Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'argent du pétrole congolais dilapidé à Genève (DB)

par La Déclaration de Berne 5 Mars 2015, 15:12 Congo-Brazzaville Suisse Suissafrique Pétrole

Lausanne, le 2 mars 2015 - Une enquête inédite de la Déclaration de Berne (DB) révèle comment le négociant suisse Philia profite d’avantages indus au détriment de la raffinerie publique congolaise, la Coraf, administrée par le fils du président, le très notoirement corrompu Denis Christel Sassou Nguesso. Dépourvue de référence dans l’univers opaque du négoce, Philia a obtenu de «Kiki», sans appel d’offre et à des conditions douteuses, un contrat exclusif pour l’exportation de produits pétroliers. Cette affaire est emblématique des problèmes qui gangrènent le secteur des matières premières, en premier lieu les risques de détournement de la rente aux dépens de la population des pays producteurs.

L'argent du pétrole congolais dilapidé à Genève (DB)

ur la base de documents exclusifs, la DB a analysé le modèle d'affaires de Philia et les clauses d'un contrat, conclu en 2013, liant cette petite société de négoce à la raffinerie étatique de la République du Congo. Ce contrat et les factures en notre possession ne laissent aucun doute: Philia a bénéficié des largesses de la Coraf. Cette dernière offre notamment du financement gratuit à la firme genevoise, lui permettant au passage d'échapper aux procédures de conformité (compliance) que les banques mettent en œuvre avant d'accorder un prêt pour financer les transactions. Philia agit comme un pur intermédiaire entre la Coraf et les marchés internationaux, se contentant de revendre immédiatement ses cargaisons à des tiers, parmi lesquels d'autres négociants suisses. Elle empoche ainsi des profits substantiels sans fournir aucun effort logistique. Ces avantages ont permis à cette société aux mains d'un actionnaire unique de se faire une place dans l'aval pétrolier, sur le dos de la population congolaise.

Il faut dire que la Coraf est un véritable gouffre financier pour le trésor public congolais. Depuis trois ans, l'Etat ne perçoit pas un centime en contrepartie du pétrole qu'il octroie à la raffinerie. Le fait que celle-ci soit dirigée par le fils du président, qui contrôle l'intégralité des ventes de pétrole de cet Etat ultra-corrompu, n'y est sans doute pas étranger. Alors que la population vit dans la misère, Denis Christel Sassou Nguesso se distingue par ses dépenses faramineuses, minutieusement recensées dans le cadre de l'instruction menée en France de l’affaire dite des «Biens mal acquis». Il y a dix ans, un tribunal londonien montrait aussi comment il avait bradé, à son propre profit, d'importantes quantités de pétrole brut étatique revendues à Glencore et Vitol.

L'histoire de Philia raconte comment les contrats pétroliers peuvent être pipés dans les arcanes du pouvoir, tout en gardant les apparences de la légalité. La transparence des paiements et des contrats conclus entre les sociétés suisses et les entités étatiques permettrait de lutter contre le détournement de la rente par des élites corrompues. Le Conseil fédéral refuse toutefois d’adopter de telles dispositions pour les activités de négoce, en dépit des parts de marché importantes dont disposent les négociants suisses en Afrique sub-saharienne. La DB demande en outre la création d'une autorité de surveillance sectorielle, la Rohma, qui imposerait aux firmes des devoirs de diligence relatifs à leur chaine d'approvisionnement et à leurs partenaires d’affaires.

Plus d'informations dans notre rapport d'enquête (PDF, 6.2 MB) ou auprès de :

Marc Guéniat, Déclaration de Berne, +41.21 620 03 02, gueniat[at]ladb.ch

*Les menaces de Philia
En 2014, quatre rencontres ont eu lieu avec les dirigeants de Philia, qui ont aussi pu se positionner par écrit et relire la retranscription de leurs réponses. Malgré cela, plusieurs de nos questions sont restées sans réponse. Philia a par ailleurs tenté d’empêcher la publication de ce rapport par des procédures judiciaires. Elle a été déboutée sur deux de ses requêtes et a retiré les deux autres. Par avocats interposés, la firme genevoise a essayé vendredi encore de retarder la publication, indiquant notamment que Philia «ne cherch[ait] aucune publicité, son activité n'ayant pas de rapport avec le grand public». Nous estimons au contraire que les faits relatés ont un intérêt public indiscutable car les revenus générés par la vente du pétrole étatique congolais sont des biens publics.

Ce rapport est le résultat d’une enquête approfondie menée par DB sur les relations d’affaires privilégiées entre le négociant helvétique Philia et la société Congolaise de raffinage (Coraf), qui appartient à la Société nationale des pétroles congolais (SNPC), elle-même propriété de la République du Congo. Il montre que cette firme domiciliée à Genève a bénéficié d’un traitement de faveur de la part de la raffinerie étatique, aux dépens du Trésor public, et donc de la population congolaise.

commentaires

Haut de page