Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Burkina : Sankara, enfin toute la vérité ? (JAI)

par JAI 15 Décembre 2014, 13:59 Burkina Faso Thomas Sankara Blaise Compaoré Zida

Burkina : Sankara, enfin toute la vérité ? (JAI)
Burkina : Sankara, enfin toute la vérité ?

JAI

Le mythe est intact, mais l'Histoire reste à écrire. Vingt-sept ans après, les tombeurs de Blaise Compaoré s'apprêtent à rouvrir le dossier explosif de l'assassinat de l'ancien président. Reste à savoir s'ils auront le courage d'aller jusqu'au bout.

Ce ne sont peut-être que des effets d'annonce. Il n'empêche : en évoquant, dès leurs premiers jours au pouvoir, les fantômes du régime de Blaise Compaoré, en rouvrant des plaies que le palais de Kosyam a longtemps tenté de cacher sous un grossier sparadrap à défaut de les refermer, les deux têtes de la transition burkinabè ont pris rendez-vous avec l'Histoire. Elles pourront difficilement faire marche arrière tant l'attente est grande, au Burkina et au-delà.

C'est d'abord Michel Kafando, le président de la transition, qui, lors de son investiture le 21 novembre, annonce que la famille de Thomas Sankara a obtenu ce pour quoi elle se bat depuis des années : l'exhumation du corps, ou de ce qui est présenté comme tel depuis le 15 octobre 1987, jour de sa mise à mort. C'est ensuite Isaac Zida, le lieutenant-colonel devenu Premier ministre, qui, le 27 novembre, déclare vouloir rouvrir des enquêtes sur les assassinats de Sankara et du journaliste Norbert Zongo. "La justice sera rendue", affirme-t-il, assurant qu'"une bonne partie des dossiers" sera traitée pendant la transition et que, s'il le faut, le Burkina demandera au Maroc l'extradition de son ancien maître, Blaise Compaoré.

Sankara, Zongo : les deux taches indélébiles du régime Compaoré. Ses fantômes les plus tenaces, qui l'ont poursuivi un peu partout en Afrique et jusque dans son cercle le plus étroit. Des disparitions inexpliquées, il y en a eu plusieurs sous son règne, notamment durant la rectification, la période d'exception qui suivit la révolution et au cours de laquelle les "accidents" de la route étaient monnaie courante chez ceux qui en savaient trop. Mais, hormis pour leurs proches, les "disparus" tombaient vite dans l'oubli. Ce ne fut le cas ni pour Sankara ni pour Zongo.

Sankara, c'est le péché originel. Celui par lequel Compaoré a gagné le pouvoir... et perdu à jamais l'estime de nombre de ses concitoyens et pairs. Il y a là une explication d'ordre moral : personne, pas même ceux qui s'opposaient à sa politique, pas même Compaoré lui-même, n'a digéré la mise à mort du capitaine le 15 octobre 1987. Car personne n'a oublié les liens qui unissaient les deux hommes - cette amitié fraternelle, au sens propre du terme, qui faisait dire au père de "Thomas" que "Blaise" était comme son fils. Compaoré a toujours clamé son innocence, sans vraiment convaincre. En dépit de nombreux témoignages, le flou règne, et la justice, qui n'avait jamais été sollicitée jusqu'alors dans cette affaire, aura bien du mal à le dissiper.

Ouvrir une boîte de pandore sans fond

Zongo, c'est autre chose. L'élimination par des militaires, en décembre 1998, de ce journaliste un peu trop curieux qui faisait la fierté des Burkinabè (et le procès qui conclut à un non-lieu huit ans après) fut perçue comme une atteinte grave à la démocratie. Elle a symbolisé tous les abus du système : une armée protégée, une justice aux ordres et des institutions au service d'un clan.

En rouvrant ces dossiers, Kafando et Zida - qui ont longtemps servi le régime Compaoré - ont peut-être voulu se refaire une virginité aux yeux de la jeunesse, laquelle a joué un rôle majeur dans l'insurrection du 30 octobre et se réclame du sankarisme. Ils risquent d'ouvrir une boîte de Pandore sans fond (certains rappellent déjà les épisodes sanglants du régime Sankara), d'être accusés de promouvoir une justice des vainqueurs et de faire de la transition une période de tumulte. Mais n'est-ce pas l'essence d'un pouvoir issu d'une révolte populaire que de donner ce qu'elle veut à la foule ?

commentaires

Haut de page