Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ebola : petit compte-rendu

par Edouard Broussalian 6 Décembre 2014, 16:20 Ebola Compte-rendu Libéria Haïti Occupation militaire

Ebola : petit compte-rendu
Ebola : petit compte-rendu

Par Edouard Broussalian

Beaucoup d’entre vous m’ont demandé un compte rendu de mon séjour de 10 jours au Libéria, c’est donc l’occasion d’écrire quelques lignes, car je n’ai pas grand chose à dire.

Vous n’allez pas y croire, des homéopathes se sont rendus au Liberia pour proposer des soins homéopathiques aux patients atteints d’Ebola (techniquement EVB: Ebola Virus Disease) !

Cette nouvelle a suscité des réactions à peine moindres que si j’avais marché sur la Lune ou inventé le vaccin contre la sottise humaine. Ont fleuri et fleurissent encore dans la presse de langue anglaise des articles de pure malveillance, tout à fait dignes de la propagande à la Edward Bernays (ce qui se prononce en français comme “berné”). Déjà personnellement mis en cause dans ces articles, j’ai aussi reçu de nombreux messages insultants sur Twitter. Quand je pense qu’il y a tant de malheureux qui tentent de passer dans la presse pendant des années sans résultat !

J’ai été sollicité par la LMHI pour participer à la première expédition, comportant 3 autres membres (Dr Richard Hiltner, Dr Ortrud Lindemann, et Dr Medha Durge), du fait de mon expérience en Haïti dans le traitement du choléra. Je rappelle ici que les résultats de l’homéopathie sont simplement magnifiques dans cette affection, comme dans toute maladie épidémique. En ceci rien de nouveau puisque nos prédécesseurs obtenaient des résultats époustouflants voici un peu plus d’un siècle, là où les allopathes perdaient à peu près tous leur patients. Il suffit de lire aussi les statistiques des hôpitaux américains -fermés en grande partie par l’influence de Rockefeller Jr pour cause de gros bénéfices avec la médecine moderne chimique- pour constater l’écart énorme de mortalité, de l’ordre de 1 à 10 en faveur de l’homéopathie.

Pour ces malheureux patients condamnés durant une semaine à vomir et à faire leurs selles à travers un trou dans leur brancard, avec une perfusion d’eau dans le bras en attendant que “cela se passe”, l’homéopathie représente une vraie révolution. L’amélioration est telle qu’en une journée il est possible de rentrer chez soi, les nouveaux patients quand à eux étant remis sur pied en 6 à 8 heures.

Il avait fallu deux voyages pour parvenir à approcher les malades pour la bonne raison que l’OMS instaure un système certainement efficace de lutte contre la propagation de l’épidémie, mais dans un style franchement militaire avec à la clé le sacro-saint protocole qui est à la médecine ce que la “liste” était au Vél D’Hiv. La liste, ou le protocole, en effet se suffisent à eux-mêmes. Pas de contestation puisque c’est écrit. On n’a pas à critiquer ni à changer un iota.

Choléra en Haïti

Vu de ma petite fenêtre de médecin généraliste, Haïti était en pleine occupation militaire, les rues de la capitales parcourues de contingents, et de gros 4X4. Cette occupation supposée bienveillante a complètement paralysé l’économie du pays, poussant une part de la population à travailler pour l’occupant, attirés par des salaires alléchants, tandis que la moitié de Pétionville se transformait en vaste bordel.

En partant pour le Liberia, j’étais conscient de ces difficultés mais le voyage était bien organisé. Contacts directs avec les autorités du Liébria, du ministre de la santé, et même requête personnelle de la Présidente en faveur de la venue d’homéopathes. Je pensais que nous aurions de bonnes chances de réussite pour traverser le système de soins militarisé (30.000 GIs déjà sur place). Comme pour le choléra, l’idée est très simple et juste clinique: adjoindre une prise d’un médicament homéopathique en plus du traitement existant et voir si une quelconque différence se fait jour. L’avantage du choléra étant que le traitement se résume à de l’eau sucrée dans les veines… En quelques jours les responsables de l’hôpital ne souhaitaient plus perfuser les malades…

Pour diverses raisons, les choses n’ont pas été aussi simples malgré l’accueil admirable des gens sur place, notamment le directeur de l’hôpital de Ganta.

