Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le racisme israélien et la pathologie de Max Blumenthal (Gilad Atzmon)

par Gilad Atzmon 29 Novembre 2014, 06:28 Israël Allemagne Max Blumenthal Sionise Articles de Sam La Touch

Le racisme israélien et la pathologie de Max Blumenthal

Par Gilad Atzmon
Article originel : Israeli Racism And The Pathology of Max Blumenthal 

Traduction SLT

Le militant juif Max Blumenthal a écrit un livre sur l'expansion du racisme israélien, mais il a échoué complètement et catégoriquement à saisir la culture qui anime la suprématie juive au sein de l'Etat juif, ainsi que la politique juive et au-delà. Curieusement, Blumenthal a beaucoup à dire au sujet de la «pathologie allemande, du peuple allemand, de la couleur de la peau du peuple allemand et de leur "société écoeurante"». Si quelqu'un avait encore de l'espoir qu'il y avait quelque chose de positif que les Juifs progressistes pourraient ajouter au discours, la dernière interview de Blumenthal semble mettre à néant cette idée. Il expose l'ultime forme de racisme juif, la haine du goy : en fait, beaucoup plus insidieux que le noyau dur du sionisme de l'aile droite.

Dans une interview avec Anna-Esther Younes publié par le site juif pro-palestinien Mondoweiss. Max Blumenthal a déclaré, "Sur la base de ce que je savais à propos de l'Allemagne et de sa pathologie nationale et de son incapacité à tenir compte de sa propre histoire, je fus à peine surpris par la réaction que j'ai reçu ... "

"Est-ce que vous nous appelez pathologique?", Se demande Younes.

"Oui, ceci est une société malade qui n'a pas abordé la base des tendances politiques, psychologiques et sociales qui ont conduit à l'Holocauste."

Apparemment, le «progressiste» Blumenthal n'a pas d'inhibition pour porter le diagnostic de «société malade» envers l'Allemagne et de sa «pathologie». Mais il ne s'arrête pas là. En tant que bon Juif sioniste, Blumenthal divise aussi le monde en deux catégories principales, les Juifs et les Gentils: "quand j'étais tellement confusément décrit comme un anti-sémite, y compris par les politiciens gentils comme Volker Beck, et que ce comportement a été considéré comme parfaitement normal dans la société allemande, je dois admettre un certain état choc".

Apparemment Blumenthal, un Juif, est autorisé à attribuer l'étiquette antisémite à d'autres, mais le politicien Goy Beck n'est pas autorisé à participer au jeu. Et pourquoi ? Parce que le pénis de Beck n'a pas été circoncis par un rabbin. "En Allemagne" se plaint Blumenthal, "Je ne suis apparemment pas aussi Juif que Volker Beck, un homme qui n'a jamais eu sa Bris ou fait sa Bar Mitzvah." Pour ceux qui ne connaissent pas, Bris, signifie Brit Milah-la à savoir la cérémonie de circoncision juive, un ancien rituel de sang.

Si quelqu'un pensait que Blumenthal était un anti sioniste, il a une surprise pour vous. Quelques critiques en Allemagne à son égard ont fait que Blumenthal doute sur son engagement au club des «anti». "Mon identité juive ne peut être déniée, tout simplement parce que je l'ai défini à l'extérieur des frontières du nationalisme israélien et dans une certaine mesure, contre le sionisme."

Et voilà. Blumenthal, de son propre aveu n'est pas si sûr qu'il est un anti sioniste, il l'est seulement dans une "certaine mesure." Blumenthal a raison. La performance éhontée mise sur pied par David Sheen et Max Blumenthal pour avoir chassé un important homme politique allemand dans les toilettes apporte la preuve que les deux, aussi bien Sheen que Blumenthal, sont en fait beaucoup plus odieux, agressifs et intrusifs que le sioniste israélien le plus répugnant. Le comportement de Sheen et Blumenthal remette l'antisémitisme dans son contexte. Il est difficile d'imaginer de pire manières.


Comme si être Allemands n'était pas assez mauvais, aux yeux de Blumenthal, les Allemands sont aussi coupables d'être «Blancs». A la question "est-ce que cela fait de l'Allemagne un pays ami des Juifs ?" Blumenthal répond, "l''Allemagne est le pays le plus blanc au monde. elle est si blanche qu'elle ne sait même pas qu'elle est blanche ou ce qu'est la blancheur." C'est en fait la notion la plus inclusive de blancheur que je n'ai jamais rencontré. Cela implique que, en Allemagne, la blancheur n'a pas de sens binaire. Cependant, je suggère que Blumenthal se regarde dans le miroir.


Younes, probablement submergé par les remarques alambiquées de Blumenthal, a demandé à Blumenthal d'élaborer sa signification de la «blancheur». Blumenthal a répondu, "la blancheur est l'incarnation suprême du privilège. La blancheur s'exprime à travers l'exercice du pouvoir contre les appels pour l'égalité et par la négation simultanée de l'existence même du privilège - un manque volontaire de la conscience de soi ".

