Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maroc : 4 journalistes Français « achetés » par Rabat, selon un whistleblower anonyme. (Bakchich.info)

par Mélanie Mendelewitsch 30 Décembre 2014, 23:33 Maroc France Françafrique Mohamed VI Journalistes français Corruption

Maroc : 4 journalistes Français « achetés » par Rabat, selon un whistleblower anonyme
par  Mélanie Mendelewitsch
Bakchich.info

Un whistleblower anonyme met en cause le ministère des affaires Étrangères Marocain, et accuse 4 journalistes Français de rouler pour Rabat moyennant finance...

Les whistleblowers sévissent (aussi) sur les réseaux sociaux, comme en témoigne « Le Makhzen » (le Royaume Marocain et ses institutions, en langage d'initiés) aka @chris_coleman24 , mystérieux compte Twitter qui met le Royaume en bien mauvaise posture depuis le mois d'Octobre. Le compte anonyme, qui dévoile des documents classifiés et des éléments de correspondance privés du Ministre des affaires étrangères Salahedinne Mezouar et d'agents de la DGED (le service de contre-espionnage Marocain) est déjà surnommé « le Snowden Marocain » par la presse Marocaine.

Outre la boite mail du Ministre des affaires étrangères, le hacker aurait réussi à pirater celle de sa ministre déléguée, Mbarka Bouaida. Mais la « bombe » révélée par ce mystérieux « Chris Coleman » concerne quatre journalistes Français : Mireille Duteil ( du Point), José Garçon (ancienne journaliste à Libération) Dominique Lagarde (ancienne rédactrice en chef à l'Express) et Vincent Hervouet, éditorialiste sur TF1, se voient accusés par « Le Makhzen » d'avoir diffusé et soutenu -en échange de contreparties financières- la position de la monarchie Marocaine sur le Sahara Occidental, captures d’écran de mails privés à l'appui. Le système aurait été organisé par l'intermédiaire de Ahmed Charai, homme de presse à l'époque à la tête de l'Observateur du Maroc. Charai, aux liens étroits avec les services de renseignement Marocain, a entamé une collaboration avec les journalistes en question, qui ont accepté de rédiger des chroniques pour l'Observateur du Maroc. Si les quatre journalistes réfutent vigoureusement les allégations de corruption, et accusent le whistleblower anonyme de diffuser des documents falsifiés, El Watan Magazine relève cependant que ces 4 journalistes ont chacun publié entre 22 et 26 chroniques consacrées à la question du Sahara Occidental, toujours favorables à la position de Rabat...

Maroc : 4 journalistes Français « achetés » par Rabat, selon un whistleblower anonyme. (Bakchich.info)

Le territoire est toujours revendiqué par le Maroc, alors que le front Polisario, mouvement à la solde de l'Algérie, revendique son indépendance.

Le 10 Janvier 2008, Dominique Lagarde signe une chronique titrée «L'amertume Marocaine » dans l'Express :

« Dans cette affaire, les Marocains ont le sentiment d'avoir fait bouger les lignes, en proposant, il y a plusieurs mois, une très large autonomie du territoire, sans que l'autre camp ait, de son côté, évolué. "Le Polisario continue à tenir le langage des années 1970", confie à L'Express le ministre marocain des Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri »

Par ailleurs, si l'on se livre à une rapide revue de presse des articles signés par José Garçon dans Libération entre 2007 et 2011, les sympathies pro-Marocaines (et anti Algériennes!) de l'auteur laissent peu de place au doute. En attestent les articles titrés : « Les islamistes Marocains sous le contrôle du roi » , « Maroc-Algérie : l'escalade de Bouteflika. Une incursion Algérienne au Maroc aggrave la tension » ou encore « L'Algérie sur un volcan ».

On peut légitimement s’étonner du silence généralisé de la presse Française (et en particulier, des titres dont les journalistes sont visés par cette accusation!) sur cette sombre affaire. A ce jour, seule Dominique Lagarde a -tardivement- réagi à ces accusations. Pour sa part, Jean Marc Manach, journaliste de Arrêt sur images, semble avoir enquête longuement sur le sujet, et parle d'une « intox » : « Sensation sur un mystérieux compte Twitter : les services secrets marocains auraient instrumentalisé (et rétribué) plusieurs journalistes français et américains pour qu'ils écrivent des articles, ou fassent des émissions, favorables au royaume chérifien »

Pour le journaliste, l'analyse de ce mystérieux compte Twitter , « qui vise clairement à déstabiliser le régime marocain, révèle que cette opération, selon les meilleures règles du genre, mêle savamment documents authentiques et documents manipulés.»

commentaires

Haut de page