Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des bombardiers stratégiques russes bientôt déployés en Crimée pour des manoeuvres (AFP)

par AFP 17 Mars 2015, 19:52 Russie Crimée Bombardiers Nucléaire Tupolev 22-M3 Iskander-M Missiles

Des bombardiers stratégiques russes bientôt déployés en Crimée pour des manoeuvres (AFP)

La Russie va déployer des bombardiers stratégiques en Crimée, a affirmé mardi une source au sein du ministère de la Défense, un an après l'annexion de la péninsule par la Russie.

"Prenant part à des exercices imprévus d'aptitude au combat, des bombardiers stratégiques Tupolev 22-M3 seront déployés en Crimée", a affirmé cette source sans donner de date précise.

Le déploiement de ce bombardier supersonique à long rayon d'action, capable d'emporter l'arme nucléaire, intervient dans le cadre de manoeuvres militaires massives ordonnées par le président russe Vladimir Poutine, qui comprennent notamment le déploiement dans l'Arctique de près de 40 000 soldats.

Toujours dans le cadre de ces manoeuvres, la Russie a déployé mardi des batteries de missiles Iskander-M dans l'enclave occidentale de Kaliningrad, frontalière de la Pologne et de la Lituanie, et mis en état d'alerte maximale ses divisions aéroportées basées à Pskov, près de la frontière avec la Lettonie et l'Estonie.

La semaine dernière, l'armée russe avait déjà entamé des manoeuvres de grande ampleur dans plusieurs régions, déployant notamment 8 000 artilleurs en Crimée et dans le sud-ouest, près de la frontière avec l'Ukraine.

Moscou a plusieurs fois répété sa volonté de voir ses Tupolev 22-M3 être basés en Crimée, où existe une importante base navale russe, à partir de 2016.

Lundi, l'Union européenne a réaffirmé sa condamnation de "l'annexion illégale" de la péninsule et s'est dite inquiète de sa "militarisation croissante", par la voix de sa chef de la diplomatie, Federica Mogherini.
La Crimée célèbre jusqu'à mercredi, décrété jour férié dans la région, le 1er anniversaire de son "retour" dans le giron russe, un an après le référendum controversé qui justifia son annexion par la Russie.

commentaires

Haut de page