Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Centrafrique. L'ONU a exigé de Sassou Nguesso qu'il mette fin aux pourparlers de Nairobi

par Sam La Touch 14 Février 2015, 21:16 Articles de Sam La Touch Sassou Nguesso Centrafrique Kenya Abdoulaye Bathily Nairobu ONU

Abdoulaye Bathily, le représentant du secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique centrale, a recadré Sassou Nguesso sur les négociations de paix du Centrafrique après lui avoir lancé un message sur le respect de la constitution (Centrafrique Presse).
Dans le courrier, Sassou Nguesso, n'est pas présenté comme le responsable de la reprise des pourparlers actuellement mais comme étant en position d'y "mettre fin de manière formelle et publique".

Centrafrique. L'ONU a exigé de Sassou Nguesso qu'il mette fin aux pourparlers de Nairobi
Centrafrique. L'ONU a exigé de Sassou Nguesso qu'il mette fin aux pourparlers de Nairobi
Centrafrique. L'ONU a exigé de Sassou Nguesso qu'il mette fin aux pourparlers de Nairobi

Finalement Sassou Nguesso a rejeté les conclusions des négociations qu'il avait lui-même initiées au Kenya. Il en a officiellement informé le président Kenyatta.

"Remerciant "de tout cœur" Kenyatta pour "sa contribution", le chef de l'État congolais estime que "les conclusions issues de ces négociations, en dépit de leur pertinence", ne vont pas dans le bon sens. Il regrette que ces pourparlers aient "abouti à un accord supplémentaire entre les ex-Séléka et les anti-Balaka", estimant que cela fait "un double emploi [préjudiciable] aux efforts consentis à Brazzaville". Il dit aussi ne pas approuver le fait que "l'accord de Nairobi consacre l'option d'une troisième transition en République centrafricaine, avec de nouvelles institutions et, en perspective, la révision du cadre juridique qui la régit". "Cette hypothèse n'est ni envisageable, ni acceptable, conclut-il. Cet accord qui s'écarte du schéma de la médiation internationale ne saurait donc être validé". Et cela réjouit déjà tous ceux qui – et il étaient nombreux – n'avaient pas aimé voir s'ouvrir un nouveau front de négociations dans une crise déjà très compliquée." (JAI)

commentaires

Haut de page