Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Françafrique et francophonie. Hollande fait la leçon

par Billets d'Afrique 31 Janvier 2015, 08:56 France Francophonie Françafrique François Hollande

Hollande et le dictateur Faure Eyadéma dont la dynastie a été installée par la France après un coup d'Etat sanglant
Hollande et le dictateur Faure Eyadéma dont la dynastie a été installée par la France après un coup d'Etat sanglant

Lors du discours inaugural du sommet de la francophonie du président français, on n’a pas échappé au couplet rituel sur le-français-langue-merveilleuse-du-formidable-pays-des-droits-de-l’homme-de-la-liberté-resplendissante, affirmant que « pour beaucoup de peuples, parler français c’est parler la langue de la liberté » et que d’ailleurs « c’est en français que les peuples se sont décolonisés, en français qu’ils ont accédé à l’indépendance et à la liberté ».

Bien sûr, l’immense majorité des populations africaines continuèrent et continuent encore, les sauvages, à parler d’abord, et parfois uniquement, leurs langues natales. Bien sûr aussi, les autorités politiques et militaires françaises tentèrent jusqu’au bout par des massacres sanglants d’éviter d’en arriver à l’indépendance, et ne s’y résolurent qu’en tentant d’éliminer tous les leaders réellement indépendantistes, avant et après 1960. Mais que les commanditaires de ces crimes parlent français fut certainement une douce consolation pour les victimes du (néo) colonialisme.

Dans la suite de son discours, le président français tente aussi de surfer sur le succès de l’insurrection burkinabè.

« La francophonie, elle est soucieuse des règles de la démocratie, de la liberté du vote, du respect des ordres constitutionnels et de l’aspiration des peuples, de tous les peuples, à des élections libres. (…) Là où les règles constitutionnelles sont malmenées, là où la liberté est bafouée, là où l’alternance est empêchée, j’affirme ici que les citoyens de ces pays sauront toujours trouver dans l’espace francophone le soutien nécessaire pour faire prévaloir la justice, le droit et la démocratie ».

Lors de la conférence de presse finale, il s’est défendu de vouloir « donner des leçons au nom de je ne sais quelle prétention » tout en précisant sa pensée. Ne sont visés que ceux qui voudraient « à quelques jours d’un scrutin, (...) changer l’ordre constitutionnel ». (Suivez mon regard au Congo-Brazzaville…). Pour ceux qui ont déjà tripatouillé la constitution plusieurs années auparavant, comme au Togo ou au Tchad, pas de soucis en revanche. Quant au soutien promis « aux citoyens de ces pays » où « l’alternance est empêchée », il se voyait contrebalancé dans le même discours par « la nécessité d’une solidarité sur le terrain sécuritaire ». L’art de la synthèse, si souvent prêté à François Hollande...

Le ministre français de la Défense s’est chargé de traduire : pour les pays qui collaborent avec la France dans la guerre contre le terrorisme, fussent-ils des dictatures, « la priorité est aujourd’hui sécuritaire » (cf. pages 8-9).

commentaires

Haut de page