Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mohamed Merah travaillait pour les RG (Le Point)

par Armel Méhani et Aziz Zemouri 24 Janvier 2015, 13:50 Mohamed Merah Terrorisme RG DCRI France

Mohamed Merah travaillait pour les RG

Par Armel Méhani et Aziz Zemouri
Le Point - Publié le 07/06/2012 à 21:37 - Modifié le 08/06/2012 à 08:15
Mohamed Merah travaillait pour les RG (Le Point)

La DCRI est chargée de l'enquête sur les meurtres commis par le djihadiste. Alors qu'elle est elle-même mise en cause.

e 18 octobre 2007, Mohamed Merah faisait l'objet d'un contrôle routier aux abords d'un quartier de Toulouse. Au volant d'une BMW, le conducteur et son passager attiraient l'attention des gardiens de la paix Laurent S. et Agnès B., accompagnés de l'adjoint de sécurité Anthony C. Passé au fichier des personnes recherchées, le nom de Mohamed Merah apparaît en gras. Sur la note, 50600980 RG, il est indiqué "NE PAS ATTIRER L'ATTENTION. SÛRETÉ DE L'ÉTAT". Les trois policiers se regardent, interloqués, mais poursuivent leur contrôle. "Dans ce cas de figure, les consignes sont claires : on fait comme si de rien n'était", explique un fonctionnaire de police.

Ils prennent contact avec le service concerné, les renseignements généraux. Ils reçoivent pour instruction de faxer le P-V ainsi que la fiche de recherche. Cet élément versé à la procédure des juges du pôle antiterroriste du TGI de Paris, qui instruisent l'enquête sur les meurtres commis par Mérah, ne manquera pas d'accréditer l'idée que Mohamed Merah était repéré depuis bien longtemps par les services de sécurité. Malgré cela, il a pu commettre tranquillement ses crimes du 11 au 19 mars 2012, plongeant sept familles dans l'horreur. Si officiellement, du ministre de l'Intérieur aux magistrats, on promet la vérité aux familles, quelques éléments troublants instillent le doute chez les parties civiles.

La DCRI juge et partie

Mise en cause depuis le début de l'affaire Merah, la DCRI n'existait pas en 2007. En revanche, son rôle dans la gestion du cas Merah n'a pas empêché les magistrats de lui confier l'enquête sur les faits de meurtre élargie à ses propres dysfonctionnements. "Est-ce que la DCRI va s'interroger elle-même sur commission rogatoire ?" interroge un des avocats des parties civiles. "On aurait préféré que les magistrats confient l'enquête à l'IGPN, par exemple", confie un autre reçu récemment par les juges antiterroristes.

"C'est une question légitime qui a été soulevée par les parties civiles, le 15 mai dernier, devant le juge Yves Jannier", se souviennent maîtres Jean Toumalet et Marie-Laure Ingouf, avocats à l'époque de la famille Legouad, dont le fils Mohamed, caporal du 17e RGP, a été assassiné par Merah.

Les jeunes conseils offensifs - ils avaient demandé dès le 15 mai la levée du secret-défense - ont depuis été remplacés par Georges Holleaux, un des avocats du ministère de l'Intérieur, époque Nicolas Sarkozy, et également de SOS attentats, l'association créée par Françoise Rudetzki. Maître Holleaux est également l'un des avocats des familles des victimes de l'attentat de Karachi. Il a pour particularité de continuer à croire à la responsabilité d'al-Qaida, la thèse de Jean-Louis Bruguière, pourtant remise en cause par l'enquête du juge Trevidic. Sur ce revirement, la famille Legouad, contactée par Le Point.fr, n'a pas donné suite à nos demandes d'entretien.

Expertise

Si la recherche de la vérité ne fait aucun doute, comment expliquer l'absence d'expertise sur les armes et les munitions saisies dès le 20 mars, certaines rendues volontairement par Merah ou retrouvées sur ses indications et d'autres saisies après sa mort. Selon un expert en armes, requis régulièrement par la justice, le Colt 45 échangé par Mérah contre une radio lors des négociations avec le Raid était semi-automatique et avait été modifié, comme le font les forces d'élite, type GIGN, Raid ou encore GIPN. Selon lui, il est "difficile de croire que Merah ait pu apprendre cette technique dans un camp d'entraînement au Pakistan. Pour en avoir le coeur net, encore faut-il mener l'enquête. À ma connaissance, rien n'a été fait de ce côté-là."

commentaires

Haut de page