Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Renversement de Kadhafi. Selon le Washington Times, la guerre menée par l'administration Obama en Libye a renforcé les groupes terroristes liés à Al-Quaïda

par Sam La Touch 2 Février 2015, 23:02 Articles de Sam La Touch Libye Al-Quaïda USA Hillary Clinton Obama Kadhafi Américafrique


Des rapports des renseignement secrets libyens datant de 2011 montrent que des officiels du gouvernement Libyen s'inquiétaient des armes livrées aux rebelles liés à Al-Qaïda et soutenus par l'OTAN lors de la guerre qui a mené à l'éviction du président Mouammar Kadhafi à l'instigation du tandem formé par Hillary Clinton et Barack Obama.

En effet, le Washington Times a rapporté lundi que des rapports confidentiels obtenus par le journal indique que les Libyens redoutaient la livraison des armes distribuées aux rebelles anti-Kadhafi par les "Occidentaux ou leurs alliés dans la région".

Le rapport signale qu'il y avait des "liens étroits entre Al-Quaïda, les djihadistes et l'opposition en Libye".

Selon le Washington Times, le renseignement libyen inclus une liste de 16 pages concernant des armes qui auraient été fournies aux rebelles avec la crainte que ces armes finissent aux mains des groupes extrémistes qui continuaient d'effectuer des campagnes de terrorisme dans la région.

L'article du Washington Times n'apporte pas de détails explicites sur l'origine du document, mais allègue qu'il a été préparé en anglais afin qu'il puisse être transmis aux responsables US. Un "agent du renseignement étatsunien familier avec ce type de documents" et un ancien membre du régime officiel de Kadhafi ont corroboré son contenu, selon Jeffrey Scott Shapiro, auteur de l'article.

Selon Shapiro, le rapport dénonçait un plan visant à rapprocher les extrémistes et les rebelles anti-Kadhafi avec l'alliance de l'OTAN.

"L'OTAN a donné la permission à un certain nombre d'avions chargés d'armes, d'atterrir à l'aéroport de Benghazi et également dans quelques aéroports tunisiens," déclare Shapiro en citant le document.

Selon The Washington Times, "Hillary Clinton, en course actuellement pour la présidence, a été la force motrice à l'intérieur de l'administration Obama pour encourager une intervention militaire dans le but de renverser Kadhafi en Libye. Les derniers documents et enregistrements audios obtenus ces derniers temps sont susceptibles de donner des arguments aux Républicains au Capitole concernant la question de savoir si elle avait un plan adéquat et si ses efforts ont abouti à la tragédie de Benghazi un an plus tard (assassinat de l'ambassadeur des USA) et à l'anarchie générale et le chaos qui ont saisi la Libye depuis".


Le Times a rapporté la semaine dernière que le renseignement étatsunien "ne soutient pas l'argument utilisé par Mme Clinton, selon lequel y avait un danger imminent d'un génocide organisé par le régime de Kadhafi, pour vendre la guerre en Libye. La communauté du renseignement, en fait, était venue à la conclusion inverse : que Kadhafi n'aurait pas oser risquer de provoquer l'indignation de l'opinion publique internationale en tuant des civils, même s'il avait l'intention d'écraser la rébellion dans son pays".

Le Times a également rapporté que "le Pentagone et un démocrate de premier plan se méfiaient de la prise de décision de Mme Clinton sur la Libye et qu'ils ont ouvert leurs propres conversations diplomatiques secrètes avec le régime de Kadhafi, avec le département d'Etat".

"Dans une conversation enregistrée à l'été 2011 entre des responsables libyens et un agent de renseignement expédié par le Pentagone, l'agent secret a déclaré à M. Ismael, qui servait à l'époque comme chef du personnel de Kadhafi, que les responsables US envisageaient de prendre une partie de ses avoirs monétaires gelés et de les envoyer aux rebelles".

(Audio)

"Je suis en contact avec certaines personnes importantes à Benghazi et ils m'ont dit que leur première utilisation de cet argent serait, d'acheter des armes, des mercenaires et de l'entraînement militaire" a déclaré l'agent de renseignement du Pentagone à M. Ismael le 24 juillet 2011.

Dans une conversation séparée avec Dennis J. Kucinich, un démocrate de l'Ohio, le fils aîné de Kadhafi, Seif, a déclaré au Congrès que les services secrets libyens avaient constaté que le Qatar, un allié majeur des États-Unis dans la région, facilitait les livraisons d'armes. Le Qatar a toujours fermement dénié avoir armé les rebelles.

"Les Qataris ont dépensé plus de 100 millions $ à ce sujet, et ils ont un accord avec les rebelles qu'à partir du moment où ils prendraient le pouvoir en Libye ils devraient les rembourser", a déclaré Seif Kadhafi à M. Kucinich dans une conversation enregistrée en mai 2011, selon le Washington Times.

URL de cet article : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2015/02/renversement-de-kadhafi-selon-le-washington-times-la-guerre-menee-par-l-administration-obama-en-libye-a-renforce-les-groupes-terroristes.html

commentaires

Haut de page