Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Attentat contre Charlie Hebdo. Défaillance des services français et étatsuniens ou instrumentalisation des frères Kouachi ?

par Sam La Touch 15 Janvier 2015, 21:35 Articles de Sam La Touch Kouachi CIA DGSI Services de renseignement France Yemen Charlie Hebdo Terrorisme

Attentat contre Charlie Hebdo. Défaillance des services français et étatsuniens ou instrumentalisation des frères Kouachi ?

De récentes informations ont émergé confirmant les liens entre Saïd Kouachi, mis en cause dans l'attentat de Charlie Hebdo, et Abdulmutallab, impliqué dans une tentative d'attentat en 2009 contre un avion relayant Détroit à Amsterdam.


Selon le journaliste, Al-Kibsi qui a rencontré Saïd Kouachi au Yemen, celui-ci lui aurait déclaré avoir été hébergé avec Abdulmutalab au Yemen.

Il lui a déclaré que, "Oui, il le connaissait et qu'il vivait avec lui dans la même résidence". (Paris suspect Said Kouachi was roommate of 'underwear bomber': Reports).

Saïd Kouachi, selon al-Kibsi, aurait prié avec Abdulmutallab à al-Tabari, une école coranique du Yémen, et étudié l'arabe à l'Institut du Monde Arabe Grammaire Sanaa. Les deux hommes ont partagé un appartement "pendant une à deux semaines" en 2009 au Yémen, a déclaré al-Kibsi à CNN.

Kouachi a décrit Abdulmutallab comme "une personne très calme" qui parlait "rarement aux gens", a aussi déclaré al-Kibsi CNN.

Mais qui est Abdulmutallab ?
Umar Farouk Abdulmutallab est d'origine Nigériane. Il a tenté, en décembre 2009, d'actionner un engin explosif, caché dans ses sous-vêtements, dans un avion de la compagnie étatsunienne Northwest Airlines, qui s'apprêtait à atterrir aux Etats-Unis. Heureusement, il a été maîtrisé par les autres passagers. Un incident qu'un haut responsable étatsunien avait qualifié, sous couvert d'anonymat, de «tentative d'acte de terrorisme».

Le président étatsunien a reproché aux services de renseignements de n'avoir pas su prévoir l'attentat manqué contre un avion reliant Detroit à Amsterdam, préparé par le jeune Nigérian. Alors que le père du responsable avait signalé son comportement à la CIA."Le père du Nigérian avait en effet averti la CIA que son fils s'était radicalisé, mais cette information n'avait pas été largement diffusée au sein des services de renseignement, et donc peu prise en considération, ont indiqué mardi des médias américains. Un rapport avait bien été rédigé après les révélations du père, mais il n'a pas été communiqué à toutes les agences des services de renseignement, selon une source proche du dossier, qui s'adressait mardi à la chaîne CNN". (Attentat manqué : le père du Nigérian avait contacté la CIA).

" Selon le Wall Street Journal, le père d'Umar Farouk Abdulmutallab a rencontré la CIA à l'embassade américaine d'Abuja, la capitale du Nigeria, le 19 novembre. D'après le quotidien, qui cite un responsable américain sous couvert d'anonymat, cette rencontre a entraîné le lendemain une réunion entre des représentants du ministère de la Sécurité intérieure, de la police fédérale (FBI), du département d'Etat et de la CIA. Le Wall Street affirme que les informations obtenues au cours de cette réunion n'ont pas été recueillies et analysées aux Etats-Unis, selon des responsables américains non identifiés.Le porte-parole de la CIA Paul Gimigliano a indiqué au journal que l'agence de renseignement a fait en sorte de placer le nom d'Umar Farouk Abdulmutallab dans une vaste base de données officielle de personnes susceptibles d'avoir un lien quelconque avec le terrorisme." (JAI)

"Selon le New York Times, le gouvernement américain disposait avant Noël d'informations des services de renseignement yéménites qui évoquaient des dirigeants de la branche locale d'al-Qaida parlant d'«un Nigérian» préparé pour commettre un attentat.

