Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Golan : Daech détourne le pétrole syrien pour Israël (Irib)

par Irib 23 Février 2015, 11:11 Israël Golan Syrie Pétrole EI

Tel-Aviv a commencé les forages sur les hauteurs du Golan syrien, et se sert des services que Daech rend au régime sioniste pour transférer le pétrole de la Syrie vers la Palestine occupée.

La semaine dernière, la société américaine « Genie Energy » a annoncé que la situation est devenue favorable pour lancer les opérations de forages pétroliers dans les hauteurs du Golan syrien, occupée par le régime sioniste; Tell-Aviv a signé un contrat avec cette société américaine pour le forage de dix puits de pétrole au Golan pendant les trois prochaines années. Ces dernières années, le régime sioniste a foré des centaines de puits dans les territoires occupés palestiniens et arabes, mais les dirigeants sionistes semblent avoir un appétit insatiable pour les ressources énergétiques de la région. Les travaux de forage sur les hauteurs du Golan devaient commencer en janvier 2015, mais le projet a été reporté en raison des protestations des habitants palestiniens et syriens de la région, ainsi que les avertissements lancés par les écologistes quant aux risques que ces opérations peuvent créer pour toute la région. Finalement, malgré toutes ces protestations, la Cour suprême du régime sioniste a donné l’autorisation au cabinet israélien de lancer les travaux de forage pétrolier dans cette zone occupée. Israël et Daesh Les hauteurs du Golan syrien ont été occupées par le régime sioniste lors de la guerre de six jours en 1967. A présent, tandis que la guerre civile fait rage en Syrie, Tel-Aviv saisi l’occasion pour déployer ses forces militaires dans cette région et prendre entièrement en main le contrôle du Golan sous prétexte de défendre les frontières. Le site d’information « Middle East Eye » a écrit : « Tout le monde sait qu’Israël veut étendre la présence et son influence en Syrie. De nombreux indices confirment que l’intensification des activités des terroristes sur les hauteurs du Golan est le résultat direct du soutien secret que Tel-Aviv accorde aux rebelles dans cette région. » Selon un rapport des observateurs de l’ONU en 2014, il existe un modèle dangereux et préoccupant de coopération entre le régime sioniste d’une part et des rebelles armés et les terroristes de l’autre, depuis trois ans. Depuis mars 2013 jusqu’en été 2014, Tel-Aviv a offert un maximum d’aides financières et hospitalière (soins médicaux aux terroristes blessés dans les hôpitaux israéliens) aux terroristes en Syrie. Le journal israélien Haaretz écrit : « Nos soldats se sont installés à la frontière pour acheminer des équipements militaires aux opposants au gouvernement de Bachar al-Assad en Syrie. » Dans ce contexte, le Golan joue, pour les Israéliens, le rôle de zone tampon entre la Syrie et la Palestine occupée. Ce qui permet aussi aux terroristes du Front al-Nosra, d'Al-Qaïda etde Daech d’y circuler en toute liberté pour entrer en Palestine occupée. Un camp sur le modèle du « Camp Ashraf » Le but des terroristes et de leurs amis israéliens est de construire au Golan un camp comparable au « Camp Ashraf » des terroristes de l’organisation des Monafequine en Irak de Saddam Hussein. Ce camp situé dans le Golan occupée par les sionistes, doit abriter les opposants armés au gouvernement de Damas. L’objectif de ce plan est de construire une base permanente pour déstabiliser davantage la Syrie, et d’affaiblir la présence et l’influence de l’Iran et du Hezbollah libanais. Selon des sources israéliennes, les conseillers militaires israéliens forment les terroristes takfiris à la frontière entre la Palestine occupée et la Jordanie. Depuis 2012, les conseillers israéliens et américains forment les terroristes venus du monde entier aux camps d’entraînement dressés par les Américains en Turquie et en Jordanie, notamment pour apprendre aux terroristes l’usage d’armes sophistiqués comme les missiles antichars et les systèmes antiaériens. En mars 2014, le quotidien Haaretz avait révélé un accord conclu entre Israël et les terroristes en Syrie : « Selon cet accord, en échange d’uniformes, d’armements, de téléphones portables et d’autres outils technologiques, les rebelles armés et les terroristes devaient appliquer une stratégique militaire conforme aux politiques de Tel-Aviv dans la guerre contre le gouvernement du président syrien Bachar al-Assad. Parmi les buts du régime sioniste, il y a projet qui porte sur l’occupation des zones stratégiques qui sont dotées d’importantes réserves pétrolières. Le pillage des ressources naturelles de la Syrie Selon certains analystes, le but de Tel-Aviv d’instrumentaliser les groupes terroristes en Syrie, ne se limite pas au pillage des ressources naturelles de ce pays, car la réoccupation militaire du Golan par l’armée israélienne pourrait déclencher des affrontements militaires violents entre Tel-Aviv et Damas, permettant aux sionistes d’exploiter la situation intérieure de la Syrie afin d’occuper d’autres parties du territoire syrien. Complicité israélo-américaine pour piller le pétrole syrien : Dans un entretien accordé à la chaîne Press TV, Steven Kelley, ancien analyste de la CIA a évoqué le mécanisme du financement des activités des groupes terroristes et des résidus du parti Baath de Saddam Hussein : « La Turquie, les Etats-Unis et Israël sont les partenaires financiers de Daech. Ils demandent aux rebelles armés d’extraire le pétrole de l’Irak et de la Syrie et de l’exporter à l’étranger. La CIA et le Mossad y jouent un rôle indéniable. » Barack Obama et beaucoup d’autres hommes politiques des deux partis démocrate et républicain ont beaucoup investi sur les activités des terroristes takfiris en Syrie. En même temps, les monarchies arabes soutiennent, eux aussi, Daech et le Front al-Nosra en Syrie et en Irak. Entre-temps, Israël convoite aussi les ressources naturelles de la Syrie. En 1996, une société israélienne avait estimé que les réserves pétrolières du Golan pourraient être exploitées pour extraire chaque jour près de deux millions de barils de brut.

Haut de page