Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Obama cherche “islamistes modérés” anti Daesh (Mondafrique)

par Philippe Duval 18 Février 2015, 22:25 USA Obama EI Rebelles Modérés Islamistes Syrie

Obama cherche “islamistes modérés” anti Daesh (Mondafrique)

Les Etats-Unis vont former dans les prochains mois des "opposants syriens modérés" qui seront chargés de combattre Daesh et accessoirement le régime d'Assad. Et le Qatar, la Turquie et l'Arabie Saoudite devraient accueillir les 5000 "stagiaires" !

La nouvelle pourrait prêter à sourire si elle n'était pas annonciatrice de nouveaux flots de sang et de larmes sur cette région martyre qu'est le Moyen-Orient. Les Etats-Unis vont former dans les prochains mois des "opposants syriens modérés" qui seront chargés de combattre Daesh et accessoirement le régime d'Assad. Trois pays ont été choisis pour accueillir les camps d'entraînement: le Qatar et l'Arabie Saoudite, deux paisibles démocraties qui refusent de financer le terrorisme islamiste international, où les droits de l'homme (et des femmes) sont jalousement protégés, et la Turquie qui, dans un passé très récent, a préféré fermer les yeux sur l'expansion de Daesh à sa frontière plutôt que de favoriser la résistance des ennemis séculaires, les Kurdes. Objectif affiché par les Américains, former 5000 syriens dès la première année avec l'aide de quelques centaines de leurs conseillers militaires. Une initiative qui pose les questions suivantes :


1- Qu'est ce qu'un "opposant modéré"? Littéralement, c'est un opposant qui use de modération dans son opposition? Le concept est traditionnellement utilisé pour qualifier des adversaires qui respectent le jeu démocratique. Un opposant armé, qui utilise donc la force pour s'imposer, ne peut donc être modéré. En fait, ce n'est pas la modération dans l'usage des armes que les Américains réclament, mais dans l'exercice de la religion musulmane. Sans le dire clairement. Car alors, on pourrait les accuser de vouloir peser sur la conscience des futurs combattants, ce qui est contraire aux principes de ce grand pays épris de liberté. D'où ce concept fumeux et ces non-dits qui ont donné les résultats que l'on sait en Syrie où l'opposition dite modérée a été engloutie par Daesh.


2. Un "opposant modéré" peut-il être formé par un pays qui ne l'est pas? L'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, qui accueilleront les futurs camps d'entraînement, sont les trois plus sûrs alliés des Etats-Unis dans la région. Les deux premiers, places fortes du salafisme, sont régulièrement accusés de sponsoriser le terrorisme du même nom, notamment en Afrique. Et d'être les inspirateurs des islamistes radicaux. On peut donc douter de leur capacité à former des "opposants modérés". La Turquie, elle, s'engage dans cette aventure pour réduire l'influence des Kurdes, actuellement la seule force au sol capable de s'opposer à Daesh.

3. Que cherchent les Américains? Leur objectif est évidemment de renforcer leur influence dans une région qu'ils ont déstabilisée par leur intervention en Irak, à établir un leadership sur le monde musulman, mis à feu et à sang par les guerres en Afghanistan ou en Libye. Et aussi, à affaiblir la Russie, dernier allié d'Assad. Une obsession qui se manifeste aussi par un soutien forcené au régime ukrainien, et qui risque de provoquer une guerre désastreuse aux frontières de l'Europe.


4. Que font la France et les Européens? Face à la domination américaine, l'Europe, qui ne possède ni défense, ni diplomatie commune, ne pèse rien. La France, qui tente parfois de faire entendre sa voix, a pieds et mains liées par son adhésion décidée par Sarkozy à l'Otan. Les Etats-Unis font donc ce que bon leur semble sans en référer à leur alliés européens. Dernier exemple en date. Obama va opposer une fin de non recevoir à Bernard Cazeneuve qui demande aux quatre multinationales américaines dominant le net d'agir d'empêcher la diffusion quotidienne de dizaines de milliers de messages de haine et de mort par Daesh. Le président américain refuse de mettre en oeuvre des mesures coercitives comme celles prises contre la pédo-pornographie et la pédophilie et prépare une vaste offensive de contre-propagande qui fera appel à des spécialistes de la vie privée.

Agir sur les consciences, OK, mais à condition que cela ne se sache pas!

commentaires

Haut de page