Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’Ukraine: « Bientôt nous nous promènerons avec des valises de billets » (Zero Hedge)

par Tyler Durden 27 Février 2015, 11:31 Ukraine Hyperinflation Crise économique

L’Ukraine: « Bientôt nous nous promènerons avec des valises de billets » (Zero Hedge)
L’Ukraine: « Bientôt nous nous promènerons avec des valises de billets » 

Par Tyler Durden | 25 février 2015
Article original:  Zero Hedge
Traduit par Guillaume Borel pour Arrêt sur Info
Arrêt sur infos 

 

 

 

Mardi  [24 février] nous avons résumé la situation économique, politique et sociale en Ukraine comme suit :

 

« Un an après le coup d’état, l’ancien premier ministre ukrainien Serguey Arbuzov a déclaré à l’agence Tass, faisant échos à un mécontentement populaire croissance : « Un nouveau coup d’état ne peut pas être exclu en Ukraine ». Alors que le cessez-le-feu de Minsk est déjà parti en lambeaux dans le vent de Debalsteve, la nation est en ruine : une nouvelle crise du gaz se profile alors que Gazprom menace de stopper à nouveau les livraisons en raison de retards de paiement, le contrôle des capitaux a été resserré alors que le prêt du FMI de 17,5 milliards de dollars sera insuffisant pour financer le budget, le gouverneur de la banque centrale fait face à des poursuites judiciaires alors que l’économie continue de s’effondrer. Tous ces facteurs ont entraîné une fuite massive des capitaux et la Hryvnia s’est crashée à 33 dollars US, un record (elle a perdu 70% de sa valeur). »

 

 

Alors que le gouvernement ukrainien regardait son pays partir en fumée, avec la bénédiction du département d’état américain, il a décidé de passer à l’action.

Selon Reuters, la banque centrale a essayé de mettre un terme à la chute libre de la Hryvnia mercredi en interdisant les achats de monnaie étrangère aux banques du pays pour le compte de leurs clients jusqu’à la fin de cette semaine.

« Bien que les banques puissent toujours effectuer des transactions inter-bancaires, à la mi-matinée, il n’y avait aucun mouvement d’enregistré, laissant la monnaie dans les limbes. Le jour précédent, le taux de la banque centrale, basé sur les transactions effectuées, avait perdu 11% face au dollar.»

Les kiosques de change dans les rues de Kiev vendent des quantités limitées de dollars au cours d’un dollars pour 39 Hryvnia, soit 20 % plus cher que les taux affichés dans les banques où les dollars ne sont plus disponibles. Un taux officiel de 33 Hryvnia a été publié mercredi et il va continuer à exploser maintenant que la banque centrale ne possède plus d’or à mettre en vente sur marché (il a mystérieusement disparu) et plus de réserves monétaires.

A la fermeture du marché, la banque centrale a dicté un taux artificiel interbancaire qu’elle a réduit de 32 à 24 Hryvnia a 12h45 heure locale. Ce taux n’affecte que les exportateurs qui sont forcés de lui vendre 75 % de leurs revenus en devises étrangères à ce taux.

Même le gouvernement ukrainien est choqué par ce qui se passe : « J’ai appris ce matin sur Internet que la banque centrale avait, comme d’habitude sans aucune consultation, pris la décision de fermer le marché interbancaire des devises, ce qui n’aidera absolument pas à stabiliser la monnaie nationale dont la banque centrale est responsable. Cette situation a une influence complexe et néfaste sur l’économie nationale » a déclaré le premier ministre ukrainien Arseniy Yatsenyuk.

La présidente de la banque nationale d’Ukraine, Valeriya Hontareva, a cependant contredit le premier ministre : «  Toutes les mesures administratives sont prises en coordination avec le FMI, et nous les appliquons seulement après. »

En résumé : il s’agit d’un chaos monétaire qui indique le pays va sombrer dans les abysses de l’hyperinflation.

Il y a mieux. Selon RIA Novosti, la chaîne de télévision Ukraina a annoncé mardi qu’avec le nouveau cours de la devise le salaire minimum en Ukraine était tombé à 42,90$ par mois, ce qui selon la chaîne est inférieur au salaire minimum du Ghana ou de la Zambie. Et il n’y a actuellement aucune mesure de prévue pour augmenter le salaire minimum avant le mois de décembre.

On aperçoit déjà l’hyperinflation : « les prix de l’alimentation chez les différents producteurs ont augmenté de 57,1 %, les prix des grains et des légumes ont augmenté de 91 % entre janvier 2014 et janvier 2015 alors que l’inflation officielle sur la même période n’était que de 28,5 %. Les consommateurs ukrainiens ont fait face aux difficultés économiques en réduisant leurs dépenses en Hryvnia de 22,6 %, ce qui revient à une baisse de la consommation réelle de 40 %. »

Un ouvrier du bâtiment qui échangeait des dollars à un kiosque de change dans  une épicerie et qui recevait en échange un sac rempli de milliers de Hryvnia a déclaré : « bientôt nous nous baladerons avec des valises de billets, comme dans les années 90. »

Ce qui est ironique, c’est que les banques centrales des nations du « monde développé », dont beaucoup font face maintenant à des dettes équivalent à 300 % du PIB, qualifieraient l’hyperinflation qui menace l’Ukraine de « succès ». [NDT : les économies occidentales font face à une déflation qui renforce le poids de la dette et les banques centrales ont été incapables de relancer l'inflation qui permettrait de faire redescendre mécaniquement les ratios d'endettement, malgré des politiques d'impression monétaire à grande échelle.]

 

commentaires

Haut de page