Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les dépenses très bongo-bongo de la soeur du président gabonais (Canard Enchaîné)

par Le Canard Enchaîné 18 Février 2015, 18:44 Gabon France Françafrique Pascaline Bongo Ali Bongo Omar Bongo

Les dépenses très bongo-bongo de la soeur du président gabonais
Canard Enchaîné, le 18.02.15
Les dépenses très bongo-bongo de la soeur du président gabonais (Canard Enchaîné)

De Paris à Libreville, Pascaline Bongo s'est fait livrer des tonnes de camelote. Pour un demi-million d'euros qu'elle a oublié de payer...

Après les "biens mal acquis", au tour des biens mal payés. Et même pas payés du tout !
Pascaline Bongo, soeur d'Ali, l'actuel président du Gabon, et fille aînée d'Omar, ex-chef de l'Etat et ex-pape de la Françafrique, ces dernières années, a laissé une ardoise de près d'un demi-million d'euros à la PME française Blue Mendel. Qui avait pour mission de lui expédier, de Paris à Libreville, des tonnes de camelote en tout genre. Comme en témoignent les factures sur lesquelles "Le Canard" a mis le bec, la dame a, il est vrai, de ros besoins.

François Hollande, qui a accueilli le président gabonais le 6 février à Bercy, à l'occasion du Forum franco-africain pour une croissance partagée, suit "avec attention" ce déifférend, qui doit se régler le 17 mars devant le Tribunal de Paris et porte sur 453 300,60 euros de factures impayées entre le 29 janvier 2013 et le 1er avril 2014. De 2008 à 2012, pourtant, tout allait bien. Pascaline commandait par SMS, le dirigeant de Blue Mendel accusait réception et expédiait. Puis Pascaline - ou l'une de ses sociétés, voir la présidence gabonaise - casquait.

Des factures en bouquet

Soudain, sans raison ni explication, les factures n'ont plus été honorées, au point "de mettre en danger la vie de Blue Mendel", selon l'avocate de la PME, Caroline Wassermann. Pascaline Bongo est pourtant l'ex-intendante de son père et son exécutrice testamentaire. Mais, depuis que la justice française enquête sur les biens mal acquis en France par plusieurs chefs d'Etat africains, le règlement de la succession de feu Omar est bloqué, et les cordons de la bourse se resserrent. Pauvre Pascaline...

Lire la suite dans Le Canard

commentaires

Haut de page