Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tchad : une dictature sanglante installée et soutenue par la France

par Lutte Ouvrière 30 Janvier 2015, 22:54 Articles de Sam La Touch Tchad Dictature France Françafrique

Tchad : une dictature sanglante installée et soutenue par la France

---------------

"Le 1er décembre 1990, avec l'aide des services de renseignement français les forces d'Idriss Déby s'emparent de N'Djamena et chassent Habré qui se réfugie au Sénégal." (Wikipedia)

Lutte Ouvrière comme toujours est en deçà de la réalité. Le régime tchadien d'Idriss Déby a été installé par la France et les services secrets français en 1990 et a été sauvé in extremis en 2008 par l'armée française et ses tirailleurs congolais sous Sarkozy Ier face à l'avancée décisive des rebelles sur N'djamena. Le dictateur françafricain en a profité pour liquider le principal opposant politique tchadien, Ibni Oumar Mahamat Saleh, avec la mansuétude de la classe politique française au pouvoir. Nous avons donc choisi de titrer "Tchad une dictature sanglante installée et soutenue par la France" pour restaurer la réalité de l'horrible politique africaine française masquée par des médias complices et racialistes qui n'ont de conception des droits de l'homme qu'à l'aune de la "race" ou plus exactement à l'aune de la "culture". Une conception coloniale et donc sélective ! Ces médias, dans leur immense majorité racialistes, nous font croire que le Président Idriss Déby (ils parlent rarement de dictateur affichant leur complicité et collaboration avec un régime sanglant et criminel) est autonome et parfois vont jusqu"à susurrer un simple soutien de la France, alors qu'il n'est qu'un pion des intérêts français en Afrique : en Centrafrique, au Tchad et au Nigeria...

A lire également : En 2008, la France a permis à Idriss Déby de sauver son régime – La Croix

-----------------------

Plusieurs lycéens qui manifestaient lundi 26 janvier à Doba, au Tchad, ont été tués par les forces antiémeutes du régime. Le dictateur tchadien Idriss Déby est depuis longtemps l'un des principaux alliés de la France en Afrique. S'il n'a pas participé en personne à la manifestation parisienne du 11 janvier, qui a suivi les assassinats à Charlie Hebdo, il y a délégué son Premier ministre. Mais on ne compte plus tous les Tchadiens qui sont morts pour avoir voulu protester contre son régime ou simplement exprimer une opinion critique.

La manifestation a débuté lorsque des élèves de terminale du lycée de Doba ont vu qu'ils ne figuraient pas sur la liste provisoire des inscriptions au baccalauréat 2015, qui venait d'être affichée. Le ministère de l'Enseignement supérieur, qui organise l'examen, avait en effet décidé que les recalés de la session 2014 qui ont eu une moyenne inférieure à 5 sur 20 cette année ne pourraient pas se représenter avant deux ans. Les jeunes ont occupé le lycée avant de partir en ville. Les policiers et les gendarmes ont alors ouvert le feu. Des forces antiémeutes sont bientôt arrivées en renfort et un couvre-feu a été instauré.

Le pouvoir est coutumier de tels agissements. En novembre dernier, il avait violemment réprimé les jeunes et les travailleurs qui manifestaient contre la cherté de la vie, la pénurie de carburants ou le retard des salaires.

Cette répression bénéficie de la complicité des grandes puissances, et en particulier de la France. Au pouvoir depuis vingt-quatre ans, Idriss Déby s'est fait une spécialité des interventions militaires au service de l'impérialisme français dans les pays voisins. Il a forgé une armée réputée pour sa violence, non seulement contre ses ennemis mais aussi envers les populations qu'elle est censée protéger. On l'a vue à l'œuvre en Centrafrique et au Mali. Aujourd'hui N'Djamena, la capitale du Tchad, abrite l'état-major de l'opération Barkhane, composée de troupes françaises et africaines censées lutter contre les groupes djihadistes au Sahel. Mais, à l'intérieur du pays, c'est contre la population que les forces de répression exercent leur violence.

Hollande prétend faire la guerre au terrorisme, mais avalise la terreur exercée par ses alliés sur leur propre population. (Encore une fois, le "chef de guerre" Hollande n'avalise pas simplement, il soutient militairement, politiquement, économiquement et arme le régime dictatorial de Déby et c'est bien sûr d'une tout autre responsabilité dont il s'agit, ndlr).

Daniel Mescla

Lutte Ouvrière Hebdo - Tchad : une dictature sanglante alliée de la France

commentaires

Haut de page