Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ukraine : l’étrange communiqué d’Amnesty International (Les Blogs de Politis)

par Le Yeti 12 Septembre 2014, 07:18 Ukraine Amnesty International OTAN Images satellites

Commentaire d’Amnesty : « Cette image montre PROBABLEMENT six automoteurs d’artillerie MSTA-S 2S19. »
Commentaire d’Amnesty : « Cette image montre PROBABLEMENT six automoteurs d’artillerie MSTA-S 2S19. »
Ukraine : l’étrange communiqué d’Amnesty International
Par Le Yeti

Source: Les-blogs-de-Politis
Lu sur Arrêt sur Info.ch

Il faut croire qu’il manquait un acteur dans le conflit ukrainien. C’est Amnesty International (AI) qui s’y colle. Selon Salil Shetty, secrétaire général de l’association, toutes les parties, forces ukrainiennes comme insurgés, commettent des crimes de guerre. Dans la foulée, le communiqué d’AI prétend aussi avoir les preuves de l’implication militaire russe sur le terrain.

Commentaire d’Amnesty : « Cette image montre PROBABLEMENT six automoteurs d’artillerie MSTA-S 2S19. »

On se doute qu’une guerre civile ne se déroule pas selon les nobles principes militaires édictés par Genève. Selon AI, des chercheurs de l’association, présents sur le terrain, auraient recueilli des informations « dignes de foi sur des enlèvements et des tabassages » commis tant du côté de l’armée ukrainienne que dans les rangs des insurgés.

On aurait cependant aimé avoir d’avantage d’éléments pour étayer ces accusations : exemples précis, nom des victimes, précisions sur les sources « dignes de foi » et sur les « chercheurs » d’AI… En lieu de quoi AI n’offre en pâture qu’un seul cas relevant plus d’un crime sordide de droit commun (un pasteur, deux de ses fils et deux de ses ouailles enlevés avec demande de rançon) que d’un crime de guerre caractérisé.

Les satellites d’Amnesty International

Plus grave, AI affirme avoir la preuve de l’implication militaire russe sur le terrain. Non plus sur la foi de chercheurs sur place, mais sur celle de photos satellite.

Mais de quels satellites proviennent les photos « commissioned by Amnesty International » à l’appui de ses dires. Satellites russes ? Peu probable. AI dispose-t-elle de satellites dédiés ? Certainement pas. Alors, la provenance providentielle de ces photos coule de source. On notera d’ailleurs que les photos produites par AI ne sont guère plus probantes que celles, similaires, publiées par l’Otan jusqu’à présent.

Et on rappellera que l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), qui, elle, a bien 250 observateurs dûment identifiés en mission d’observation sur place, a affirmé à plusieurs reprises qu’elle n’avait pour l’heure aucune preuve de l’implication directe de forces armées russes dans le conflit.

Un ton à la John Kerry

Mais foin de tout cela, le communiqué d’AI va plus loin :

« La Russie doit faire cesser l’afflux constant d’armements et d’autres ressources aux rebelles impliqués « dans des violations flagrantes » des droits de l’homme. »

Outre le ton qu’on croirait tout droit sortis des bureaux de John Kerry au Département d’État américain, plus question là de faire la part des choses entre l’ingérence russe et l’implication pourtant avérée, sinon même revendiquée, tant financière que matérielle (et humaine ?), des pays occidentaux dans le conflit.

Dans le cas d’espèce, en prenant position pour un camp au détriment d’un autre, AI sort de sa mission d’ONG neutre dédiée exclusivement à la défense des Droits de l’homme d’où qu’ils viennent. De là à penser que les chercheurs d’AI ont été purement et simplement « embedded » par l’Otan, il y a un pas assez troublant qui pourrait aisément être franchi.

Par Le Yeti

Source: Les-blogs-de-Politis

commentaires

Haut de page