Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ami d'Hollande Me Mignard reçoit le "colis" Blé Goudé et annonce que Fofié est le prochain sur la liste de la CPI !!! (Le Gri-Gri)

par Le Gri-Gri 4 Février 2015, 21:35 France Côte d'Ivoire Françafrique François Hollande Mignard CPI Blé Goudé Ouattara Fofié

L'ami d'Hollande Me Mignard reçoit le "colis" Blé Goudé et annonce que Fofié est le prochain sur la liste de la CPI !!! (Le Gri-Gri)

Qui est Jean-Pierre Mignard, l'homme aux bras chargés, à l'extrême-droite sur la photo ?

Avocat, catho de gauche, directeur de Témoignage chrétien, proche historique du couple Hollande-Royal et initiateur de Désir d'avenir.

Il défend aujourd'hui le site d'informations Mediapart.

Rayon casseroles et boulets puants, Mignard fut l'associé de Me Henri Leclerc, dit le fâcheux, avocat de Libération et responsable de la Ligue des droits de l'homme qui restera dans l'histoire pour avoir refusé de reconnaître l'innocence d'Omar Raddad. La gauche française, ou ce qu'il reste de ses restes.

Mignard, enfin, a été mandaté par Ouattara pour défendre les intérêts de la Côte d'Ivoire à la CPI.

(Il y a donc longtemps, on peut le constater, que le PS français a choisi en Côte d'Ivoire son camp : celui du FMI. Le député PS Loncle, déjà, nous avait appris comment Mme Ouattara avait "retourné" le moribond Fabius et autre Strauss-Kahn.)

Raison pour laquelle Demba Traoré a immédiatement reconnu Jean-Pierre Mignard au tribunal de La Haye, le jour où on y réceptionnait Charles Blé Goudé, général de la rue depuis 2004, protégé de Laurent Gbagbo, exilé clandestinement au Ghana, puis arrêté par le pouvoir ivoirien, emprisonné dans des conditions scandaleuses, possiblement torturé et enfin, lui aussi, comme son mentor, transféré à La Haye, au nom de l'incapacité de la Côte d'Ivoire de Ouattara d'assurer le bon déroulement d'un procès. Et en réalité de la volonté de la communauté internationale de tenir éloigné d'Abidjan ceux qui pourraient y avoir conservé une embarrassante popularité.

Demba Traoré, fut directeur de la communication de campagne de Laurent Gbagbo et Directeur général du Village des Technologies de l'information et de la Biotechnologie (VITIB). A ce titre, bien que résident aux Etats Unis, il vient régulièrement rendre visite au dernier président ivoirien légalement élu et reconnu par le Conseil constitutionnel. Les résistants ivoiriens se souviennent tous de son émue et émouvante intervention à La Haye, en 2012, durant un des rassemblements organisés par les infatigables et héroïques marcheurs pacifiques que les médias pensent minorer en les appelant "les pro-Gbagbo".

Courant janvier dernier, de retour de visite à celui qu'il appelle affectueusement et respectueusement "le chef" Demba Traoré s'exprime devant une salle d'Ivoiriens à Washington DC. L'objet de son intervention est, nous y reviendrons dans les jours prochains, de transmettre le message du président ivoirien encagé à La Haye, relativement à sa candidature depuis sa cellule batave à la présidence du parti dont il est le cofondateur, le FPI.

En introduction, Demba Traoré livre ce qui pourrait n'être qu'une anecdote, un bruit de couloir, une rumeur plaisante dont les journaux aiment à se repaître. Mais qui constitue, en l'occurrence, une démonstration triviale de l'absence totale de justice régnant dans cette cour pénale coloniale.

Vous pourrez à loisir écouter cette introduction tragiquement savoureuse, grâce à la vidéo ci-dessous. Il nous a néanmoins semblé important d'en retranscrire les premières minutes, particulièrement cuisantes et écoeurantes pour le si vulgaire Mignard... si significatives des pratiques de cette cour et du pouvoir qu'y exerce l'ancienne puissance coloniale.

Et du regard que porte la gauche française sur les progressistes africains.

Notre retranscription débute à 1mn30...

"C'est le jour de ma visite au chef (Laurent Gbagbo) qu'on devait présenter Blé Goudé à la CPI. Pour savoir si c'est bien lui, etc. Je pars donc à la CPI pour 9h. Dieu ne peut pas faire que je suis là et que je n'aille pas assister à ça. Donc, je pars. J'arrive dans la salle, au même moment que l'ambassadeur de Côte d'Ivoire à La Haye. Par coïncidence, on croit que je fais partie de sa délégation. Donc, on nous conduit ensemble dans la salle, réservée aux VIP, pour regarder l'audience.

Il y a une personne seule qui est là, c'est un Français, qui reconnaît l'ambassadeur et qui lui dit : "Pourquoi je suis le premier à être dans la salle ? Parce que je voulais m'assurer que le "colis" était arrivé à bon port." De quel colis il parle ? Il parle de Blé Goudé... Cet avocat français, c'est, dit-on, l'avocat de la Côte d'Ivoire, mais en fait c'est l'avocat de Ouattara pour la CPI. Mais qui se vante d'être le parrain des enfants de François Hollande.

Je m'installe. Juste à côté d'eux. Et "il" commence... "Le prochain, ça va être Fofié."

Authentique ! Je le dis exprès publiquement. Il a dit à l'ambassadeur, comme ça :

"Hamza, le prochain, ça va être Fofié."

L'autre (l'ambassadeur, ndlr), sachant que nous ne sommes pas ensemble, est gêné. Il essaie de lui fermer la bouche...

"Oh, vous savez, c'est votre métier, nous, on ne..."

Mignard : "Je vous dis que ça va être Fofié. Parce que Fofié, il a mis des hommes dans des containers. Donc ça ne peut pas rester comme ça."

Il allait continuer de développer, mais, malheureusement, le film s'est arrêté. Parce que la prochaine personne qui est entrée dans la salle, c'est Abel Naki (figure de la résistance parisienne), qui est venu me saluer. Comme lui est connu, moi je suis pas connu... le Français a compris qu'il ne pouvait plus continuer à parler. Il s'est tu.

Mais c'est révélateur : il est avocat de Ouattara, il n'est pas juge à la CPI. C'est lui qui décide qui va être le prochain."

Texte / G.P.

commentaires

jp mignard 07/02/2015 01:15

Tout cela est faux et vous le savez .je ne connais rien à cette histoire de containers. je ne me suis pas entretenu avec l'ambassadeur de Cote d'Ivoire à ce sujet, que j'appelle excellence ou Mr l'ambassadeur et certainement pas "Hamza". je ne me suis jamais retrouve seul dans la salle du public de la CPI. Tout ceci est un affabulation dont je vais demander le retrait. Salutations JP Mignard

Haut de page