Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La dé-dollarisation menace les USA !!! (Irib)

par Irib 7 Février 2015, 22:04 USA Dé-dollarisation Crise Economie

De nombreux pays souhaitent dé-dollariser leurs économies nationales, pour réduire leur dépendance vis-à-vis de la monnaie américaine et des politiques de Washington.
Dans sa quête, pour la domination du monde, la Maison Blanche continue, depuis plus d'un siècle, à s’appuyer sur deux outils principaux: le dollar américain et la puissance militaire. Afin d'empêcher Washington d'établir son hégémonie mondiale complète, certains pays ont, récemment, essayé de réviser leurs positions, à l'égard de ces deux éléments, en développant des alliances militaires alternatives et en rompant avec leur dépendance vis-à-vis du dollar américain. Jusqu'au milieu du XXe siècle, l'étalon-or était le système monétaire dominant, fondé sur une quantité fixe de réserves d'or stockées dans les banques nationales, ce qui limitait, naturellement, les prêts. A cette époque-là, les Etats-Unis avaient réussi à devenir le propriétaire de 70% des réserves d'or mondiales, (à l'exception de l'URSS). Cet avantage américain affaiblissait un rival ancien, à savoir, la Grande-Bretagne. Le résultat était la création du système financier de Bretton Woods, en 1944. C’est ainsi que le dollar américain est devenu la monnaie prédominante, pour les paiements internationaux.

Mais un quart de siècle plus tard, ce système s’était avéré inefficace, en raison de son incapacité à contenir la croissance économique de l'Allemagne et du Japon, ainsi que la réticence des Etats-Unis à ajuster leurs politiques économiques, pour maintenir l'équilibre entre le dollar et l’or. A cette période, le dollar a connu une baisse spectaculaire, mais il a été sauvé par le soutien de riches exportateurs de pétrole, surtout, lorsque l'Arabie saoudite a commencé à échanger son or noir contre les armes américaines, en soutenant les politiques de l’ancien Président des Etats-Unis, Richard Nixon. Par conséquent, en 1971, Richard Nixon a ordonné, unilatéralement, l'annulation de la convertibilité directe du dollar américain et l'or. A la place de ce système ancien, il a créé le système de monnaie jamaïquaine, dans lequel le pétrole était la base du système du dollar américain. Par conséquent, ce n’est pas un hasard si le contrôle du commerce mondial du pétrole est devenue la priorité numéro un de la politique étrangère de Washington. Au lendemain du choc économique mondial créé par la décision de Richard Nixon, le nombre d'engagements militaires américains, au Moyen-Orient, et d'autres régions pétrolières de la planète, a augmenté. Ce système a été soutenu par les membres arabes de l'OPEP, et la demande a augmenté, ensuite, dans le monde, pour les pétrodollars américains. Le pétrodollar est devenu la base de la domination américaine sur le système financier mondial, système, qui obligeait les pays à acheter des dollars, afin de pouvoir obtenir du pétrole, sur le marché international.

Les analystes estiment que la part des Etats-Unis du produit intérieur brut, (PIB), mondial, ne doit pas dépasser, actuellement, les 22%. Cependant, 80% des paiements internationaux sont faits en dollar américain. Par conséquent, la valeur du dollar américain est, extrêmement, élevée, en comparaison avec d'autres devises. C’est pourquoi les consommateurs, aux Etats-Unis, achètent les marchandises importées d’autres pays, à des prix, extrêmement, bas. Cela fournit aux Etats-Unis un bénéfice financier important, alors que la forte demande de dollars, dans le monde, permet au gouvernement américain de refinancer sa dette à des taux d'intérêt très bas.

Dans ces circonstances, les Etats, qui pensent à trouver une alternative pour le dollar américains, sont considérés comme une menace directe, pour Les Etats-Unis, mettant en danger son hégémonie économique et le niveau de vie élevé de ses citoyens. Ce n’est, donc, pas étonnant de voir que Washington se sert de tous ses moyens, pour résister à ce processus de dé-dollarisation. Cette résistance américaine au processus de dé-dollarisation des économies nationales s’est manifestée, ces dernières années, sous diverses formes : le renversement et l’assassinat du dictateur libyen, Mouammar Kadhafi, qui a décidé de passer à l’euro, pour les paiements pétroliers.

Cependant, au cours des dernières années, malgré la volonté de Washington d'utiliser tous les moyens, pour maintenir sa position, sur la scène internationale, les politiques américaines sont de plus en plus confrontées à l'opposition des Etats. Par conséquent, un nombre croissant de pays tentent de supprimer le dollar américain, pour obtenir leur indépendance, à l'égard des Etats-Unis.

