Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Thanksgiving" participe au processus d'aliénation culturelle et est l'expression du colonisateur d'hier et d'aujourd'hui (BAR)

par Danny Haiphong 14 Décembre 2014, 13:58 USA Thanksgiving Colonialisme Colon Esclavage Génocide des Amérindiens Aliénation Articles de Sam La Touch

"Thanksgiving" participe au processus d'aliénation culturelle et est l'expression du colonisateur d'hier et d'aujourd'hui (BAR)
"Thanksgiving" participe au processus d'aliénation culturelle et est l'expression du colonisateur d'hier et d'aujourd'hui.
Article originel : Thanksgiving is the Expression of the Colonizer, Then and Now
par Danny Haiphong
Black Agenda Report
Traduction SLT


"Alors que l'économie capitaliste se développe, les élites des plantations ont créé un système de suprématie blanche afin d'inciter tous les colons blancs à protéger les bénéfices de l'esclavage."



A ce stade de l'histoire, la plupart des peuples à l'étranger savent que le récit dominant aux Etats-Unis concernant Thanksiving ("action de grâce") est un tissu de mensonges. Mais aux États-Unis, ce n'est pas le cas. Les impérialistes et suprématistes blancs façonnent tous les aspects de la vie, ce qui rend le jour de Thanksgiving un outil politiquement utile pour le système. En novembre, la classe dirigeante graisse sa machine de désinformation pour effacer son histoire fondée sur le génocide et le colonialisme de la mémoire historique et l'y remplacer par le mythe de la bienveillance blanche. Le Président Lincoln a commencé le processus en faisant de Thanksgiving une fête nationale en 1863 pour relancer la solidarité raciale blanche au milieu de la guerre civile qui menaçait de déchirer la nation. Depuis, la partie blanche des Etats-Unis et de larges sections des opprimés organisent un repas annuel pour «célébrer» le dîner prétendument pacifique entre les Wampanoags de la Nouvelle-Angleterre et les colons anglais en 1621.

Les historiens divergent sur les faits concernant cette fête en 1621 et certains pensent que les Wampanoags n'ont pas été invités. D'autres croient que Lincoln a déformé l'histoire d'une multitude de repas parce que les Anglais dépendaient des Wampanoags pour la survie. Pourtant, l'importance de la narration de Thanksgiving n'est pas limitée aux repas. Les mêmes forces qui pillaient la Nouvelle-Angleterre et l'Amérique du Nord sont les dirigeants du système impérialiste qui ont mis ce système en marche. Cette vérité historique est la raison pour laquelle Thanksgiving continue d'être une tradition étatsunienne. Pour la part blanche des Etats-Unis et la petite minorité de personnes dans le monde ayant un intérêt dans l'impérialisme US, la vérité à propos de Thanksgiving est embarrassante. La tâche des forces de résistance, des combattants de la liberté, et des organisations révolutionnaires est de garder vivante la mémoire historique afin que nous puissions lutter contre le processus d'aliénation culturelle à l'oeuvre.

La vérité est que les mêmes colons anglais qui soi-disant ont participé à un dîner pacifique avec les Wampanoags ont participé, dans leur quête d'expansion, à des expéditions d'extermination de chaque tribu indigène dans la région. Ce n'est qu'après que les colons aient décimé les Wampanoags et ont voyagé plus loin dans la région de la Nouvelle Angleterre que Thanksgiving a vraiment commencé. En 1637, les colonisateurs anglais ont massacré la tribu Pequot dans ce qui est maintenant le Connecticut. Plus de 700 Pequots ont été tués dans le massacre. Le gouverneur John Winthrop a déclaré la journée "Thanksgiving" après chaque massacre important. Les colons célébraient "Thanksgiving" pour exprimer leur gratitude pour leur butin acquis en rendant grâce.

Depuis "Thanksgiving" est devenu un jour férié national, l'histoire, la culture et l'autodétermination des peuples autochtones existants ont été officiellement usurpés par les règles blanches décadentes. Le racisme imprègne si profondément la culture étatsunienne que certains croient que les populations autochtones n'existent pas du tout. L'histoire des populations autochtones réalisées par Roxanne Dunbar Ortiz aux États-Unis est ignorée dans le milieu universitaire et la culture populaire. La lutte des peuples autochtones contre le pipeline Keystone et les autres violations de leur souveraineté est exclue du discours politique étatsunien.


Mais le sort des peuples autochtones du continent nord-américain n'est pas seulement une histoire occultée du système impérialiste, il marque, plutôt, le début du développement capitaliste et de la suprématie blanche en Amérique du Nord. Les premiers capitalistes anglais et colonisateurs ont déployé leur mission coloniale en Amérique du Nord en la présentant comme un processus de «civilisation» pour les indigènes. Alors que l'économie capitaliste se développait, les élites des plantations ont créé un système de suprématie blanche afin d'inciter tous les colons blancs à protéger les bénéfices de l'esclavage. Aujourd'hui, l'impérialisme étatsunien "civilise" les peuples opprimés du monde avec une forte dose de sur-exploitation et de répression. La différence entre l'époque coloniale et l'actuelle, est que la classe dirigeante au lieu de prospérer fortement sur le dos des peuples opprimés, est confrontée à un impérialisme qui s'enraye et est en train de s'effondrer.

