Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un proche de Coulibaly en couple avec une sous-officier de la Gendarmerie (Le Point)

par Le Point 3 Février 2015, 19:12 France Terrorisme Coulibaly Service de renseignement Sous-officier Gendarmerie

Selon "Le Canard enchaîné", un homme de l'entourage de Coulibaly, recherché pour trafic d'armes, était fiancé avec une sous-officier femme agent du renseignement.

Amar R., un individu recherché pour trafic d'armes, avait été suivi par les enquêteurs de la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) dès le lendemain de l'assassinat par Amedy Coulibaly de la policière municipale à Montrouge. Quelques heures avant la prise d'otages de l'Hyper Cacher, Amar R. est vu en compagnie de l'assassin.

Selon Le Canard enchaîné à paraître mercredi, le service de renseignement avait poursuivi la filature d'Amar R. et constaté qu'il avait ses entrées au fort de gendarmerie de Rosny-sous-Bois (93). Sa fiancée, selon l'hebdo satirique, est sous-officier du renseignement dans ce centre d'élite de la gendarmerie. Amar R. a pu entrer et sortir de cette forteresse avec et sans sa compagne. Il faisait pourtant l'objet d'un mandat d'arrêt européen. Il a finalement été interpellé le 23 janvier. Jusqu'à présent, sa fiancée n'a pas été inquiétée.

"Nous n'avons pas constaté de faute professionnelle"
Contacté par Le Point, le général Denis Favier, directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN), a tenu à tempérer l'information : "Certes, il y a bien eu un contact entre les deux personnes, mais à ce stade de l'enquête, confiée à la police judiciaire de la préfecture de police, il n'y a rien à reprocher à la sous-officier de la gendarmerie. Nous n'avons pas constaté de faute professionnelle. Il existe une stricte séparation entre enquête de police et de gendarmerie. Nous ne pourrons tirer des conclusions qu'à la fin de l'enquête de la PJ."

En 2014, deux jeunes gendarmes du fort de Rosny avaient été détectés comme des éléments radicaux. Ils avaient programmé un voyage en Syrie. Ils ont depuis quitté la gendarmerie. Ce sont les rares cas qu'avaient pu déceler les services de renseignement après que Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a réclamé à ses services une enquête sur la radicalisation au sein des forces de l'ordre, ainsi que Le Point l'avait révélé il y a quelques mois.

commentaires

Haut de page