La lecture de ces lignes par Blumenthal me rend perplexe par le manque total de conscience de la part de Blumenthal. Que pensait Blumenthal de lui-même quand avec Sheen ils filmaient et chassaient le député allemand aux toilettes tout en célébrant bruyamment leur propre privilège d'être Juifs ? Ont-ils pensé qu'un Palestinien pourrait faire la même chose? Ramzy Baroud ou Azmi Bishara pourraient-ils même envisager de se comporter d'une manière aussi grossière ?
Absolument pas.

Et la raison pour laquelle Blumenthal et Sheen se sentent abilités à agir si mal est simple. Les deux fonctionnent avec une impunité qui est liée par un sens unique des choses, c'est à dire, le privilège juif.

Pendant une seconde, il peut sembler que Blumenthal est essentiel dans la construction de la primauté de la souffrance juive "Le récit complètement mono-culturel sur ce que cela signifie d'être un Allemand soutient que l'Holocauste surpasse tous les autres crimes, que ceux qui y ont péri sont les victimes ultimes de l'histoire, et que la nation juive qui s'est élevée dans son sillage flotte au-dessus du poids de l'histoire ".

Que se passe-t-il ? Je suis un peu confus. Blumenthal est un chasseur de nazis dévoué et un ennemi du révisionnisme historique. Il y a quelques années, Blumenthal a produit une vidéo sioniste avec livret qui a tenté de discréditer le révisionniste historique David Irving. Cette vidéo vaut la peine d'être vue. "Par inadvertance ou non, l'Allemagne instrumentalise l'Holocauste et le sionisme afin de compromettre les droits de citoyenneté des immigrants musulmans et arabes, de faire taire leurs récits, et de compliquer le processus de naturalisation." Mais Blumenthal ici, en fait parle de lui ; c'est lui qui a instrumentalisé l'Holocauste afin de servir l'objectif de son propre récit (juif progressiste).


Il faut quelques paragraphes avant que Blumenthal éructe la mantra progressiste juive complète. "Ils (les Allemands) ne peuvent tout simplement pas accepter que les Juifs sont des gens normaux, capables d'être oppresseurs comme tout le monde; de pratiquer l'apartheid ou le développement d'une classe d'extrémistes qui se comportent presque comme les chrétiens néo-nazis." Précieux. Ceci est probablement le meilleur résumé des bêtises progressistes juives. Les Juifs sont comme tout le monde, ce sont des gens ordinaires et ne remettez jamais en question leur choix. Ne vous demandez pas ce qui est unique à propos de leur lobby, ne vous regardez jamais dans le rôle de leur élite et sa domination dans la culture ou les services bancaires, etc... Mais alors, si les Juifs sont tellement ordinaires, comment ont-ils réussi à monter la pression politique sur le système politique allemand qui a conduit Blumenthal et David Sheen hors d'Allemagne ? Au lieu de répondre à cette question simple et essentielle, le progressiste Juif Blumenthal préfère salir tout le peuple allemand comme une "société écoeurante" "pathologique", tirée par la blancheur. Cette tactique est consternante et encore symptomatique de la politique d'identité juives progressistes.

Si vous pensez que vous avez suffisamment de preuves de la profondeur de la pensée racialiste menée par Blumenthal, lisez ceci. Interrogé sur le soutien en Allemagne, "J'ai rencontré tout à fait quelques Allemands blancs qui sont favorables à l'idée des Palestiniens ayant des droits fondamentaux de l'homme et qui sont réellement prêts à faire quelque chose ... la véritable gauche anti-racistes a tendance à être favorable aux droits des Palestiniens." Mais je me demande, est-ce que Blumenthal est antiraciste ? Pour un antiraciste prononcé son langage est empreint d'expressions raciales et d'idées déterministes biologiques. Blumenthal fait référence à la couleur de peau. Il parle de la pathologie des nations et des peuples, mais en même temps il défie toute tentative de critiquer l'idéologie de son propre "peuple élu".


Max Blumenthal ne est pas anti raciste; il s'agit plutôt d'un spécimen exemplaire de suprémaciste juif. Je crois que Blumenthal pourrait s'épargner en se faisant une grande faveur ainsi qu'à son peuple en évitant les caméras et les microphones, parce que la lecture de ses commentaires sur Mondoweiss révèle que Blumenthal n'est pas le seul - la foule progressiste juive de Mondoweiss pourrait également ne pas comprendre comment ses vues sont racistes, agressives et suprémacistes.

Fascinant.


Gilad Atzmon est un artiste de jazz et écrivain britannique. Gilad est né en Israël en 1963 et formé à l'Académie de musique Rubin, Jérusalem (Composition et Jazz). Gilad est un analyste politique populaire et est souvent un invité spécial des stations de télévision et de radio à travers le monde tels que la RT, Press TV, BBC et bien d'autre. http://www.gilad.co.uk

Haut de page