Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visite de Rajaonarimampianina à Paris: Rien de substantiel sauf livrer Madagascar à la France. (Tsimok'i Gasikara)

par tsimok'i Gasikara 23 Septembre 2014, 15:29 France Madagascar Rajaonarimampianina François Hollande Françafrique

Visite de Rajaonarimampianina à Paris: Rien de substantiel sauf livrer Madagascar à la France.

Par tsimok'i Gasikara

A l’issue de leur entretien de ce vendredi, F. Hollande et H. Rajaonarimampianina ont tenu un point de presse conjoint. Sur les 8 mn, il ne ressortait que des banalités de circonstance. Rien de substantiel donc, du moins publiquement, dans les discours des deux chefs de l’Exécutif à la popularité calamiteuse.

M. Hollande s’est contenté de rappeler que la France est déjà bien installée à Madagascar avec ses 25 000 ressortissants et les 1000 entreprises hexagonales au service de la françafrique, toute une colonie quoi ! Une façon de dire que sa présence ne se discute plus, la France y est bien chez elle mais pas l’inverse ! Dans sa brève rétrospective, Hollande, le chef de guerre françafricain, n’a pas hésité à mentir (comme il a l’habitude de faire à ses électeurs) en affirmant que "les élections sont libres, claires et transparentes". Faut-il rappeler que la France a été l’artisan de ces élections forcées, non démocratiques (qui est à l’origine du Ni-Ni, de la non-candidature de Mme Lalao Ravalomanana ?), aux fraudes massives, taillées sur mesure pour permettre à Rajao, le putschiste, de devenir président au mépris des intérêts des Malagasy et des dispositions des Accords de Cotonou ?

Après 6 mois d’exercice du pouvoir, où en est-on?

Le pays se trouve entre les mains de toute une bande qui n’a pas de programme clair, qui navigue à vue, qui ne connaît que répression, intimidation et arrogance. Très récemment, les exactions commises par ce régime dans le sud de l’Ile viennent d’être portées à la connaissance de la Communauté Internationale, devant le Conseil des Droits de l’Homme à Genève, avec des accusations graves d’exécutions sommaires, de déplacements forcés de population et de rackets.

Les exilés politiques ne sont pas encore autorisés à rentrer, les détenus politiques sont encore en prison. Pourtant, ce sont des exigences majeures de la Feuille de route pour lesquelles M. Rajaonarimampianina s’est engagé.

Le pillage du pays se poursuit et les trafiquants, en l’occurrence de bois de rose, ne sont jamais inquiétés. L’impunité reste encore la règle, aucune arrestation des vrais commanditaires n’a été constatée. HVM et compagnie laissent faire: impuissance ou complicité ?

La compagnie nationale Air Madagascar est en état de déconfiture, dilapidée, ce qui ressemble à s’y méprendre à une mise en faillite organisée par ses dirigeants successifs parmi lesquels, Rajaonarimampianina ex-PCA en même temps que Ministre des finances. Il était au coeur de la manoeuvre, sa responsabilité est pleinement engagée. Aussi, il doit répondre de la situation dans laquelle se trouve actuellement la compagnie. Le black-listage de la compagnie par l’UE n’est que la conséquence logique de sa gestion kleptocratique.

La jeune génération est sacrifiée car son avenir n’est point la priorité des dirigeants. Tous les efforts entrepris dans le domaine de l’enseignement et de l’éducation ont été brutalement anéantis par le putsch de 2009. Pour preuve, le taux de réussite au baccalauréat n’a cessé de baisser pour atteindre 39% cette année. Ce faible résultat associé aux 46% d’analphabètes (chiffres dévoilés lors des journées mondiales contre l’analphabétisme, 7 et 8 sept 2014), témoigne de l’extrême gravité de la situation quant à l’avenir du pays. Que vont devenir les enfants des familles en grande difficulté, celles qui cherchent au jour le jour leur repas quotidien (elles représentent quand même 92 % de la population!) ? Sans doute, ils resteront dans l’extrême pauvreté comme leurs parents. Alors que ceux qui ont les moyens, notamment les politiciens, ils mettent leurs enfants dans le circuit privé, jusqu’à les envoyer à l’étranger. Normalement, de telle injustice devrait être corrigée par une politique scolaire et éducative adaptée, ce qui n’est point le cas avec le régime actuel. Rappelons qu’avant 2009, Madagascar pouvait se pavaner d’être l’un des pays subsahariens qui affichait le plus bas taux d’analphabétisme. Aussi, il n’est point excessif de qualifier ces putschistes, actuellement légitimés par la complicité de M. Hollande, de criminels contre la Nation. Quelle honte pour vous M. Hollande de les cautionner.

Par ailleurs, M. Rajaonarimampianina, tout émerveillé à côté de son maître, a fait part, lors de cette visite, de toute sa gratitude à l’égard de l’ex-future puissance coloniale de l’avoir installé sur le trône. Une litanie de remerciements, tout un discours sur les "liens historiques et séculaires qui lient les deux pays, le rappel du rôle de la France qui "a toujours été aux côtés de Madagascar dans les moments difficiles, qui a apporté son soutien au niveau financier, politique et au niveau international", autant de bonnes phrases qui témoignent de l’allégeance totale à la France. Si bien que M. le putschiste légitimé a appelé les français de tous bords (actifs, chômeurs, retraités, anciens légionnaires, entreprises,…) à venir s’installer à Madagascar, un pays en "chantier" et "d’opportunité". Sur ce point, il ne manque pas d’air car qui a mis le pays dans un tel chantier sinon lui même et ses amis pendant la transition? Pour les inciter à venir, M. Rajaonarimampianina s’est même engagé devant M. Hollande à lutter contre la corruption, à la mise en place d’une justice équitable, de la gouvernance et de l’Etat de droit. C’est tout un chantier! Que de la démagogie! Qui pourrait croire à ces belles paroles ? Les faits plaident tout le contraire.

Bref, M. Rajaonarimampianina venait de livrer Madagascar à la France pour service rendu et les Iles Eparses avec, ces îles appartenant à Madagascar mais occupées illégalement par la France malgré une Résolution de l’ONU de 1979 qui demande à la France de les restituer à Madagascar. M. Rajaonarimampianina n’a fait aucune allusion à ce sujet si important lors de son discours, contrairement au Président comorien qui, lui, a osé revendiquer Mayotte lors du Sommet de la COI à Moroni au mois d’août dernier.

C’était une visite dans la pure tradition françafricaine où le pantin est convoqué pour rendre compte de la situation locale et le maître qui donne ses ordres.

TG

Voir la vidéo : http://www.elysee.fr/videos/point-de-presse-conjoint-avec-m-hery-rajaonarimampianina-president-de-madagascar/

Visite de Rajaonarimampianina à Paris: Rien de substantiel sauf livrer Madagascar à la France. (Tsimok'i Gasikara)

commentaires

Haut de page