Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hillary Clinton admet avoir joué un rôle dans les conséquences du coup d'Etat au Honduras (Al-Jazeera)

par Mark Weisbrot 4 Octobre 2014, 19:26 Hillary Clinton Honduras Coup d'Etat Zelaya Articles de Sam La Touch

Hillary Clinton admet avoir joué un rôle dans les conséquences du coup d'Etat au Honduras (Al-Jazeera)
Hillary Clinton admet avoir joué un rôle dans les conséquences du coup d'Etat au Honduras
Article originel : Hillary Clinton Admits Role in Honduran Coup Aftermath
Par Mark Weisbrot
Al Jazeera

Traduction SLT

Le rapprochement du discours d'Hillary Clinton avec le récit émanant de l'extrême droite au sujet de l'Amérique latine fait partie de sa stratégie électorale.

Dans un récent éditorial du Washington Post, l'ancien secrétaire d'Etat étatsunienne, Hillary Clinton, a passé en revue le dernier livre de Henry Kissinger, «World Order», pour "soutenir le leadership des Etats-Unis dans le monde." Au milieu des nombreuses crises mondiales, elle a appelé au retour à une politique étrangère dotée d'objectif, de stratégie et de pragmatisme. Elle a également souligné certains de ces choix politiques dans ses mémoires "Hard Choices" ainsi que la manière dont ils ont contribué aux défis auquel l'administration de Barack Obama est aujourd'hui confrontée.

Le chapitre sur l'Amérique latine, en particulier la section sur le Honduras, pays dont une grande majorité d'enfants migrent vers les Etats-Unis, est passé largement inaperçu. Dans des lettres à Clinton et à son successeur, John Kerry, plus de 100 membres du Congrès ont averti à plusieurs reprises de la détérioration de la sécurité au Honduras, en particulier depuis le coup d'État militaire 2009 qui a renversé le président démocratiquement élu Manuel Zelaya du pays. Comme le souligne le savant hondurien, Dana Frank, le gouvernement post-coup d'Etat a été soutenu par les USA qui ont "récompensé les loyalistes favorables au coup d'Etat avec les meilleurs ministères," ouvrant ainsi la porte à plus "de violence et d'anarchie."

Le taux d'homicides au Honduras, déjà le plus élevé dans le monde, a augmenté de 50% de 2008 à 2011 ; la répression politique, les assassinats des candidats de l'opposition politique, des syndicalistes paysans ou des militants LGBT ont augmenté et continuent à ce jour. Les meurtres des féministes ont augmenté de façon exponentielle. La violence et l'insécurité ont été exacerbées par un effondrement institutionnel généralisé. La violence liée à la drogue a empiré sur fond d'allégations de corruption rampante dans la police et au sein du gouvernement du Honduras. Alors que les gangs sont en grande partie responsables de la violence, les forces de sécurité honduriennes sont impliquées dans une vague d'assassinats et d'autres crimes contre les droits de l'homme dans la plus grande impunité.


Malgré cela, à la fois sous Clinton et Kerry, la réponse du Département d'État à la violence et l'impunité des militaires et de la police a été marquée par un grand silence, tandis que les Etats-Unis ont continué d'aider les forces de sécurité honduriennes. Dans "Hard Choices", Hillary Clinton, décrit son rôle à la suite du coup d'Etat qui a conduit à cette situation désastreuse. Son récit est important tant pour sa confession d'une vérité importante que pour son faux témoignage crucial.

Tout d'abord, sa confession : Clinton admet qu'elle a utilisé son pouvoir politique du moment pour s'assurer que Zelaya ne reviendrait pas au pouvoir. "Dans les jours qui ont suivi [après le coup d'Etat] J'ai parlé avec mes homologues dans l'hémisphère, y compris le Secrétaire [Patricia] Espinosa au Mexique", écrit Clinton. "Nous avons élaboré une stratégie sur un plan pour rétablir l'ordre au Honduras et veiller à ce que des élections libres et équitables soient organisées rapidement et légitimement, ce qui rendrait le retour de Zelaya discutable."

Ceci n'est pas une surprise pour ceux qui ont suivi de près le drame qui a suivi l'après coup d'Etat. (Voir mon commentaire à partir de 2009 sur la façon dont Washington a aidé à la réussite du coup d'Etat ici, ici et ici.) Mais l'histoire officielle, qui a été consciencieusement acceptée par la plupart des médias, fut celle selon laquelle l'administration Obama se serait opposée plutôt au coup et aurait voulu le retour de Zelaya.


Le retour de Zelaya était tout sauf problématique ou discutable. Les dirigeants latino-américains, l'Assemblée générale des Nations Unies et d'autres organismes internationaux ont exigé avec véhémence son retour immédiat au pouvoir. L'attitude anti-démocratique et de défiance de Clinton a considérablement refroidit les relations des États-Unis avec plusieurs pays d'Amérique latine. Cela a érodé l'accueil chaleureux et le bénéfice du doute que même les gouvernements de gauche de la région avaient accordé à l'administration Obama nouvellement installée quelques mois plus tôt.

Le faux témoignage de Clinton est encore plus révélateur. Elle signale que Zelaya a été arrêté au milieu des "craintes qu'il s'apprêtait à contourner la Constitution et prolonger son mandat." C'est tout simplement faux. Comme Clinton le sait très bien, quand Zelaya a été enlevé par l'armée et expulsé hors du pays en pyjama, le 28 juin 2009, il était en train d'essayer de mettre en place une consultation populaire, sur la tenue ou non, lors des élections générales de novembre 2009, d'un référendum pour réformer la Constitution lors de l'élection prévue en novembre.

Il est important de noter que Zelaya n'était pas admissible à concourir pour cette élection. Même s'il avait obtenu tout ce qu'il voulait, il était impossible pour Zelaya de prolonger son mandat. Mais cela n'a pas empêché l'extrême droite au Honduras et les Etats-Unis d'utiliser de fausses accusations de falsification de la constitution pour justifier le coup d'Etat.

En plus de sa confession audacieuse et du rapprochement narratif de Clinton avec le récit de l'extrême-droite hondurienne durant cet épisode, le chapitre Amérique latine de la politique étatsunienne a considérablement viré à droite sous son mandant de secrétaire d'Etat. Cela ressemble à un calcul politique. Il y a peu de risque de perdre des voix pour avoir admis son rôle dans ce coup d'Etat qui a fait que la plupart des gouvernements de l'hémisphère ont été (et le sont encore) dégoutés des Etats-Unis. De l'autre côté de l'équation, il y a des groupes d'intérêt influents et des sommes importantes à obtenir du lobby droitiste d'Amérique latine pour la future campagne électorale, y compris en provenance des Cubano-étatsuniens et de leurs collectes de fonds politique.

Comme l'embargo mis en place depuis 54 ans contre Cuba a échoué, la position de Clinton sur l'Amérique latine dans sa course à la présidence est un autre exemple de la façon dont l'extrême droite exerce une influence disproportionnée sur la politique étrangère étatsunienne dans l'hémisphère.



Mark Weisbrot est co-directeur du Centre pour la recherche économique et politique (Center for Economic and Policy Research) à Washington, DC. Il est également le président de Just Foreign Policy.

commentaires

Haut de page