Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Selon le diagnostic du Président israélien : "Israël est une société malade" (Mondoweiss)

par Philip Weiss 25 Octobre 2014, 06:07 Israël Société malade Racisme Colonialisme Sionisme Reuven Rivlin Articles de Sam La Touch

Selon le diagnostic du Président israélien : "Israël est une société malade"
Article originel : Israeli President’s Diagnosis — ‘Israel is a Sick Society’
Par Philip Weiss
Mondoweiss

Traduction SLT

Saviez-vous que le président d'Israël a déclaré qu'Israël est une «société malade» ? Reuven Rivlin, membre du Likud (parti politique sioniste israélien de tendance nationaliste, ndt), a fait ces déclarations durant le week-end. Cette déclaration a été largement couverte en Israël, mais comme le souligne Sullivan, la déclaration n'a pas obtenu beaucoup d'attention aux Etats-Unis. Je pense que ce serait viral.

The Jewish Telegraphic Agency’s précise :
"Il est temps d'admettre honnêtement que la société israélienne est malade - et il est de notre devoir de traiter cette maladie", a déclaré Rivlin à l'Académie israélienne des sciences et des lettres, dimanche, lors d'une conférence intitulée "De la xénophobie à l'acceptation de l'autre."

"La tension entre Juifs et Arabes dans l'Etat d'Israël a atteint des sommets inégalés, et les relations entre toutes les parties sont au plus bas," a-t-il déclaré. "Nous avons tous été témoins de la séquence choquante des incidents et des violences qui ont lieu entre les deux parties. L'épidémie de violence ne se limite pas à un secteur ou à un autre, elle imprègne tous les domaines. Il y a de la violence dans les stades de football ainsi que dans le milieu universitaire. Il y a de la violence dans les médias sociaux et dans le discours de tous les jours, dans les hôpitaux et dans les écoles ".

Du Jerusalem Post: :

Le temps est venu d'admettre qu'Israël est une société malade, d'une maladie qui exige un traitement, a déclaré le président Reuven Rivlin à la séance d'ouverture, dimanche, d'une conférence intitulée "De la haine de l'étranger à l'acceptation de l'Autre".

Rivlin a demandé à haute voix si les Juifs et les Arabes avaient abandonné le secret du dialogue.

En ce qui concerne les Juifs, il a déclaré : "Je ne demande pas si ils ont oublié comment être juifs, mais si ils ont oublié comment être des êtres humains décents. Ont-ils oublié comment converser ?" Aux yeux de Rivlin, l'académie a une tâche essentielle pour réduire la violence dans la société israélienne en favorisant le dialogue et l'étude de différentes langues et cultures dans le but de promouvoir la compréhension mutuelle, de sorte qu'il peut y avoir des rencontres civilisées entre les différents secteurs de la société.

JTA a déclaré que Rivlin avait parlé de la violence qu'il avait reçu sur sa page Facebook. A priori, elle émanerait probablement de la droite mais pas la gauche. Israël est un pays où un colon extrémiste a assassiné un Premier ministre qui disait qu'il voulait faire des compromis avec les Palestiniens, il y a de cela 19 ans.


Rivlin fait évidemment référence aux meurtres des adolescents durant l'été dernier et aux cris de «Mort aux Arabes» qui résonnent dans les rues de Jérusalem. Ceci est la société de droite pure et dure (coloniale, ndt) que Max Blumenthal décrit dans son livre Goliath (Lire ici : "Goliath : vie et haine dans le grand Israël" par Max Blumenthal , ndt), auquel Shlomo Sand a voulu renoncer en cessant de se considérer comme un Juif, et que Nathan Thrall cite dans sa critique de l'utilité d'Ari Shavit pour les Juifs étatsuniens comme une voix libérale alors qu'il est tout le contraire. Et le président du pays a dit cela ? Un politicien du Likud ? Comme le dit Sulllivan, tout Etatsunien qui aurait dit cela serait instantanément marginalisé et traité comme un anti-sémite. En témoigne la mise à l'index de Blumenthal par Times et le fait que Sand et Thrall apparaissent dans les publications britanniques. Alors que les Juifs libéraux étatsuniens conservent leur rêve de Grand Israël (littéralement tiennent à leurs rêves de chateau en Israël : "hold on to their dreamcastle Israel", ndt), avec l'aide de Shavit et de sa bande des médias ; tandis que le New York Times donne un espace libre à Caroline Glick pour calomnier les dirigeants palestiniens. Ceci est une situation très dangereuse. Bien que je pense qu'il y a assez de controverse dans les commentaires, le New York Times les couvrira. Chris Matthews (de NBC News) a sûrement vu le commentaire de Rivlin, mais n'y touchera pas jusqu'à ce que des médias sûrs aux USA relèvent l'information.


Par ailleurs, dans un débat radiophonique sur l'Open Source, un mois auparavant, j'ai dit que le sionisme a commencé en 1894 avec Theodor Herzl quand il a entendu le chant, "Mort aux Juifs", à Paris, et que cela a maintenant abouti, 120 ans plus tard, au slogan "Morts aux Arabes" scandé par des juifs nationalistes à Jérusalem. Voilà l'alpha et l'oméga du sionisme politique, qui a fait échouer le test de Herzl, selon lequel l'étranger serait le bienvenu dans la société juive. Bernard Avishai a répondu que je présentai une «caricature» du mouvement. Je ne pense pas que ce soit une caricature ; il est une interprétation réaliste de l'échec d'une idéologie pour créer une société meilleure. Rivlin doit désespérément partager quelque chose de mon point de vue. A-t-il l'étoffe d'un De Klerk, la capacité de dire à ses concitoyens que le projet a échoué et doit être réinventé?


Philip Weiss est fondateur et co-rédacteur en chef de Mondoweiss.net.

Haut de page