Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des barbouzes sur les pas de journalistes qui enquêtent sur Sarkozy (MdP)

par Michel Deléan 19 Octobre 2014, 06:58 Sarkozy Barbouzes Journalisme Menace Le Monde

Des barbouzes sur les pas de journalistes qui enquêtent sur Sarkozy (MdP)
Des barbouzes sur les pas de journalistes qui enquêtent sur Sarkozy
Par Michel Deléan
Mediapart

Le retour de Nicolas Sarkozy ainsi que ses ennuis judiciaires décuplent les atteintes au secret des sources des journalistes. Dernier épisode en date bruyamment relayé par Valeurs actuelles : l’espionnage et de basses attaques contre deux enquêteurs du Monde filochés et pris en photos.

Depuis l’affaire des micros du Canard enchaîné (en 1973) jusqu’au cambriolage de Mediapart en pleine affaire Bettencourt (en 2010), on sait que le pouvoir politique – ou certains intérêts – peut parfois avoir recours à des services de l’État ou à des officines plus discrètes pour essayer de museler la presse.

Le retour récent de Nicolas Sarkozy en politique, conjugué à ses déboires judiciaires, correspond curieusement à un retour de ces pratiques détestables, tout en hystérisant par ailleurs le débat public. Drapé dans une pose berlusconienne, l’ex-chef de l’État et actuel candidat à la présidence de l’UMP se présente en effet comme la victime d’un hypothétique complot ourdi par les médias et les juges. Qu’il soit mis en examen, ou qu’un journal publie une enquête qui le concerne, et voilà aussitôt une preuve supplémentaire de l’ignoble machination qui vise à l’abattre, martèle Sarkozy au cours de ses meetings et dans les médias. Dans le même temps, de sombres manœuvres suivent leurs cours...

...Début septembre, Gérard Davet, Fabrice Lhomme et leurs familles ont été l’objet de menaces de mort sérieuses et détaillées parvenues à leurs domiciles, et sont placés depuis lors sous protection policière. L’un des courriers reçus faisait allusion à un dossier de criminalité organisée corse sur lequel ils avaient écrit un article documenté. Les officiers de sécurité qui protègent les deux journalistes auraient-ils rendu compte de leurs déplacements professionnels à leur hiérarchie, au sein de laquelle Nicolas Sarkozy est encore populaire ? Rien ne permet de le prouver.

Selon nos informations, ces officiers de sécurité ont, en revanche, surpris à deux reprises des voitures suspectes qui filaient Davet et Lhomme, et dont un passager prenait des photos. La piste d’une officine barbouzarde lancée aux trousses des deux journalistes est donc plus plausible.

Gérard Davet et Fabrice Lhomme avaient été mis en garde par certains réseaux sarkozystes dès le mois de mars, après la divulgation de l’affaire des écoutes téléphoniques judiciaires de Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog. Est-ce un hasard ? Dès le 16 mars, un article venimeux du JDD affirme que Davet et Lhomme ont été reçus à l’Élysée quelques heures avant la publication de leur enquête, reproduit un extrait d'agenda confidentiel de la présidence de la République, et sous-entend (déjà) que François Hollande instrumentalise les journalistes pour abattre Sarkozy.

Plus récemment, Libération a raconté comment Sarkozy et Herzog ont voulu piéger les deux journalistes: il s’agissait de dire que Davet et Lhomme les avaient prévenus qu’ils étaient sur écoutes, dans une conversation que l’ex-président et son avocat savaient pertinemment être enregistrée, et dont les retranscriptions pourraient ensuite « fuiter » à dessein...

Lire l'article en entier sur Mediapart

commentaires

Haut de page