Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ex-patron du MI6 annonce la couleur : la guerre contre la Russie ne fait que commencer (Réseau International)

par Réseau international 3 Mars 2015, 05:38 Russie Guerre Grande-Bretagne MI6 John Sawers

John Sawers, patron du MI6 jusqu'en Novembre 2014, annonce clairement les choses, sans langue de bois ni faux semblants, avec le cynisme et la morgue qui caractérisent les dirigeants et hauts fonctionnaires britanniques. Pour lui, la Russie représente une menace pour la Grande-Bretagne. « Le danger de la Russie est imminent », dit-il, selon la chaine de télévision al-Arabiya.

Le fait que Moscou soutienne les indépendantistes de Novorussie est, selon Sawers, une preuve claire de « l'ambition de la Russie d'accroître son influence dans les Balkans au détriment des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne ». Notez bien qu'il dit « au détriment des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne ». Ni l'Allemagne, ni la France, ni même l'UE ne sont concernées dans cette histoire. Il s'agit bien de sauvegarder des intérêts extra européens, disons anglo-saxons pour faire court.

« Le gouvernement britannique est prêt à défendre ses intérêts. Il doit se préparer à une guerre par procuration tout comme ce qui se passe actuellement en Ukraine. Londres doit renforcer sa défense électronique, car la Russie essaie de développer son influence par de nouvelles méthodes sans entrer en confrontation frontale avec l'Occident », rajoute-t-il.

Il est à noter plusieurs choses dans ces déclarations faites par quelqu'un qui a dirigé le MI6 pendant 5 ans et qui n'est donc pas n'importe qui, bien plus près de la réelle gouvernance que bien des dirigeants mondiaux.

La première remarque est que Sawers ne parle jamais d'intérêts économiques. Il parle d'influence, donc d'hégémonie, là où tout le monde raisonne en termes économiques. C'est une politique constante des gouvernements britanniques au service de la Couronne, pour laquelle la très grande longévité de la reine actuelle est une bénédiction.

Combien de présidents, de premiers ministres ou de chanceliers la Reine Elisabeth a-t-elle vu se succéder dans tous les pays du monde ? Elle les a vu défiler les uns après les autres en un carrousel de ce que les peuples appellent « changements » ou même « révolutions » mais qui n'est que la perpétuation de ce dont elle est la gardienne : le libéralisme triomphant. Chef de l'exécutif de plusieurs pays à travers le monde, elle détient les clés de la planète, au service des banques, ou l'inverse, à moins qu'il ne s'agisse d'un pacte gagnant-gagnant.

La deuxième remarque nous mène au cœur des guerres que subit le monde depuis des décennies. Sawers avoue, sans ambages, que la guerre que la Grande Bretagne doit mener contre la Russie se fera par procuration. C'est bien ce qui s'est passé depuis toujours, et continue de se passer sous nos yeux.

Dans toutes les guerres actuelles, qu'elles soient pays contre pays ou par mercenaires interposés, on retrouve l'empreinte de ceux qu'on appelle généralement les anglo-saxons, qui ne sont en fait que les britanniques utilisant au maximum, en les mettant en avant au besoin, leurs premiers proxies qui forment le bloc dit « anglo-saxon ». Rompue à ce jeu depuis des siècles, la Grange Bretagne en est maintenant à créer des proxies de proxies, comme on le voit au Moyen-Orient. Israël lui-même est un de ses proxies.

La dernière remarque est le constat amer de John Sawers selon lequel la Russie refuse de se laisser entrainer dans une confrontation avec l'Occident, et qu'elle semble vouloir jouer le même jeu que la Grande Bretagne, ce qui est inacceptable. Puisque Moscou ne veut pas d'une guerre frontale, il faudra lui imposer une guerre asymétrique par procuration. Autant dire que ce n'est pas demain que l'Ukraine retrouvera la paix. Le tour des pays baltes, de la Pologne et des autres pays voisins ne tardera pas à venir, à moins que la Russie et ses alliés ne trouvent des solutions pour enrayer la machine.

Avic

commentaires

Haut de page