Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Attiser la guerre civile, la politique de la France ? (ASI)

par Collectif de défense des civils syriens victimes de Laurent Fabius 26 Décembre 2014, 07:50 Syrie France Guerre Rebelles Fabius François Hollande Bachar el Assad Crimes contre l'humanité

Attiser la guerre civile, la politique de la France ? (ASI)
Attiser la guerre civile, la politique de la France ?

Par Collectif de défense des civils syriens victimes de Laurent Fabius | Paris, 20 décembre 2014

Il résulte du rejet par le Tribunal Administratif de Paris le 19 décembre 2014 des requêtes déposées par les sept civils syriens victimes des agissements de Laurent FABIUS que dire du Front AL Nosra qu’il fait du bon boulot en Syrie et attiser la guerre civile en Syrie se rattache à la conduite de la politique extérieure de la France.

Le Tribunal a admis les arguments présentés par le Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius lui-même pour, rejetant la responsabilité de ses agissements sur l’Etat, le Tribunal soit incompétent et n’ait pas à dire qu’il avait commis des fautes.

Les civils syriens relevaient que le 29 mai 2012, le ministre des affaires étrangères a promis que la France interviendrait contre le régime syrien ; qu’il a déclaré le 17 août 2012 en Turquie que Bachar El Assad ne méritait pas d’être sur terre ; le 14 décembre 2012 que le front Al-Nosra faisait du bon boulot ; le 13 mars 2013 que la France et la Grande Bretagne allaient livrer des armes aux rebelles ; que la France a appelé le 22 août 2013 à une réaction de force contre le régime syrien.

Le Tribunal administratif rejette les sept requêtes aux considérants suivants :

« 1. Considérant que, pour demander au Tribunal de condamner l’État français à lui verser un euro à titre de dommages et intérêts, la requérante fait grief au ministre des affaires étrangères et du développement international d’avoir, par ses déclarations et ses prises de position entre mai 2012 et août 2013, attisé la guerre civile en Syrie et encouragé la lutte armée contre le pouvoir en place ;

– Concernant Joumana AL KASSEM : qu’elle allègue que son attitude est directement à l’origine de la mort de ses deux fils lors de violences survenues le 19 juin 2012 dans le quartier de Koudsaya Jamiyat à Damas ;

– Concernant Hnein THAALAB : qu’il allègue que son attitude est directement à l’origine d’un massacre et de violences perpétrés le 5 septembre 2013 par des bandes armées de Jabhat Al-Nosra dans la ville de Maaloula, dont auraient été victimes certains de ses parents et de ses proches ;

– Concernant Mohammed AL IBRAHIM : qu’il allègue que son attitude est directement à l’origine d’un massacre et de violences perpétrés le 10 septembre 2013 par des bandes armées de Jabhat Al-Nosra dans la localité de Maksar al Hisan, dont auraient été victimes certains de ses parents et de ses proches ;

– Concernant Thabet DARWICH : qu’elle allègue que son attitude est directement à l’origine d’un massacre et de violences perpétrés le 4 aout 2013 par des bandes armées de Jabhat Al-Nosra dans plusieurs villages de la région de Lataquieh Nord, dont auraient été victimes certains de ses parents et de ses proches ;

– Concernant Amer RADDAH : qu’il allègue que son attitude est directement à l’origine d’un massacre et de violences perpétrés le 21 octobre 2013 par des bandes armées de Jabhat Al-Nosra dans la ville de Sadad, dont auraient été victimes certains de ses parents et de ses proches ;

– Concernant Talal SALIM : qu’il allègue que son attitude est directement à l’origine d’un massacre et de violences perpétrés le 4 aout 2013 par des bandes armées de Jabhat Al-Nosra dans un village de la commune de Lataquieh, dont auraient été victimes certains de ses parents et de ses proches ;

– Concernant Nawar Ali DARWICH : qu’il allègue que son attitude est directement à l’origine d’un massacre et de violences perpétrés le 4 aout 2013 par des bandes armées de Jabhat Al-Nosra dans un village proche de Lataquieh, dont auraient été victimes certains de ses parents et de ses proches ;

2. Considérant que les déclarations et prises de position critiquées se rattachent à la conduite de la politique extérieure de la France ; que la réparation des préjudices qui auraient pu en résulter pour la requérante échappe à la compétence de la juridiction administrative ; que la requête, y compris les conclusions tendant à l’application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative, ne peut qu’être rejetée. »

Le Tribunal a admis les arguments présentés par le Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius lui-même pour que, rejetant la responsabilité de ses agissements sur l’Etat, le Tribunal soit incompétent et n’ait pas à dire qu’il avait commis des fautes.

Ainsi l’Etat français n’a pas à réparer les dommages causés en Syrie. Mais c’est au prix qu’au lieu d’être imputés au ministre personnellement, les actes de terrorisme sont désormais imputés à l’Etat. Le Tribunal administratif est donc incompétent, mais la France relève désormais de la Cour Internationale de Justice.

URL : http://arretsurinfo.ch/attiser-la-guerre-civile-en-syrie-la-politique-de-la-france-et-non-pas-de-laurent-fabius/

commentaires

Haut de page