Les trois Etats, qui sont, particulièrement, actifs, dans ce domaine, sont la Chine, la Russie et l'Iran. Ces pays cherchent à dé-dollariser leurs économies respectives, à l’aide de certaines banques européennes et des sociétés d'énergie, qui opèrent sur leurs territoires respectifs.

Le gouvernement russe a tenu une réunion sur la dé-dollarisation de l’économie nationale, au printemps 2014. Après cette réunion, le ministère russe des Finances a annoncé le plan, pour augmenter la part des contrats libellée en rouble et la baisse de la part du dollar américain. En mai 2014, lors du Sommet de Shanghai, la délégation russe a signé un contrat, surnommé "affaire du siècle", qui implique qu'au cours des 30 prochaines années, la Chine achètera lu gaz naturel à la Russie; pour une valeur de 400 milliards de dollars, tout en payant le prix du contrat en rouble et en yuan. En outre, en août 2014, une filiale de Gazprom a annoncé qu'elle était prête à accepter un paiement en rouble, pour 80.000 tonnes de pétrole des gisements de l'Arctique, destinées au marché européen. Cette société a annoncé, aussi, que le pétrole de la Sibérie orientale et de l’océan Pacifique sera vendu à la Chine en yuan. En août 2014, lors de sa visite, en Crimée, le Président russe, Vladimir Poutine, a annoncé que le système du pétrodollar sera aboli. Il a ajouté que la Russie était en train de procéder à des consultations concernant l'usage des monnaies nationales, dans les interactions bilatérales avec un certain nombre de pays. Ces mesures prises, récemment, par la Russie sont les vraies raisons de la politique des sanctions occidentales contre Moscou.

Ces derniers mois, la Chine a adhéré, activement, à cette campagne «anti-dollar», car il a signé des accords avec le Canada et le Qatar, sur la base de l’usage des monnaies nationales, au lieu d’utiliser le dollar américain. Ainsi, le Canada est devenu le premier client du yuan chinois, en Amérique du Nord. La valeur du contrat signé entre le Canada et la Chine est estimée à 200 milliards de yuans.

L'accord entre la Chine et le Qatar, sur l’échange des devises nationales, a une valeur de 5,7 milliards de dollars. Cela a donné un coup dur au pétrodollar, par l'utilisation du yuan, sur les marchés pétroliers du Moyen-Orient. En réalité, les pays producteurs de pétrole, dans la région du Moyen-Orient, ont peu de confiance dans le dollar américain. On devra, donc, s’attendre à ce que d'autres pays de l'OPEP commencent à signer de tels accords avec la Chine.

Quant à la région de l'Asie du Sud-Est, la création d'un centre d’échanges de marchandises, à Kuala Lumpur, favorisera une plus grande utilisation du yuan, au niveau local, ce qui sera une nouvelle réussite, pour la Chine, dans cette région.

La République islamique d'Iran a, récemment, annoncé sa réticence à utiliser le dollar américain, dans son commerce extérieur. En outre, le Président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, a, récemment, chargé la Banque nationale de son pays de dé-dollariser l’économie nationale du Kazakhstan.

Cette tendance se généralise un peu partout. Mais, au milieu des propagandes anti-russes, les médias occidentaux préfèrent garder le silence, sur ces faits, en particulier, lorsque l'inflation est montée en flèche, aux Etats-Unis. Ces derniers mois, la proportion des obligations du Trésor américain, dans les réserves en devises étrangères de la Russie, a été réduite rapidement.

Pire encore, pour les Américains, de nombreux pays cherchent à exporter leurs réserves d'or à l’extérieur des Etats-Unis. Après le scandale de 2013, lorsque la Réserve fédérale américaine a refusé de retourner les réserves d'or allemandes au gouvernement de Berlin, les Pays-Bas, ont décidé de récupérer leur or et de les sortir des Etats-Unis. Il est évident que la prise de telles décisions, par divers pays, donnera un coup très dur à l’économie américaine.

Tout cela indique que le monde ne veut plus compter sur le dollar américain. Dans ces circonstances, Washington mise sur la politique de l'approfondissement des déstabilisations régionales, qui, conformément à la stratégie de la Maison Blanche, doit conduire à un affaiblissement considérable de tous les rivaux potentiels des Etats-Unis.

commentaires

Haut de page