Les crises inévitables et permanentes de l'impérialisme ont entraîné un affaiblissement économique et politique de la classe dirigeante. La classe dirigeante a été contrainte de se jeter sur le monde avec son armée pour se maintenir au pouvoir. Tant au pays qu'à l'étranger, l'impérialisme étatsunien terrorise les peuples opprimés et l'encadre comme une mission coloniale, mais dans un langage différent de celui du 17ème siècle colonialiste. Lorsque les États-Unis font équipe avec leurs alliés réactionnaires de l'OTAN et le Conseil de coopération du Golfe pour renverser la Libye et commettre des massacres de masse sur la population noire de Libye, les impérialistes présentent les faits comme une «intervention humanitaire». La guerre contre le terrorisme, des frappes de drones aux interventions militaires, a été habillée comme une mission de sauvetage occidental prétendument conçue pour soigner les peuples inférieurs en attente de la médecine impériale.

Il est important que toute analyse de l'impérialisme US revienne à la source. Ce que l'impérialisme US fait à l'étranger est étroitement relié à la lutte des peuples opprimés dans "le ventre de la bête". Quand Michael Brown a été assassiné à Ferguson par le système policier blanc, j'ai écrit un article reliant les assassinats racistes du peuple noir par les policiers des Etats-Unis à la prolifération de l'Etat islamique (EI) à l'étranger. J'en ai conclu que les deux développements étaient un élément nécessaire du même cauchemar dont Malcolm X a parlé il y a plusieurs décennies. Des millions et les millions de personnes qui ont été déplacées, appauvries, et contraintes à une mort précoce par une intervention militaire néocoloniale des États-Unis, de guerre par procuration et sont confrontées au même ennemi que constitue les colonies internes aux États-Unis. Cela semble évident aux yeux de la population noire des Etats-Unis en ce moment de l'histoire.
"Le colonisateur se perpétue à travers la règle de l'impérialisme étatsunien."


La non-mise en accusation de Darren Wilson a suscité de grandes manifestations à travers les États-Unis. Les Noirs étatsuniens au travers du pays ont raison de se battre contre les assassinats presque quotidiens des Noirs par la police. Et de même que les peuples autochtones ont été assassinés mutilés au nom du soit-disant «progrès» blanc et de la «civilisation» blanche, cela explique sans doute la non-mise en accusation de Darren Wilson dans le contexte similaire au Thanksgiving comme conditions de la suprématie blanche. Tant l'administration Obama et les médias de masse ont divisé la résistance étatsunienne noire en les qualifiant soit de manifestants pacifiques "civilisés" soit de pillards «sauvages». En outre, la règle de la "loi et de l'ordre" des blancs a été évoquée pour sans cesse exonérer la police et déshumaniser la résistance de l'occupé.

Les conditions à Ferguson, en Libye, où l'impérialisme étatsunien fait des ravages enseignent la vraie leçon de Thanksgiving. Thanksgiving n'a pas seulement à voir avec l'existence de la mythologie raciste qui continue de tromper les gens, elle représente également la réalité qu'impose le colonisateur au travers de la règle de l'impérialisme US. La nécessité d'un mouvement révolutionnaire internationaliste aux États-Unis n'a jamais été aussi forte. Alors que l'axe de la résistance, au Sud, lutte pour la survie et l'autodétermination face à l'odre mondial et néo-colonial, les Noirs étatsuniens, comme les peuples autochtones et les peuples sans-papiers vivent sous occupation aux États-Unis.

Les maîtres impérialistes qui créent ces conditions pour leur propre profit et pour conserver leur pouvoir géopolitique sont les mêmes, si nous parlons de la Libye, de la Palestine, de l'Ukraine ou de Ferguson. L'autodétermination est devenue impossible à arrêter alors que les gens résistent de plus en plus tandis que Wall Street perd le contrôle de ses cycles inévitables de crise. Il est maintenant temps de se battre pour gagner. Alors rejoignez un organisme voué à renverser le système qui a créé "Thanksgiving". Cela nous rapprochera du jour où nous pourrons tous rendre grâce à la paix, à la justice, aux réparations, et au socialisme.

Danny Haiphong est un organisateur, écrivain et manager dans la région de Boston. Vous pouvez communiquer avec Danny à l'adresse mail : wakeupriseup1990@gmail.com.

URL de cet article : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2014/12/thanksgiving-participe-au-processus-d-alienation-culturelle-et-est-l-expression-du-colonisateur-d-hier-et-d-aujourd-hui.html

Thanksgiving : Indiens accroupis recevant la charité et la générosité des colons blancs

Thanksgiving : Indiens accroupis recevant la charité et la générosité des colons blancs

commentaires

Haut de page