Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au secours, les chaines d’info continue sont devenues folles ! (Mondafrique)

par Philippe Duval 26 Mars 2015, 11:26 France Chaînes d'info Médias

Elles ont encore frappé, ces chaînes d'info continue, atteintes d'obsession monomaniaque, un délire psychiatrique qui les conduit à ne plus s'intéresser qu'à un seul sujet, et de préférence une catastrophe naturelle ou un attentat. Mondafrique a recensé les événements en Afrique et au Maghreb qui, du coup, sont hélas passés inaperçus.

La semaine dernière, le télespectateur avait eu droit à un feuilleton ininterrompu sur l'éclipse. Un bide total à cause d'une couverture nuageuse, pourtant prévue par les météorologistes. Rebelote avec la marée du siècle où des commentateurs ébahis, souvent plantés au même endroit, découvraient en direct que la mer descend et remonte, parfois à la vitesse d'un cheval. Rien de tel qu'une bonne catastrophe pour remonter une audience en berne.

Un vide abyssal

Elle est tombée du ciel, ce 24 mars, avec la mort des 150 passagers d'un Airbus qui s'est écrasé dans un massif sud-alpin. Aucun témoin direct du drame, pas la moindre image de l'accident, bref, pour les chaînes d'info continue, rien à se mettre sous la dent. On s'est donc rabattu sur un bataillon d'experts qui ont défilé, passant d'une chaîne à l'autre, pour meubler l'antenne. Chacun délayant son hypothèse, parlant pour ne rien dire d'autre que le télespectateur avait les oreilles déjà mille fois rebattues. Bref, un vide abyssal et dans les premières heures, même pas une info pour faire vibrer la fibre compassionnelle, si chère à ces nouveaux médias, puisqu'on on ignorait tout des victimes du crash. Et pourtant, ils ont tenu l'antenne et le monde s'est arrêté sur ce drame. Oubliée la campagne électorale en France, exit les événements qui font l'actualité quotidienne sur la planète. On pouvait passer d'une chaîne à l'autre, les écrans étaient arrêtés sur les mêmes images, les mêmes gueules d'experts.

Ce n'est pas la première fois que l'information télévisée atteint un tel délire monomaniaque. On pourrait citer des dizaines d'exemples. Parmi eux, le tsunami japonais et l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima le 11 mars 2011, une catastrophe majeure, avait submergé l'actualité mondiale pendant plusieurs jours, réduisant au chômage les envoyés spéciaux qui couvraient les révoltes arabes ou la guerre civile en Côte d'Ivoire.

Nicolas Sarkozy, d'ordinaire plus soucieux de recueillir une grande écoute médiatique, avait choisi ce moment pour reconnaître, sur les conseils de Bernard Henry Lévy, un groupe de rebelles libyens à la représentativité douteuse et annoncer son intention de bombarder la Libye. Ces annonces avaient évidemment été englouties par le raz-de-marée japonais. Elles auraient dû provoquer un débat dans l'opinion française et on aurait pu peut-être éviter une autre catstrophe, celle d'un pays livré au terrorisme qui menace aujourd'hui directement l'Europe.

Le monde ne s'est pas arrêté de tourner avec la catastrophe de l'Airbus allemand. Et parmi les événements qui se sont produits et qui ont été passés sous silence par les médias français, certains d'entre eux sont peut-être annonciateurs du futurs bouleversements. Mondafrique, qui comme son nom l'indique s'intéresse à l'Afrique, vous livre les infos du continent dont personne n'a parlé durant ces deux jours. Une séance de rattrapage. A vous de faire le tri.

Les infos dont on n'a pas parlé

Burkina Faso. Un juge d'instruction a été saisi dans l'affaire Thomas Sankara, président du Burkina Faso assassiné en 1987 lors d'un coup d'Etat, dont les proches demandaient depuis des années la réouverture du dossier. Son assassin présumé, Blaise Compaoré, est réfugié en Côte d'Ivoire dans une villa que lui a prêté son ami Alassane Ouattara

Angola. Le procès du plus célèbre opposant au régime angolais s'est ouvert mardi à Luanda.Le journaliste militant Rafael Marques est poursuivi pour dénonciation calomnieuse par sept généraux, dont le bras droit du président angolais José Eduardo dos Santos.

Libye. Au moins sept militaires libyens ont été tués mardi dans deux attentats suicide à la voiture piégée contre l'armée dans la ville de Benghazi le jour même où l'ONU offrait un plan de sortie de crise pour ce pays enfoncé dans le chaos.

Guinée. Les chefs des trois principaux partis d'opposition guinéens ont menacé mardi dans une déclaration commune signée à Paris de porter dans la rue leur combat contre le pouvoir du président Alpha Condé qui a, selon eux, perdu "toute légitimité".

Sénégal. La défense de l'ex-ministre sénégalais Karim Wade s'est pourvue devant la Cour suprême contre sa condamnation à six ans de prison, tandis que son père, l'ex-président Abdoulaye Wade, a appelé ses partisans à un rassemblement vendredi

Ebola: Les écoles fermées depuis huit mois en Sierra Leone pour cause d'Ebola rouvriront le 14 avril, soit deux semaines après la date initialement annoncée.

Maroc. Fort de ses opérations antijihadistes mais aussi de son encadrement du champ religieux, le Maroc veut s'afficher comme un maillon fort de la lutte antiterroriste après l’attaque de Tunis, qui ravive les craintes d’attentats au Maghreb.En 12 ans, de 2002 à 2015, le Maroc a démantelé 132 "cellules terroristes" et arrêté 2.720 suspects.

Tchad. La justice tchadienne a condamné mercredi à la réclusion à perpétuité, pour "assassinats" et "tortures", sept responsables de la sinistre police politique de l'ex-président tchadien Hissène Habré, renversé en 1990, qui attend son procès pour crime contre l'humanité à Dakar.

Afrique. Les investisseurs internationaux se montrent unanimement optimistes sur l'avenir de l'économie africaine, une large majorité d'entre eux comptant y investir davantage en 2015, selon une enquête diffusée mardi par Havas Horizons.L'afro-optimisme est désormais ancré dans les esprits, un optimisme que ni Ebola, ni le terrorisme, ni les conflits ne viennent entamer....

Eléphant. Si de très énergiques mesures ne sont pas prises immédiatement, l'éléphant d'Afrique pourrait à court terme disparaître à l'état sauvage, victime du braconnage pour l'ivoire, ont averti des experts réunis lundi au Botswana pour tenter de sauver cet emblématique géant."Dans cinq ans, il sera peut-être trop tard pour sauver cet animal magnifique", affirment-ils...

commentaires

Haut de page