Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

20 décembre 2014, Paris, Congo-Brazzaville : le dictateur françafricain Sassou Nguesso acceptera-t-il de quitter le pouvoir en 2016 ?

par Regis 26 Décembre 2014, 09:30 Congo-Brazzaville Sassou Nguesso Constitution Dictature 2016 Révision de constitution Françafrique

20 décembre 2014, Paris, Congo-Brazzaville : le dictateur françafricain Sassou Nguesso acceptera-t-il de quitter le pouvoir en 2016 ?
20 décembre 2014, Paris, Congo-Brazzaville : Sassou Nguesso acceptera-t-il de quitter le pouvoir en 2016 ?
Par Regis 

 

 

 

 

 

 

Je me rends à l’Hôtel Holiday Inn à Porte de Clichy ce samedi 20 décembre pour la fin du ‘meeting des Forces du Changement et du Progrès Social Contre le Référendum, le changement de la constitution et le dialogue de sourds’ où interviennent Wilfrid Ognany, le modérateur, Jean Didier Milebe, du Forum pour l’alternative et la république, Bob Ebaka, de l’association Demain le Congo, John Binit-Dzaba, du Service d’action civile et de résistance (Sacer), Lydie Kolelas, du cercle de réflexion Bernard Kolélas, Joseph Loemba, du Conseil pour la libération et le changement (CLC), Jean-Richard Samba Dia Nkumbi, de l’association Nsimou en mémoire contre l’oubli, Norbert Samouna, du Mouvement pour l’unité et le développement du Congo, Robert Poaty Pangou, de l’ ‘Etat du sud Congo’, Jean-Claude Béri, de Développer autrement le Congo (Dac), et Laurent Dzaba, des Forces du Changement et du Progrès Social, organisateur principal, sur la photo. Je ne connais encore personne. La grande salle est pleine.



Comme François Hollande le lui a rappelé à Dakar, Sassou Nguesso fait face à un verrou constitutionnel qu’il a peu de chance de réussir à supprimer. Il a de quoi être jaloux des autres vieux tyrans de la Françafrique comme Idriss Déby ou Paul Biya qui ont déjà supprimé les limitations du nombre de mandats présidentiels. Dans la constitution du Congo de 2002, l’article 57 l’empêche de faire plus de 2 mandats de 7 ans et la limite de 70 ans de l’article 58, comme il aura 73 en 2016, le bloque aussi. Pauvre dictateur : l'article 185 précise l’interdiction de modifier l'article 57 : « La forme républicaine, le caractère laïc de l'État, le nombre de mandats du président de la République ainsi que les droits énoncés aux titres I et II ne peuvent faire l'objet de révision. » Pour continuer après 30 ans de pouvoir jalonnés de crimes, de massacres, de pillage des richesses, il lui faudrait changer de constitution. Et là, il n’a pas fini de compter les obstacles. Alors qu’avant la révolution burkinabé, cela aurait pu passer comme une lettre à la poste, en apparence, et peut-être en apparence seulement, maintenant, la probabilité de réussir à changer la constitution devient beaucoup plus basse.

Certains systèmes dictatoriaux moins criminel et basé plus sur un parti subsiste après le passage de bâton à un homme de paille, mais sa dictature repose sur son auguste personne et le système est a priori non durable après le départ du chef.



La faiblesse soudainement apparue grâce à la révolution burkinabé est de mieux en mieux comprise, et, toutes les "oppositions" commencent à se réorganiser pour une alternance en 2016. Dans le parti au pouvoir, le Parti congolais du travail (PCT), les divergences sont plus visibles, des anciens ministres du PCT ou des partis alliés cherchent à se rassembler avec des personnalités nouvelles ou moins illustres, des ‘jeunes’ apparaissent. Ce n'est que le début d'un processus qui devrait s'accélérer.

 

A Paris, se sont fait déjà connaître, les Assises Nationales du Congo pour l'Alternance Démocratique, avec Jean Luc Malékat, Alexis Miayoukou, Benjamin Toungamani et Noël Magloire Ndoba, ou La Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA apparue dans les manifestations pour le Burkina Faso, ou encore, autour de Mathias Dzon, un ancien ministre, le groupe de contact des oppositions africaines et un Comité de suivi des conclusions des rencontres des d'opposants aux réformes constitutionnelles du 14 novembre 2014. La veille, un parti l'Union des Forces de Reconstruction (UFR) de Gérard Milandou lançait un appel pour une nouvelle Conférence Nationale Souveraine. La conférence des Forces du Changement et du Progrès Social organisée surtout par Laurent Dzaba du site Zenga-Mambu, rassemble des personnalités pour un initier un dialogue et des convergences.

Dans la dernière heure de l’événement, Laurent Dzaba revient sur quelques messages consensuels : le refus d’un gouvernement d’union national et d’un dialogue de concertation mené par le régime dans son propre intérêt, la menace de la Cour Pénale Internationale en cas de violences dans les 2 ans à venir, et pour les élections « la reprise du recensement administratif avec la participation de tous et la mise en place d’une commission électorale véritablement indépendante ».

Il y a bien sûr des divergences et un intervenant précise que ne peuvent se rassembler que des personnes auparavant « éparses », et que le dialogue permettra de sortir des « frustrations » qui génèrent les conflits. Il s’agit en particulier d’éviter que le départ de Sassou Nguesso ne réveille une opposition Nord-Sud. Pour celui que certains appellent « le doyen », le problème de Sassou Nguesso est déjà réglé « moralement et politiquement », et il faut surtout voir au-delà de 2016. Pour une autre personne, il faudrait entreprendre une « relecture historique » qui revienne sur le « sang versé ».

Dans la salle, Pascal Malanda propose sa brochure intitulée ‘Le piège constitutionnel, apaisement ou déchirement, esquisse d’un sursaut national’. Comme au Congo Kinshasa voisin, la question de la limitation du nombre de mandats reste la question principale actuellement au Congo-Brazzaville, et deux jours plus tard, la Conférence épiscopale congolaise, dans un ‘message de Noël’, défend la constitution actuelle et propose que « l’alternance au pouvoir devienne une règle intangible et immuable pour la démocratie » ce qui a provoqué une crise d’urticaire au palais. Sassou Nguesso très soutenu par les dirigeants français à l’époque a fait la guerre entre 1997 et 1999, il n’a pas encore digéré la claque de Dakar et accepté l’idée d’un départ sans résistance en 2016. Les années 2015 et 2016 s'annoncent complexes et sans doute agitées au Congo Brazzaville.



Article écrit et publié le 25.12.14

commentaires

Haut de page