J’ai pu constater de visu qu’il n’y avait pas le moindre nouveau patient admis, ce qui indiquait bien que l’épidémie était déjà en pleine régression et que les médias ne faisant qu’amplifier et entretenir un vent de panique. N’étant moi-même qu’un simple mortel, je n’ai pas idée de ce qui se trame derrière cela mais c’est clairement suspect. Si j’avais des actions dans les entreprises produisant des vaccins je serais bien triste de voir se terminer une épidémie par exemple. La situation épidémique pourrait aussi arranger grandement certaines personnes qui “touchent” des subsides importants: je préfère ne pas repenser à la gabegie immonde dont j’ai été témoin en Haiti. En somme, la panique savamment entretenue dans les médias pourrait susciter une peur qui pousserait à consommer du vaccin. Comme de coutume la médecine classique, c’est à dire l’industrie, ne fait souvent rien d’autre que traiter la peur qu’elle sait si bien orchestrer elle-même.

Partout de grandes affiches

La mortalité initiale s’explique sans doute par plusieurs facteurs. D’abord le début de la maladie ressemble à un accès palustre, mal de tête intense, raideur de la nuque, etc. Personne ne s’est donc méfié. Au bout de quelques jours on constate que ce n’est pas du paludisme mais il est alors trop tard et puis pour aller où? Quel hôpital? Quel traitement? De plus les rites funéraires, comme le lavage des corps, garantissent une contagion maximale. Ajoutez à ceci un déni complet de l’épidémie par une population qui n’accorde aucun crédit à ses dirigeants (alors que nous savons que nos gouvernants nous aiment et se sacrifient quotidiennement pour le plus grand bénéfice du peuple!), et vous avez une idée du pourquoi de ces milliers de morts.

Formation EVD

Pris en main durant une semaine par les spécialistes de l’épidémie, nous avons été formés au port de l’équipement de protection, merveilleuse machine à faire peur. En effet je pense qu’à part le personnel soignant qui a un courage immense pour s’occuper des malades, le port de ce truc n’est qu’un carcan peu utile pour les médecins. Au lieu de surveiller nos mains, on est incités à se croire à l’abri et probablement les contaminations surviennent quand on se déshabille, ce qui a été déjà observé sur les médecins. Nous avons étudié durant plusieurs jours la clinique, et je salue le professionnalisme des formateurs. Nous avons ainsi pu nous former aux conduites à tenir, estimer la probabilité d’être devant un cas d’EVD (Ebola Virus Disease), estimer la probabilité d’être devant un cas suspect et comment réagir.

Au bout de notre préparation, très dure à supporter dans notre scaphandre à 40 ° de température ambiante, nous sommes enfin arrivés à Ganta, où l’accueil a été absolument charmant et enthousiaste. Dès le premier jour j’ai pu enfiler ma tenue et visiter l’ETU (Ebola Treatment Unit)… Pour constater qu‘il n’y avait aucun malade EVD à traiter!

Ce même jour, la situation s’est compliquée soudainement quand un professeur d’homéopathie dont j’ai oublié le nom, d’Afrique du Sud, a écrit à un de ses correspondants au Libéria, spécialiste des épidémies, qu’un groupe d’homéopathes allait se rendre au Libéria pour y “effectuer des recherches”. Cette simple tournure a suffi à déclencher une réaction du ministère de la santé qui a tout bloqué en demandant des explications. En effet, n’étant pas mandatés pour faire des recherches, il m’a semblé logique qu’en période de crise intense le gouvernement demande des explications et suspende tout en attendant. Connaissant d’expérience que les méandres de l’administration en ces pays demandent un temps fou, je suis donc rentré m’occuper de mes patients au terme d’un séjour de 10 jours.

J’ai réussi cependant à glaner des informations qui pourront s’avérer utiles si nous devions soit retourner sur place soit voir des cas en Europe.

La tenue PPE.

En effet, lors de notre stage de formation nous avons pu nous entretenir longuement, mes collègues et moi-même, avec des malades qui avaient survécu à la maladie. J’ai pu recueillir un tableau clinique cohérent et des symptômes pour me faire une idée des médicaments possibles. A son époque, Hahnemann avait montré brillamment la voie et la supériorité de l’homéopathie lorsqu’il fut en mesure de calculer que Camphora, Cuprum et Veratrum seraient les médicaments principaux du choléra asiatique qui faisait irruption en Europe, sans même avoir vu un seul cas.

