmis par voie aérienne (cf. la vidéo d'Obama), pourtant des questions se posent quant aux modalités de transmission du virus.


Usuellement le mode de transmission se fait par contact avec un patient atteint. L’hypothèse est que le premier patient contracte l’infection après un contact avec un animal infecté. La contamination de personne à personne se fait par contact direct étroit avec une personne infectée ou ses liquides organiques pendant les derniers stades de l’infection ou après le décès Note de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 22 Note de bas de page 42.

Ainsi si aucun cas de transmission aéroportée chez l'homme n'a clairement été démontré par le passé, des cas ont été rapportés chez les animaux par des revues scientifiques.

The Lancet fait état dans un article de Jaax et col., de 1995 intitulé "Transmission of Ebola Virus (Zaire strain) to uninfected control monkeys in a biocontainment laboratory", à la page 1671 de l'existence d'une transmission directe du virus Ebola ("variant zaïrois") entre singes sans qu'il y ait eu de contact direct :

"Bien que la transmission aérienne de la fièvre hémorragique Ebola n'a pas été documentée chez l'homme, en raison du nombre limité de tissus disponibles pour effectuer une analyse virologique complète et des examens histopathologiques. Nos résultats actuels soulignent la pertinence pour le personnel exposé de se protéger de tout risque de contamination en utilisant les précautions nécessaires pour se protéger d'une exposition virale par voie ophtalmique, orale, ou nasopharyngée. Le Center for Disease Control a depuis émis des recommandations visant à utiliser des masques occulaires et des masques bucco-nasal dans son guide mis à jour pour la gestion des patients souffrant de la fièvre virale hémorragique."
"While airborne transmission of Ebola hemorrhagic fever has not been documented in humans, only limited tissues have been available for complete virological and histopathological examinations. Our present findings emphasise the advisability of at-risk personnel employing precautions to safeguard against ocular, oral, and nasopharyngeal exposure to the virus. The Centers for Disease Control has since incorporated recommendations for eye and oronasal mask protection in its updated guide for the management of viral haemorrhagic fever patients." (Transmission of Ebola Virus (Zaire strain) to uninfected control monkeys in a biocontainment laboratory pp 1671)

Dans un autre article du Lancet, de 2005, d'Alexandra Mangili et intitulé Transmission of infectious diseases during commercial air travel, les auteurs écrivent de manière plus nuancée :

"Les virus causant la fièvre hémorragique, comme les virus Ebola et Lassa, ont également fait l'objet de l'attention des médias et ont été évalués en ce qui concerne la transmission potentielle à bord d'un avion. Bien que la propagation par aérosols du virus Ebola n'a pas été documentée chez l'homme, ce mode de transmission se produit chez les primates non-humains. Le virus Lassa, connu pour être transmis par de grosses gouttelettes, a une période d'incubation pouvant aller jusqu'à trois semaines, ce qui rend les passagers sans symptômes potentiellement contagieux alors qu'ils ignorent leur statut au moment du voyage. Toutefois, une étude de passagers exposées à un cas de fièvre de Lassa en vol n'a relevé aucune preuve de transmission, même parmi les 19 passagers assis dans les deux rangées de passager voisins du cas."
Viruses causing viral haemorrhagic fever, such as ebola and lassa, have also been the focus of media attention and have been investigated for potential transmission while aboard an aircraft. Although aerosol spread of ebola has not been documented in man, this mode of transmission occurs in non-human primates. Lassa, known to be transmitted via large droplets, is thought to have an incubation period of up to 3 weeks, making infectious passengers potentially symptom-free and unaware of their status at the time of travel. A study of passengers exposed to an index case of lassa fever in-flight noted no evidence of transmission, even in the 19 passengers seated within two rows of the index passenger. Because both lassa and ebola viruses have frequent fatal outcomes and no vaccine is available, appropriate infection control procedures should be followed to prevent the transmission of these diseases.

Enfin selon la Public Health Agency of Canada (01/08/2014) :
"Dans le laboratoire, l'infection par des aérosols de fines particules a été démontrée chez les primates, et la propagation dans l'air chez les humains est fortement soupçonnée, même si elle n'a pas encore été démontrée de façon concluante (1, 6, 13). L'importance de cette voie de transmission n'est pas claire. De mauvaises conditions d'hygiène peuvent aider à la propagation du virus".

In the laboratory, infection through small-particle aerosols has been demonstrated in primates, and airborne spread among humans is strongly suspected, although it has not yet been conclusively demonstrated (1, 6, 13). The importance of this route of transmission is not clear. Poor hygienic conditions can aid the spread of the virus.

Le 22.08.2014, la Public Health Agency of Canada précisait les modes de contamination possible dont le risque de transmission aéroportée interanimale mais non prouvée en ce qui concerne les êtres humains :
"En laboratoire, des primates non humains ont été infectés à la suite d’une exposition à des particules aérosolisées du virus provenant du porc, mais une transmission par voie aérienne n’a pas été démontrée entre primates non humains Note de bas de page 1 Note de bas de page 10 Note de bas de page 15 Note de bas de page 44 Note de bas de page 45. Des porcs ont excrété le virus dans leurs sécrétions nasopharyngées et leurs selles après une inoculation expérimentale Note de bas de page 29 Note de bas de page 30."
" In laboratory settings, non-human primates exposed to aerosolized ebolavirus from pigs have become infected, however, airborne transmission has not been demonstrated between non-human primates Footnote 1 Footnote 10 Footnote 15 Footnote 44 Footnote 45. Viral shedding has been observed in nasopharyngeal secretions and rectal swabs of pigs following experimental inoculation Footnote 29 Footnote 30."


Ces constations du Public Health of Canada proviennent d'un article publié dans Nature publié en 2012 qui stipule l'existence d'une transmission aéroportée entre les primates non humains et les cochons. (Transmission of Ebola virus from pigs to non-human primates) :


"Ici, nous montrons la transmission du virus Ebola de porcs à des macaques sans qu'il y ait eu des contact direct. Fait intéressant, la transmission entre les macaques dans des conditions de logement semblables n'a jamais été observée. Les porcelets inoculés par voie oro-nasale avec le virus Ebola (variante Zaïreoise) ont été transférés aux macaques qui logeaient dans une cage ouverte mais inaccessible aux porcelets. Tous les macaques ont été infectées. Le virus infectieux a été détecté dans les prélèvements oro-nasaux des porcelets, et dans le sang et des tissus de macaques.

Here we show ZEBOV transmission from pigs to cynomolgus macaques without direct contact. Interestingly, transmission between macaques in similar housing conditions was never observed. Piglets inoculated oro-nasally with ZEBOV were transferred to the room housing macaques in an open inaccessible cage system. All macaques became infected. Infectious virus was detected in oro-nasal swabs of piglets, and in blood, swabs, and tissues of macaques.

Tous ces travaux ont été faits sur la souche virale d'Ebola du Zaïre mais aucun à ce jour n'a été fait sur la nouvelle variante d'EBola apparue en Guinée et qui est beaucoup plus virulente.

Il demeure donc une suspiction de transmission inter-humaine bien que non prouvée et sans doute minime si le cas était avéré. Ce doute devrait amener le staff scientifique d'Obama à montrer une certaine prudence et précautions. Dans l'interview d'Obama, lors de ses conseils donnés aux Africains, le doute n'est pas permis. Il n'y a pas de risque de transmission aéroportée interhumaine. Nous voilà donc rassuré !

DISCOURS DU PRÉSIDENT OBAMA SUR L'EPIDÉMIE D'EBOLA

commentaires

Haut de page