Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gouvernement avance ses premières mesures antiterroristes, Internet dans le viseur (MdP)

par Jérôme Hourdeaux et Mathieu Magnaudeix 12 Janvier 2015, 22:26 France Internet Mesures antiterroristes Liberté d'expression

Le gouvernement avance ses premières mesures antiterroristes, Internet dans le viseur (MdP)
Le gouvernement avance ses premières mesures antiterroristes, Internet dans le viseur
Par Jérôme Hourdeaux et Mathieu Magnaudeix
Mediapart

Après les immenses cortèges de dimanche, le gouvernement a annoncé des mesures antiterroristes. Le Parlement pourrait créer une commission d'enquête parlementaire sur les attentats de Paris commune à l'Assemblée et au Sénat.

Par ailleurs, les présidents des groupes parlementaires de l'UMP et PS ont réclamé ce lundi 12 janvier la création d'une commission d'enquête parlementaire sur l'attentat à Charlie Hebdo, le meurtre d'une policière municipale à Montrouge et la prise d'otages antisémite meurtrière dans un supermarché casher de la porte de Vincennes. Une série d'actes sanglants qui a fait 17 morts, et 11 blessés. Sur BFM TV, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, s'est dit lundi 12 janvier favorable à une commission d'enquête sur les attentats de Paris commune à l'Assemblée nationale et au Sénat...

Le gouvernement n’a en tout cas pas attendu la mobilisation internationale pour renforcer son dispositif. Dès le lendemain de l’attaque contre Charlie Hebdo, il donnait un coup d’accélérateur à la mise en œuvre de la loi antiterrorisme votée le 13 novembre 2014 en notifiant à la commission européenne son projet de décret de blocage des sites internet terroristes. Une notification, obligatoire pour les textes touchant à la société de l’information, effectuée selon une « procédure d’urgence » justifiée par « l’accélération des phénomènes de radicalisation de l’usage d’internet ». Cette disposition, fortement critiquée au moment du vote du texte, permet au gouvernement d’étendre le dispositif de blocage administratif, c’est-à-dire en l’absence d’une décision judiciaire, déjà en place pour les sites pédopornographiques à ceux « provoquant des actes de terrorisme ou en faisant l’apologie ».

Face à cette vague sécuritaire annoncée, les quelques voix appelant à la prudence sont difficilement audibles. « Répondre à la terreur par la restriction des libertés et de l’État de droit est un piège sans fin », écrit ainsi l’association de défense des libertés numériques La Quadrature du net dans un communiqué intitulé « Non à l’instrumentalisation sécuritaire »....

Lire la suite

commentaires

Haut de page