Les symptômes tous partagés par les malades étaient la soif intense pour de l’eau froide, et un tableau vraiment cholériforme avec des vomissements en jet après avoir bu ou mangé. Une patiente m’a alors décrit le début de ses troubles avec une céphalée intense du vertex durant plusieurs jours dès 17 H. Le moins qu’on puisse dire c’est que le symptôme est clairement modalisé, une vraie perle, sauf que…. Impossible à trouver dans le répertoire.

Il m’a fallu une heure de recherche parmi les médicaments convenant à ce tableau général pour trouver le symptôme dans l’Encyclopédie.

Empty feeling in abdomen after stool as if she needed food ; headache on vertex about 5 P. M.

Ce symptôme se trouve dans VERATRUM ALBUM.

J’ai ensuite simplement colligé les symptômes des survivants avec ce qui figure dans le Hering et vous verrez que Veratrum couvre les signes de la maladie de manière convaincante. Ceci reste une hypothèse bien entendu puisque seule la clinique tranche! J’ai souligné les symptômes retrouvés chez les patients.

Pressing, throbbing, nervous headache affecting one side, with stiffness of neck and sensation as if head would burst ; vomiting.

Headache : with nausea, vomiting, diarrhœa, pale face ; with vomiting of green mucus ; like a pressure on vertex ; stiff neck ; frequent and profuse micturition ; as if brain were torn to pieces ; chronic, coming on in afternoon, lasting through night ; drawing in both arms ; > toward morning ; violent pains drive to despair ; great prostration ; fainting, with cold sweat and great thirst ;

Meningitis ; violent headache with delirium or unconsciousness ; copious vomiting, pale, cold and cadaverous face ; stiffness of neck, choking in throat, feeling as if head would burst ; rolling head violently from side to side, with short screams, bores head into pillow ; convulsive shocks and vomiting as soon as head is raised ; clonic and tonic spasms, with loss of sense and motion ; cramps in limbs ; tingling and coldness in limbs ; choleraic collapse, simultaneously with intense congestion.

Sensation of constriction of throat ; spasmodic, with suffocation.
Spasmodic affections of œsophagus, resulting in paralysis of tube ; nearly all food and drink taken is thrown up, with suffocating sensation, redness and heat of
face.

Thirst : drinks frequently but only a little at a time ; wants everything cold ; during perspiration ; for large quantities of very cold water and acid drinks.

Même le fameux hoquet est couvert par le Veratrum:

Hicough : after hot drinks ; by spasms of œsophagus with nausea.

Nausea : with weakness, is obliged to lie down ; with sensation of fainting ; with violent thirst, followed by violent and frequent vomiting ; with profuse salivation ; with great appetite and thirst ; < from least motion ; qualmishness with frothing from mouth.

Vomiting : forcible, excessive ; violent with continued nausea, retching and great prostration ; of thin blackish or yellowish substances ; of bile and blood, black ; of food and drink, or drink only ; of food, or of acid, bitter, foamy, white or yellowish-green mucus ; whenever he moves or drinks ; with vertigo, pale face, clean tongue, good appetite ; with hiccough and fainting ; with painful retraction of abdomen ; with painful distortion of face ; with cold sweats ; with diarrhœa and pressure in pit of stomach.

Food causes pain when passing along œsophagus ; choking sensation when swallowing food or drink ; regurgitation of a portion of food eaten ;

Toujours dans l’estomac:

Pain coming gradually, first in epigastrium, thence radiating upward and to both sides, reaching to back between lowest point of scapulæ ; becomes agonizing, then gradually subsides ; shakes with cold. θ Gastrodynia.

Hematemesis, with slow pulse, coldness, fainting fits, cold sweat.

VOMITING AFTER DRINKING, AFTER EATING (KENT)DESIRE FOR COLD DRINKS

THIRST EXTREME ; LARGE QUANTITIES ; SMALL QUANTITIES AND OFTEN

Et encore la suite:

Empty feeling in abdomen after stool as if she needed food ; headache on vertex about 5 P. M.

Burning in abdomen as from hot coals.

Abdomen swelled and became painful to touch ; inclination to vomit, chest constricted, breathing shorter, more and more difficult, cold sweat, stupefaction and total exhaustion ; could not swallow a drop of liquid, much less any solid food ; lay many hours stupefied, unconscious, with a swollen face and protruding eyes, without sleep

Feeling as if a hernia would protrude (Boericke) One survivor said : « I had the feeling my intestines were going to be expelled »

Simultaneous purging and vomiting. θ Cholera.

