Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le général putschiste Honoré Traoré est-il un nouveau préfet françafricain au service des intérêts français ?

par Sam La Touch 1 Novembre 2014, 09:46 Articles de Sam La Touch Blaise Compaoré Dictature François Hollande Edouard Guillaud Armée française Françafrique Burkina Faso Général Honoré Traoré

L'Amiral Guillaud et le Général Traoré fête la collaboration franco-burkinabé (2013)
L'Amiral Guillaud et le Général Traoré fête la collaboration franco-burkinabé (2013)

Après les manifestations populaires qui ont amené à la démission du dictateur françafricain Compaoré, le général Honoré Traoré a pris le pouvoir au Burkina Faso en annonçant un gouvernement de transition pour un an. Les manifestants réclament sa démission dénonçant sa trop grande proximité avec le régime Compaoré dont il était le chef d'armée.

Pour l'opposition, "toute transition politique à venir doit être conçue, organisée [...]autour des forces de la société civile, et intégrer toutes les composantes de la nation [...], y compris l'armée", selon une déclaration émise lors d'un point de presse dans la matinée.

"Nous ne voulons pas le général Honoré (..) il a servi le Président Compaoré depuis des années. Il est donc fidèle à lui et suivra ses idéologies", a affirmé un manifestant, scandant le nom de Lougué.

Le général Traoré au pouvoir, il est fort à parier que la clique dictatoriale dont il fait partie ne sera pas jugée. Ce nouveau putschiste à la tête du Burkina Faso a de très bon liens avec l'armée française. Pour preuve il a été reçu à plusieurs reprises à Paris avec le dictateur Compaoré et félicité par le chef d'Etat major des Armées française (CEMA), Edouard Guillaud, en 2013 pour sa collaboration avec les forces françaises depuis 2010 (cf. photos 1 et 2).

En février 2014, c’est le général Honoré Nabéré Taoré qui a représenté le Burkina Faso, à l’occasion de la cérémonie de cessation de fonction de l’Amiral Edouard Guillaud. A double titre, tant sur le plan personnel, que sur le plan des relations d’armée à armée. Car du fait de leurs fonctions respectives, les deux hommes ont étroitement collaboré pendant trois ans, dans le cadre de missions diverses relatives à "la paix et à la sécurité en Afrique, particulièrement dans la sous-région ouest-africaine" qui sont en fait des missions de guerre menées par l'Elysée et l'Etat-major au Mali et en Côte d'Ivoire. Dans ce cadre, le général putschiste Traoré, a participé aux opérations Serval et Badénya au Mali, dans la soit-disant lutte contre le terrorisme au Sahel. On connaît aussi le rôle des militaires burkinabé dans la déstabilisation de la Côte d'Ivoire au côté de l'armée française. Les relations de coopération militaire étroite entre l'Etat-major burkinabé et français, sont amenées à se renforcer avec de soit-disant nouveaux enjeux sécuritaires en Afrique.

Le "chef de guerre" Hollande a félicité également le dictateur françafricain Compaoré dans une lettre pour l'ensemble de son oeuvre pour amener "la paix" dans la région (Libéria, Sierra Leone, Mali, Côte d'Ivoire) et lui a proposé pour service rendu à la nation France, un poste honorifique de portée internationale si il quittait le pouvoir dignement.

"À cet égard, le Burkina Faso pourrait être un exemple pour la région si, dans les mois qui viennent, il avançait lui aussi dans cette direction en évitant les risques d'un changement non consensuel de Constitution. Vous pourriez alors compter sur la France pour vous soutenir, si vous souhaitez mettre votre expérience et vos talents à la disposition de la communauté internationale."

S'agit-il de lui attribuer un poste à l'Organisation Internationale de la Francophonie dont il serait alors le digne successeur d'Abdou Diouf accusé lui aussi de complicité de crimes contre l'Humanité ? On pourra compter tant sur le "warlord" français Hollande que sur le putschiste Traoré pour protéger le dictateur burkinabé de toute poursuite devant les tribunaux burkinabés où il est mis en cause dans l'assassinat du leader panafricaniste Thomas Sankara et dans la déstabilisation du Libéria, de la Sierra Leone et de la Côte d'Ivoire. Il n'a d'ailleurs jamais caché être le parrain néocolonial du criminel contre l'humanité Charles Taylor lui-même agent de la CIA ni d'être leparrain françafricain du kleptocrate Ouattara porté au pouvoir par des troupes burkinabés et surtout l'armée et les chars français.

Mais la question qui se pose est de savoir si le nouveau putschiste au pouvoir au Burkina Faso n'est pas un préfet néocolonial supplémentaire au service de la France et des Etats-Unis ? Le régime néocolonial de Compaoré est mort, vive le régime néocolonial de Compaoré !?

Le Chef d'Etat Major de l'armée française remercie le Général Traoré pour sa collaboration militaire au Mali et en Afrique (Côte d'Ivoire) (octobre 2013)

Le Chef d'Etat Major de l'armée française remercie le Général Traoré pour sa collaboration militaire au Mali et en Afrique (Côte d'Ivoire) (octobre 2013)

Cérémonie de départ du CEMA Edouard Guillaud dans la cour des invalides en présence du Général Traoré représentant du régime néocolonial de Compaoré (février 2014)

Cérémonie de départ du CEMA Edouard Guillaud dans la cour des invalides en présence du Général Traoré représentant du régime néocolonial de Compaoré (février 2014)

commentaires

John 01/11/2014 20:51

A bas le "warlord" français Hollande et toute la Françafrique!

Sam La Touch 01/11/2014 21:52

Vive l'Afrique, l'indépendance et la démocratie !

Haut de page