Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La justice française est saisie de l’affaire des origines d’Ali Bongo (MdP)

par Fabrice Arfi 17 Mars 2015, 18:43 France Gabon Ali Bongo Justice française Origine Omar Bongo Françafrique

Le procureur de Nantes tient peut-être entre ses mains l’avenir politique du Gabon. Le magistrat a été saisi de l’affaire des origines du président Ali Bongo. Un dossier explosif au Gabon, sur le plan des institutions ou d’un point de vue financier, à un an de l’élection présidentielle.

Le procureur de la République de Nantes tient peut-être entre ses mains l’avenir politique du Gabon. Le magistrat a officiellement été saisi en début d’année de l’affaire des origines du président en exercice Ali Bongo, selon des informations recueillies par Mediapart. Il s'agit d’un dossier explosif au Gabon, que ce soit sur le plan des institutions ou d’un point de vue financier, à un an de l’élection présidentielle.

Ali est-il vraiment, comme il le prétend, le fils naturel d’Omar Bongo, l’ancien dictateur gabonais décédé en 2009 ? La question agite depuis plusieurs années le Gabon, l’opposition soupçonnant l’actuel chef de l’État d’avoir triché sur ses origines. Né officiellement le 9 février 1959 à Brazzaville, alors sous gouvernorat français, Ali Bongo serait en réalité né au Biafra avant d’avoir été adopté à la fin des années 1960 par Omar Bongo – donc non gabonais. Cette thèse a récemment été défendue par l’écrivain et journaliste Pierre Péan, dans son ouvrage Nouvelles Affaires africaines (Fayard).

Au-delà des relents xénophobes qu’elle suscite parfois chez certains nationalistes gabonais, cette polémique soulève aussi de vraies interrogations politiques, susceptibles de remettre en cause l’élection présidentielle de 2009 et de compliquer celle de 2016. La Constitution du pays stipule en effet que « toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise ne peut se présenter comme candidat à la présidence de la République ». La réalité de la filiation peut également perturber l’héritage d’Omar Bongo, une mine d’or dont les dessous révélés par Mediapart dévoilent un système de prédation de toute l’économie d’un pays d’une rare ampleur. Or, Ali est l’un des deux légataires universels d’Omar Bongo.

C’est dans ce contexte que l’une des 53 personnes à hériter d’Omar Bongo, Onaida Maisha Bongo Ondimba, a saisi le procureur de Nantes d’une demande de communication de l’acte de naissance d’Ali Bongo. Le raisonnement déployé par l’avocat de l’héritière, Me Éric Moutet, dans un courrier adressé au parquet le 14 janvier dernier, est simple : si Ali Bongo est né, comme il l’affirme, en 1959 à Brazzaville (Congo), alors les archives du registre de l’état civil – qui est domicilié à Nantes pour la France et ses anciennes colonies – doit logiquement contenir le document. Pour cause : en 1959, Brazzaville était sous administration de l’Afrique équatoriale française (AEF).

Sollicité par Mediapart, le parquet de Nantes a confirmé avoir été saisi de l’affaire – le dossier est référencé sous le numéro 2015/EC/817. « C’est toujours à l’instruction », fait-on savoir au parquet, sans autre forme de commentaire. Deux mois après la réception de la requête, la justice n’est donc toujours pas en mesure de dire si le document réclamé existe bel et bien.

D’après certaines indiscrétions de palais, l’affaire fait partie des dossiers sensibles « signalés » auprès du gouvernement français, au regard de ses possibles implications sur la vie politique gabonaise. Ceci expliquant peut-être cela.

Certains héritiers d’Omar Bongo nourrissent de véritables doutes sur la sincérité des déclarations d’Ali Bongo sur sa naissance. Au moment de la parution de Nouvelles Affaires africaines de Pierre Péan, la présidence gabonaise avait fait fuiter dans Le Monde un acte de naissance de la mairie de Brazzaville, qu’elle affirmait avoir découvert il y a peu, mais sur lequel pèsent aujourd’hui de très sérieux soupçons...

Lire la suite sur Mediapart

commentaires

Haut de page