Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Libye. France, néocolonialisme, impérialisme, guerre civile et chaos

par Sam La Touch 20 Octobre 2014, 05:59 Articles de Sam La Touch France Françafrique Libye néocolonialisme USA Impérialisme Laurent Gbagbo Panafricanisme

Libye. France, néocolonialisme, impérialisme, guerre civile et chaos

Depuis 3 ans, le chaos ensemencé par la Pax atlantica se poursuit en Libye où la situation ne cesse de se déteriorrer après les actions néocoloniales criminelles fomentées par le triumvirat Sarkozy-Cameron-Obama et leurs tristes sbires des monarchies du Golfe. C'est une guerre sans fin auquel on assiste dans un pays qui fut sous Kadhafi le pays le plus riche et le plus développé socialement et humainement d'Afrique. On comprend mieux le célèbre aphorisme de Sarkozy dirigé envers les Africains : "Le drame de l'Afrique c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire. […] Le problème de l'Afrique, c'est qu'elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l'enfance. […] Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine ni pour l'idée de progrès". Discours hautement racialiste et emprunt des pires clichés colonialistes français qu'il fallait en fait traduire en tenant compte de l'angoisse du colon qui y était sous-jacente : "Jamais nous, puissance coloniales et impérialistes, ne vous laisserons vous développer" et "chasser de votre imaginaire cette idée d'une indépendance vis à vis de vos puissances tutélaires qui vous garderont toujours sous leurs coupes. Et si vous ne leur obéissez pas vous serez mené à votre propre perte pour le bien des puissances occidentales. Nous refusons que vous puissiez entrer dans cette idée de progrès et serions prêts à tout y compris d'aller jusqu'au génocide pour vous entraver".

Après la croisade françafricaine avec les panzers français contre le président Laurent Gbagbo démocratiquement élu en 2000 - et dont le pouvoir a été ébranlé depuis 2002 par un coup d'Etat entretenu et soutenu par la France jusqu'à l'avènement du pion Ouattara dans des élections truquées en 2010 sous l'égide de la France manoeuvrant l'ONU dans les coulisses - , on eu droit à la croisade contre l'autre panafricain Kadhafi. Le président panafricaniste est une espèce en voie de disparition en Afrique francophone et ailleurs. Beaucoup ont été chassés par les colons français ou leurs supplétifs tirailleurs autochtones : d'Olympio à Kadhafi en passant par Gbagbo. Pendant ce temps là, l'Etat français soutient les pires dictateurs en Afrique subsaharienne avec la complaisance de ses médias racialistes et d'une population acquise au néocolonialisme au travers des siècles gavée qu'elle est des poncifs racialistes qui formatent ses représentations, d'expositions (néo)coloniales débiles tandis que le monarque de la République reçoit les pires dictateurs sanguinaires africains dans les alcôves de l'Elysée pour le plus grand bien-être des multinationales et des partis politiques français. L'Etat français soutient politiquement, économiquement et militairement les dictateurs Déby au Tchad, Sassou Nguesso au Congo, Compaoré au Burkina Faso, Biya au Cameroun, Eyadéma au Togo, sans que cela pose le moindre problème de conscience au magistère médiatico-politico-intellectuel de France se retranchant derrière des légitimations racialistes allègrement diffusées aux Français d'en bas. Quant à la presse libre française, elle est quasiment aux abonnés absents. Elle est obsédée par sa lutte contre l'impérialisme atlantiste tout en occultant sa fibre souverainiste dans des positions rouge-brun aux relents fascistoïdes.

La conception des Lumières y est sélective et ne s'adresse pas aux Africains, qui vivent dans le "coeur des Ténèbres" savamment entretenu par le discours et les actions (néo)colonialistes en vigueur dans le cadre d'une politique étrangère barbare et criminelle.

Pour revenir à la Libye, la communauté internationale (l'Occident et ses sbires du Golfe) après avoir bombardé la Libye et armé les rebelles djihadistes soutiennent à présent leur nouveau sauveur, le Général Khalifa (made in USA et soutenu par la CIA), qui entend représenter actuellement les intérêts occidentaux et qui dans sa mission de reprendre du terrain aux Islamismes plonge un peu plus le pays dans la guerre civile ouverte avec le risque inhérent d'une bakanisation. C'est sans doute l'ulime joker avant l'intervention militaire occidentale directe ou indirecte via des nations supplétives à la périphérie de la Libye. Cela rappelle également, à peu de choses près, le même modus operandi qu'en Syrie même si le régime d'Assad tient toujours car il n'a pas été lâché par les Russes et les Chinois contrairement à Kadhafi l'Africain. Les forces atlantistes après avoir soutenu les rebelles syriens et les islamistes djihadistes dans leur rang (dont bon nombre provenaient de Libye) se retournent à présent contre eux en les bombardant et en s'appuyant soit disant sur des rebelles modérés made in USA pour détruire la Syrie et le régime d'Assad qui encore une fois n'a rien à envier aux dictateurs françafricains installés par la France avec son armée dans ses ex-colonnies.

A Benghazi, le carnage se poursuit. De violents combats ont fait rage dans plusieurs parties de la deuxième ville de Libye entre les forces pro-gouvernementales dirigées par Haftar et les milices islamistes, selon un correspondant de l'AFP et des témoins. Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi où les forces pro-gouvernementales ont lancé une offensive contre les milices islamistes, portant le bilan à 75 morts en cinq jours, selon des sources médicales. Une femme a été tuée dans un attentat à la bombe qui a visé la maison vide de l'ancien général Khalifa Haftar, le commandant de l'offensive lancée mercredi dernier, selon une source militaire.

Les troupes françaises et étatsuniennes dont les commandos patrouillent déjà dans le sud libyen, où les forces résistantes de Kadhafi s'étaient réfugiées, menacent à présent d'intervenir directement pour installer la pax atlantica en Libye. Pour l'Occident, le troisième millénaire est de toute évidence marqué par le retour du colonialisme et de ses crimes jamais condamnés et jugés - l'amnésie menant à la reconduction - ainsi que des interventions militaires en Afrique tout azimuth : l'Horreur, l'Horreur !

commentaires

Haut de page