Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SwissLeaks : le diamantaire israélien d’Al-Qaïda était lié au Mossad (Panamza)

par Hicham Hamza 15 Février 2015, 18:18 Swissleaks Yalin Diamantaire Mobutu Afrique Al-Quaïda 11 septembre 2001 Terrorisme Suisse

INFO PANAMZA. Découvrez la stupéfiante connexion -passée sous silence dans l'affaire SwissLeaks- entre un trafiquant d'armes israélien, Al-Qaïda et le Mossad.

À l'insu de ses protagonistes, ce fut un grand moment de télévision.

Vendredi soir, sur le plateau du Grand Journal de Canal+, le malaise était presque palpable à l'écran.

Invité spécial du jour : Serge Michel, journaliste du Monde impliqué -avec une centaine de confrères à travers le monde- dans la révélation du scandale SwissLeaks (portant sur un vaste et occulte système d'évasion fiscale mis en place par la filiale suisse du groupe bancaire britannique HSBC).

SwissLeaks : le diamantaire israélien d’Al-Qaïda était lié au Mossad (Panamza)

Sa révélation, formulée sur un ton badin (et mise en exergue, le lendemain, par le site de Canal+) : un évadé fiscal, détenteur d'un compte à HSBC, était un polycriminel (trafiquant d'armes, de diamants et de drogue) israélien qui avait financièrement assisté le groupe terroriste Al-Qaïda à la veille des attentats du 11-Septembre.

SwissLeaks : le diamantaire israélien d’Al-Qaïda était lié au Mossad (Panamza)

Interlocuteurs visiblement embarrassés (à l'instar d'un membre médusé du public) qui enchaînèrent aussitôt -avec un ton désinvolte- sur des remarques ("Bien…") ou des questions ("Combien d'argent?") ineptes : l'animateur Antoine de Caunes, l'humoriste Sébastien Thoen et le chroniqueur politique Karim Rissouli.

Ni Natacha Polony ni Jean-Michel Apathie, chroniqueurs de l'émission, n'ont ensuite posé à Serge Michel (venu en compagnie de Louis Dreyfus et Gilles Van Koten, respectivement président du directoire et directeur de la rédaction du Monde) une question pourtant évidente : qui était exactement cet Israélien?

La consultation du site du Monde permet de répondre -partiellement- à cette interrogation : son nom est Shimon Yelinek.

SwissLeaks : le diamantaire israélien d’Al-Qaïda était lié au Mossad (Panamza)

Samedi 14 février, dans la soirée, le site du journal a discrètement publié- sans l'annoncer sur sa page Facebook- un article à son sujet. Le portrait expéditif brossé à l'antenne par Serge Michel y est plus développé.

Il faut également se réferer à un autre journal partenaire du Monde dans la divulgation du scoop SwissLeaks : L'Hebdo.

Jeudi 12 février, ce média suisse avait consacré un article complémentaire -et relayé vendredi, dans l'indifférence générale, sur Facebook- au sujet de Shimon Yelinek, ex-courtier israélien basé au Panama qui suscita déjà l'intérêt de la presse américano-latine en 2002/2003.

SwissLeaks : le diamantaire israélien d’Al-Qaïda était lié au Mossad (Panamza)

Contrairement à L'Hebdo, Le Monde évoque -sans s'y attarder davantage- l'identité du principal "collègue" de Yelinek, dénommé Ori Zoller et présenté comme un "ancien membre des forces spéciales israéliennes".

La réalité est plus complexe.

Propriétaire d'une agence de courtage (en armes à feu) basée au Guatemala, Zoller n'était pas seulement un ex-militaire israélien. Cet homme, également impliqué -comme Yelenik- dans le trafic de diamants avec Al-Qaïda- avait été exposé par l'Organisation des États américains : en janvier 2003, cet organisme avait publié un minutieux rapport d'enquête relatif à l'acheminement illégal d'armes du Nicaragua -via le tandem Zoller/Yelinek- à destination d'un groupe paramilitaire colombien d'extrême droite.

Zoller y fut cité comme un "ex-agent du renseignement israélien" et représentant (au Guatemala) de la société Israel Military Industries (une compagnie contrôlée par le gouvernement israélien) qui bénéficia encore, fin 2001, d'importants virements bancaires effectués depuis Tel Aviv.

En juin 2002, le Miami Herald (journal de la ville où séjournait régulièrement -dans l'hôtel Mariott- Yelinek) était plus incisif : selon une information rapportée par le quotidien Panama America et directement issue -via une source confidentielle- du Conseil de sécurité nationale du Panama, Zoller était encore un agent du Mossad durant son étroite collaboration (dans les années 1999-2001) avec Yelinek.

Résumons : Yelinek, l'Israélien qui assista financièrement -via un intermédiaire libanais et en amont des attentats de 2001- le réseau Al-Qaïda, était donc en relation -à travers son partenaire Zoller- avec le Mossad.

Une telle conjonction ne devrait pourtant pas surprendre les lecteurs fidèles de Panamza.

L'auteur de ces lignes a consacré un ouvrage à la connexion israélienne du 11-Septembre et, plus précisément, à l'implication -factuellement étayée- de la frange radicale de la mouvance américano-sioniste dans la genèse, l'éxecution et le camouflage de cette opération militaire israélo-américaine réalisée sous fausse bannière.

Constat inquiétant sur la liberté de la presse : dans la France de 2015, les faits bruts à ce sujet -et non de prétendues "théories du complot"- sont généralement passés sous silence -ou édulcorés- par les chasseurs de conspirationnistes et leurs idiots utiles sur les réseaux sociaux.

Pour conclure cet article, un élément singulier -relatif à l'environnement israélien, mafieux et barbouzard dans lequel évoluait Shimon Yelinek- mérite ici d'être souligné. Le chapitre 2 de mon ouvrage Israël et le 11-Septembre : le grand tabou est consacré à un rapport méconnu du FBI -finalisé en 2005.

Rappel préliminaire des faits, déjà évoqués, à maintes reprises, par Panamza :

Cinq Israéliens ont été arrêtés par la police du New Jersey, le 11 septembre 2001, pour avoir manifesté une joie incongrue à la vue du crash du premier avion dans le World Trade Center.

Après 71 jours de détention, ils seront renvoyés à Tel Aviv. Certains médias locaux, comme The Record, rapporteront l’incident et révéleront par la suite, telle la revue de la communauté juive new-yorkaise dénommée The Forward, que deux d’entre eux étaient des agents du Mossad sous couverture.

Question : pourquoi des employés des services secrets israéliens avait-ils exprimé leur jubilation, en se prenant en photo, devant la Tour nord embrasée du World Trade Center ?

Cette arrestation n’est que le sommet de l’iceberg : environ 200 Israéliens, déguisés en étudiants en art ou en vendeurs de jouets et soupçonnés d’espionnage, ont été arrêtés sur le sol américain, autour de la date du 11 septembre 2001.

Plus étrange : certains d’entre eux étaient domiciliés à proximité des futurs « pirates de l’air » présumés.

Extrait, à propos du rapport du FBI, de mon livre dans lequel est mentionné -incidemment- une anomalie aujourd'hui significative :

SwissLeaks : le diamantaire israélien d’Al-Qaïda était lié au Mossad (Panamza)

Hicham Hamza

Haut de page