Distorted hippocratic face, constant hiccough, anxious, restless tossing about ; cramping of hands and feet ; pains in abdomen ; speechless ; severe retching with vomiting of yellowish fluids, < after drinking ; stools watery, pass unconsciously ; surface of body cold ; face bathed in cold sweat. θ Sporadic cholera.

Cholera Asiatica : great torpor of vegetative system, without any great mental or sensory disturbance ; little depression of spirits ; fear of death or indifference ; vertigo ; violent evacuation upward and downward ; icy coldness of body ; great debility ; cramps in calves ; vomiting, with constant desire for cold drinks ; copious, watery, inodorous stools, mixed, with white flocks ; face pale, without any color, or bluish ; blue margins around eyes ; deathly anguish in features ; cold tongue and breath ; hoarse, feeble voice ; great oppression anguish in chest, giving patient a desire to escape from bed ; violent colic, especially around umbilicus, as if abdomen would be torn open ; abdomen sensitive to contact, with drawing and cramps in fingers ; wrinkled skin in palms of hands ; retention of urine.

Vomiting and purging ; stools watery, flocculent ; severe burning in epigastrium ; great desire for cold water ; severe cramps in calves of legs ; great precordial anxiety ; face pale, anxious ; pulse small, frequent ; white-coated tongue. θ Cholera.

Involuntary urination « vomiting, purging and urination at the same time »

Suite et fin:

Shortness of breath on slight movement, even in house ; > if he sits still.
Extremely difficult and distressing respiration ; seems in danger of suffocation.

Spasmodic cough, with great burning and dryness in mouth and fauces ; long-continued sleeplessness ; anxiety in precordial region ; irritability of senses. θ Measles.
Babe, skin very hot ; cold sweat on forehead when coughing ; eyes half open during s
leep.

Capillary bronchitis ; livid face, blue nails, cold extremities and tumultuous irregular contractions of heart ; cold sweat on forehead when coughing ; eyes half open during sleep.

Rattling in lungs, fear of suffocation ; frothy, serous sputa ; blue face ; œdema of lungs.

Croupous pneumonia ; pneumonia supervenes during whooping cough.
Diaphragmitis and peritonitis with vomiting.

LIMBS : Complete muscular prostration ; rapid sinking of forces ; sinks down completely exhausted ; great paleness of face.

Cramps in calves. θ Cholera.

Feet icy-cold.
Very cold feet, with colic.

Rapid sinking of forces ; complete prostration ; cold sweat and cold breath ; collapse.
General debility, with blue hands and cold feet.

Excessive weakness ; is obliged to move very slowly ; so weak she can hardly raise her hand, and every motion seems to increase debility ; even a movement of bowels causes great debility ; very weak, almost imperceptible pulse ; cold sweat, particularly on forehead ; thirst for icy-cold water.

Yellow fever ; gastro-hepatic type, with thin blackish or yellowish diarrhœa ; thin, blackish or yellowish vomiting of bile or blood ; burning in stomach ; lips and tongue dry, brown and cracked ; cold perspiration on forehead ; great exhaustion and small intermitting pulse ; face yellowish, bluish, cold, covered with sweat ; eyes dull, yellow, watery ; deafness ; difficult swallowing ; hiccough ; thirst ; cold hands and feet ; trembling, cramps ; coma ; unconsciousness, delirium ; vertigo ; fear, depressed, restless.

SHAKING SHILL, LONG LASTING (KENT)

CHILL PREDOMINANT

Au total, même si je n’ai pas pu voir de malades, principalement parce que l’épidémie est en baisse de vitesse, ce fut une riche expérience et j’attends Ebola de pied ferme A tous ceux qui me disent qu’il faut du courage pour aller s’approcher de malades Ebola je réponds cette phrase de Shakespeare que tout médecin devrait méditer:

Les visibles dangers nous effraient moins que nos terreurs imaginaires.

Enfin, aux lâches qui n’ont jamais approché de malade tout court, qui n’ont jamais quitté le douillet confort de leur bureau, mais qui se permettent de vomir leur haine instinctive, il me reste à leur dire:

Sutor, nec supra crepidam!

commentaires

Haut de page