Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le coup d'Etat en Côte d'Ivoire était soutenu par la France à partir du Burkina Faso

par Sam La Touch 25 Décembre 2014, 16:25 Articles de Sam La Touch Côte d'Ivoire Coup d'Etat France Françafrique Rebelles Tchad

Le coup d'Etat en Côte d'Ivoire était soutenu par la France à partir du Burkina Faso

Extrait du livre de Laurent Gbagbo selon François Mattéi : Côte d'Ivoire : Révélations sur un scandale français.
Chapitre 10 : "La bavure était française" (p.97)

Après la tentative de coup d'Etat de 2001, j'avais demandé à l'ambassadeur de France, Francis Lott, de m'envoyer des techniciens, parce que nous avions eu des problèmes de maintenance de nos matériels militaires. L'armée ivoirienne était une petite armée, peu nombreuse, peu équipée. Il n'y avait nul vesoin d'avoir une grande armée parce que les Français étaient censés venir à notre secours en cas de besoin. Nous n'avions par exemple que quelques avions. Or, nos avions soit ne pouvaient pas décoller soit leur équipement s'enrayait. Deux officiers de l'armée de l'air française ont débarqué à la base aérienne de Bouaké. Ils ont inspecté les avions. Ils ont rigolé : tout était grippé là-dedans. Nous avons donc essayé d'acheter des pièces de rechange mais à ma grande surprise les fournisseurs français - puisque nous avions du matériel français - ont refusé de nous en vendre. C'était le but des autorités française de faire de sorte que la police, la gendarmerie et l'armée ivoirienne soient désarmées face à des rebelles qui s'étaient déjà manifestés à plusieurs reprises et allaient recommencer. Ainsi, non seulement les Français refusaient d'honorer l'obligation de secours qui les engageait du fait de l'accord de défense et de nous protéger des agressions répétées de rebelles se regroupant, se réarmant au Burkina Faso et lançant des attaques à intervalle régulier, mais encore voulaient-ils que les forces de maintien de l'ordre ne puissent plus faire leur travail et protéger la population des criminels. Je ne pouvais laisser le pays à la merci des bandits de grand chemins. Il faut comprendre qu'à cette époque les groupes rebelles étaient assimilables aux grandes compagnies qui dévastèrent l'Europe au XVIè siècle. C'est plus tard, notamment en 2010, que des mercenaires seront recrutés en masse, formés au Burkina Faso par des conseillers étrangers équipés avec du matériel dernier cri, transférés dans le Nord de la Côte d'Ivoire. Ces unités de mercenaires seront lâchées en 2011 sur le Sud du pays avec l'aide et sous la direction des forces françaises.

Pour en revenir aux débuts de la rébellion, lorsque l'on a proposé au ministre de la Défense quelques équipement venant d'Europe de l'Est, il a accepté pour éviter de laisser le pays désarmé. Inutile de vous dire que cela a été mal pris par les Français...

commentaires

Haut de page