Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Europe: le déclin d'une immoralité consciencieuse

par Luc Deschamps Kouam 14 Octobre 2014, 08:54 Europe Déclin Crise économique Allemagne France Grande-Bretagne Euro

L'Europe: le déclin d'une immoralité consciencieuse
L'Europe: le déclin d'une immoralité consciencieuse
Par Luc Deschamps Kouam

Lu sur Cameroon Voice

L’Europe en très grande majorité est en proie à une crise économique aigue, née de ses propres politiques d’austérité. Seul l’Allemagne reste encore un petit oasis de bonheur dans un grand désert de misère comparable aux années 1920. Les performances commerciales allemandes ne sont pas que dues au seul Made In Germany, mais aussi au dumping de la baisse des salaires. La compétitivité de l’Allemagne a résulté et de la modération salariale et des avantages résultant d’un effort productif plus important de ces sous-traitants.

Les pays issus de la zone Euros n’ont pas cette flexibilisé qu’ont les autres banques centrales comme la FED, la banque centrale d’Angleterre, de Chine, de Russie et bien d’autres pour faire baisser la valeur de leurs monnaies et encourager les explorations, afin de devenir plus compétitive face aux pays émergents. Conséquence immédiate, en majorité les pays européens sont devenus déflationnistes, désespérés, sans idée concrète de relance économique, et font face à un grand soulèvement de leur populations contre leur gouvernement respectif et surtout contre Bruxelles qui contrôle et décide de tout.

En très grande majorité, les pays européens ont perdu leur âme, en Europe on ne parle, et ne jure plus que par les chiffres. Parler d’autre chose est devenue une hérésie. Les marchés financiers dictent leurs lois, et bien des politiciens n’en sont que leurs petits valets. Certaines grandes banques qui on tété impliquées dans la turpitude financière qui menace de faire écrouler toute l’économie mondiale ont même réussi à faire placer certains de leurs plus fideles employés à la tête d’organisation chargé de réguler le marché économique et financier en Europe, le retour de l’ascenseur n’est pas très loin, ainsi que de nombreux conflits d’intérêt. Je veux bien croire à la présomption de neutralité, mais…

L’Europe est devenue le cauchemar du rêve des Konrad Adenauer, des Robert Schuman, des Alcide de Gasperi, des Winston Churchill…Des politiciens sans vergogne ont détruit tout ce que ces braves gens avaient mis sur pied, ou avaient imaginés pour le bien-être de leurs concitoyens. La cupidité, la voracité, l’insensibilité à la souffrance de leurs concitoyens, l’appât du gain rapide en misant sur l’effondrement économique d’un tel ou tel pays. Conséquence beaucoup de ces pays sont en proie à l’arrivée des parties d’extrême gauche ou droite au pouvoir, la population n’ayant plus aucune confiance ou sympathie aux différents partis traditionnels. Ces parties d’extrême qui appellent sans relâche à une révolution. De là à voir bien des dirigeants actuels français à bastille, il n’a qu’un pas dans l’imagination. Les populations sont désabusées et trahis par ceux qu’elles ont élus, pour changer leur quotidien. On va tout doucement vers un autre conflit pire que les deux autres guerres que l’humanité a vécu, si la machine infernale des récessions économiques, des compressions budgétaires, de l’enrichissement sans limites d’une infime partie de la population, de la paupérisation, du chômage, du sous emploi, et de la précarité de l’emploi ne s’arrêtent pour faire place à une société plus équitable, plus juste, et donc tous ont la même chance de réussite quelque soit vos origines sociales. La classe moyenne est en quasi disparition dans bien de pays en Europe, conséquence, on a d’un côté une très petite minorité des gens très riches, et de l’autre une grande partie de la population qui tire le diable par la queue pour boucler les fins de mois. Je n’irai pas jusqu’à parler d’Apartheid fiscale, car les riches paient de moins en mois d’impôts, alors que la majorité de la population est en quasi harcèlement fiscal; Vous en avez trop dans les poches, payez moins, vous en avez pas assez, payez plus, tel est la devise perverse dont fait face la majorité de la population. La population dans sa très grande majorité est désabusée et sans repère, et ne sait plus à qui faire confiance, car tous les politiciens de tous les bords ont montré leurs limites et leur aversion pour des décisions courageuses comme souhaité par leurs populations.

Beaucoup de pays européens font face à quelque chose pire que les turpitudes économiques; la fracture entre les différentes communautés sur leur territoire. Après la grande guerre, bien de pays ont fait venir des populations pour aider à la reconstruction, et la mise en marche de l’activité économique. À ceux-là se sont ajoutés des personnes fuyant les guerres, la persécution religieuse, fuyant la pauvreté, et bien d’immigrants pour des causes parfois bien obscures. Au fil des temps, ces nouveaux citoyens venus d’ailleurs se sont multipliés, et représentent une proportion non considérable de la population. Ces derniers font face le plus au chômage, à la pauvreté, à la précarité de l’emploi, et au sous-emploi. Ils représentent la grande majorité de la population carcérale, alors que leur communauté ne pèse en effet pas plus de 10% de la population totale. Ils sont accusés à tort par une bonne partie de la population, d’être responsable de leur situation économique; «Vous volez nos emplois, rentrez chez vous scandent-ils sans pudeur ». La fracture sociale est si grande, à tel point que les décisions politiques souvent sont prises en tenant compte de la sensibilité d’une telle ou telle communauté; calcul électorale oblige.

L'ascension des partis europhobes ou eurosceptiques dans toute l'Union aux élections de la fin mai, devrait infléchir la politique européenne et contraindre Bruxelles à changer un tout petit peu sa politique. La musique doit changer dans bien de ces pays en ce qui à trait au volet économique. À force de maintenir la grue tendue, elle finit par se casser.

Où en est-on avec la solidarité dont l’union européenne vante tant les mérites? Pourquoi ne communautarise-t-on pas la dette au sein de l’union européenne? Tout simplement parce qu’en son sein on a tellement des états laxistes qui en abuseront, pour vivre au dépend de ceux qui essaient de contrôler leurs dépenses publiques, la crise grecque et italienne en sont des «parfaites illustrations de cette solidarité». L’hypocrisie en son sein est même devenue une vertu; les anglais par exemple veulent bénéficier des subventions européennes, mais ne veulent pas s’en tenir aux décisions de la bureaucratie de Bruxelles, ce qui relève naturellement de leur droit. Comment peut-on refuser de manger la chair de porc et vouloir boire le lait produit par la truie? Les décisions irresponsables de beaucoup de dirigeants européens ont conduits leur pays vers un chemin de non retour, aussi longtemps que la destinée de l’Europe sera décidée par des gens qui n’ont aucune légitimité populaire. La partie est immuablement terminée, et beaucoup de pays européens doivent commencer à chanter l’oraison funéraire de leurs beaux jours économique.

Demain ne sera plus jamais comme hier économiquement parlant, oui, oui, hier ne reviendra plus jamais même si l'espoir est toujours permis.

Luc Deschamps Kouam- CPA CMA MBA

commentaires

John 14/10/2014 19:54

Bravo!!!!
Nous viivons ici en Italie,pays fondateur de l'Union Européenne depuis une vingtaine d'années et nous partageons ton analyse.
On accuse les immigrés africains de tous leurs maux mais peu savent que ce sont les choix politiques de leurs leaders qui sont à l'origine de leurs problèmes.
Mais malheureusement pour certains d'eux,nous sommes prets à les affronter physiquement car nous avons déjà perdu 3 frères sénégalais à Florence,victimes de la follie raciste d'un extremiste de droite.
A bon entendeur ,salut!

Haut de page