Mais ces informations n'ont apparemment pas été correctement partagées au sein des services de renseignement. «Il y avait des éléments diffusés qui auraient pu et auraient dû être mis en relation», a souligné Barack Obama. Et «si ces informations avaient été recoupées avec d'autres renseignements, une image plus complète et plus claire du suspect serait apparue. Les clignotants auraient donné l'alerte, et le suspect n'aurait jamais pu embarquer sur cet avion partant pour l'Amérique», a-t-il assuré." (Le Figaro Attentat manqué : Obama très en colère contre la CIA)

Cette absence de réactions de la CIA, à l'époque, avait suscité de nombreuses questions sur l'éventuelle instrumentalisation du Nigerian appartenant à la mouvance al-quaïdiste au Yemen.

En effet il est assez surprenant que cet apprenti terroriste ait pu monter sur un avion sans passeport, alors qu’il était sur la liste du terrorisme des États-Unis, tout cela en transportant des explosifs dans ses sous-vêtements, "alors que l’aéroport d’Amsterdam utilise déjà ces super-scanners “on-vous-voit-complètement-à-poil” dont on parle tant de ces jours-ci dans les médias. Dire que le Canada planifie nous installer des douzaines de ces charmants super-scanner XXX pour assurer notre sécurité et celle de nos enfants, qu'Abdulmutallab a pu si habilement déjoué. Ou était-ce bien lui… Nous avons appris que la sécurité de cet aéroport était assurée par ICTS, la même et identique compagnie israélienne qui était responsable de la sécurité à tous et chacun des aéroports desquels les terroristes du 11/9 sont partis, apparemment en déjouant la sécurité là encore". (WSJ)

Les frères Kouachi au Yemen en 2011.

En 2009, Saïd Kouachi aurait donc été dans la mouvance al-quaïdiste du Yemen, surveillée étroitement par les services français et US. Alors que son colocataire a été arrêté pour sa tentative d'attentat, Saïd Kouachi reste au Yémen jusqu'au milieu de l'année 2010, selon le Wall Street Journal. Il en repart brièvement et y retourne fin 2010. Il séjourne dans ce pays une bonne partie de l'année 2011 avant de disparaître à nouveau.

Saïd Kouachi aurait rejoint en 2011 les camps d'al-quaïda au Yemen pour s'exercer à la Kalchnikov avec son frère Chérif qui était pourtant sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter la France. L'information aurait été transmise par la CIA au service de renseignement français. La CIA classe les deux frères parmi les "terroristes potentiels" tandis que les services français les classent sous fiche de sécurité S de sécurité (écoute téléphonique et surveillance physique pendant plusieurs mois). Cette surveillance se serait arrêtée à l'été 2014 selon Envoyé Spécial (Quelles sont les moyens déployés pour démanteler les filières jihadistes en France ? En quoi consiste le travail de ces enquêteurs dont le rôle est de préserver la sécurité nationale ?).

Alors défaillance des services français et étatsuniens ou instrumentalisation ?

Les services de renseignement US connaissent ces réseaux terroristes "islamiques" du Yemen, ils ont même des agents infiltrés en leur sein. En 2012, ils les ont infiltrés au travers d'agent de la CIA. En 2012, un agent double de la CIA sous couvert d'appartenir à Al-Quaïda au Yemen, a simulé la préparation d'un attentat avec une bombe dans ses sous-vêtements pour infiltrer un réseau terroriste yéménite. Il a ainsi livré par la suite le cerveau du réseau al-Quaïdiste. Ce dernier ayant été assassiné par des tirs de drones. (Daily Mail Underpants 'bomber' was a DOUBLE AGENT who delivered device to CIA... and then pinpointed location of mastermind for fatal drone attack). Il travaillait pour la CIA et les services de renseignement d'Arabie Saoudite (The Telegraph Al-Qaeda 'underpants' bomber was working for CIA ; ; Los Angeles Times).

Article intitulé initialement : Saïd Kouachi un agent de la CIA ? et modifié suite aux infos apportés par Fawkes News.

commentaires

Haut de page