Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Encore une volte-face de Netanyahou que les États-Unis [et l'Europe] ignoreront (Moon of Alabama)

par Moon of Alabama 13 Mars 2015, 14:22 USA UE Israël Netanyahu Palestine Palestiniens

Le Premier ministre israélien Netanyahou doit faire face à deux publics différents. Un public étranger qui parraine et protège sa colonie raciste d’Européens de l’Est (connue sous le nom d’Israël, ndt) en Asie de l’Ouest (en Palestine pour être précis, ndt) et les colons eux-mêmes (les Israéliens donc, ndt) qui votent pour lui.

Cela exige une rhétorique assez tortueuse et engendre des couacs intellectuels.

Pour attirer les électeurs, Netanyahou doit affirmer que les terres occupées ne seront jamais rendues à leurs propriétaires légitimes. Pour recevoir le soutien des États-Unis, il doit promettre que la terre volée sera restituée. Ces positions sont d’autant plus difficiles à unifier que Netanyahou les soutient toutes les deux en même temps.

Netanyahou dit qu’Israël ne cédera pas de terre aux Palestiniens :

« JERUSALEM (AP) – Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a déclaré dimanche qu’Israël ne cédera aucun territoire du fait de la conjoncture actuelle au Moyen-Orient, semblant exclure la création d’un État palestinien. »

« Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a déclaré que tout territoire évacué tomberait dans les mains d’organisations extrémistes et terroristes islamiques soutenues par l’Iran. Par conséquent, il n’y aura ni concessions ni retrait. C’est tout simplement inconcevable, » lit-on dans un communiqué publié par son parti, le Likoud.
Le bureau de Netanyahu a précisé que cette déclaration reflétait la position que le premier ministre défendait depuis longtemps.

Netanyahu dit qu’Israël ne cédera pas de terre aux Palestiniens, bien que les rapports archivés prétendent l’inverse.

« Le premier ministre Benjamin Netanyahou a dit qu’Israël ne cédera pas de territoire en raison de la conjoncture actuelle au Moyen-Orient, semblant exclure la création d’un Etat palestinien ; cette déclaration contredit son célèbre discours de Bar Ilan en 2009 dans lequel il s’était clairement engagé à soutenir la solution de deux États.

La déclaration de Netanyahou suit la diffusion par Ynet d’une liste secrète de concessions faites aux Palestiniens par Netanyahu lors de son précédent mandat, concessions qui sont en contradiction flagrante avec le discours actuel de Netanyahu. »

Bibi explique pourquoi il rejette la solution des deux États.

Finalement, dimanche après-midi, après une série de versions contradictoires en provenance du siège du Likoud, Netanyahu a dit dans une conférence de presse que le discours de Bar-Ilan « n’était vraiment plus pertinent, à la lumière de la réalité actuelle au Moyen-Orient. »

A la minute où la déclaration ci-dessus est sortie dans les médias, Netanyahou a reçu l’ordre de rétropédaler. Le résultat :

Netanyahu nie avoir reculé sur la solution à deux états.

Le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a nié l’information de dimanche selon laquelle il avait pris ses distances avec son engagement de 2009 de rechercher une solution pacifique à deux États avec les Palestiniens.

Netanyahu « n’a jamais dit une chose pareille », a déclaré son bureau dans un communiqué en réponse aux informations diffusées.

C’est sûrement le même bureau de Netanyahou qui avait confirmé peu avant ses déclarations.

Mais Netanyahou tient-il vraiment ces deux engagements inconciliables en même temps ?

The Jewish Daily Forward, qu’on ne peut suspecter de colporter le Protocole des Sages de Sion, propose une réponse à cette question. Netanyahou, comme d’autres Israéliens, ment tout simplement aux Américains :

« La plupart des Israéliens pensent que les Américains sont pro-israéliens et que nous pouvons leur vendre tout ce que nous voulons, en particulier la boue de la Mer Morte », a dit David Lifshitz, l’auteur principal du spectacle de comédie israélienne « Eretz Nehederet » ou « Merveilleux Pays. »
« Ou – de la boue ordinaire avec une étiquette ’Mer Morte’ dessus. »

Mais il n’y a pas que les touristes américains que beaucoup d’Israéliens trouvent crédules. La politique étrangère américaine n’est pas mieux considérée, alors même qu’Israël reçoit des milliards de dollars d’aide étrangère des États-Unis chaque année.

« Les Américains sont perçus comme des gens naïfs, surtout quand il s’agit du Moyen-Orient », a déclaré Uri Dromi, le porte-parole des gouvernements de Yitzhak Rabin et de Shimon Peres.

« Les Américains gobent tout ce que nous leur disons, » voilà ce que pensent les Israéliens. Et ils ont probablement raison. Le public américain peut être trompé indéfiniment et s’il devait un jour vaciller dans son soutien de la colonie, il suffirait de lui rappeler les valeurs partagées – pas si mystiques que ça -que voici :

Dimanche, dans un commentaire lapidaire, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman a préconisé de « couper la tête » des Arabes qui n’étaient pas loyaux envers Israël. « Ceux qui sont avec nous méritent le meilleur, mais ceux qui sont contre nous méritent d’avoir la tête coupée à la hache », a déclaré Liberman lors d’un meeting électoral, dimanche.

Couper des têtes ou anéantir tout un mariage avec des drones – quelle différence, après tout ?

commentaires

Haut de page