Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le silence des médias sur le rôle destructeur des USA et de ses alliés atlantistes en Libye (BAR)

par Margaret Kimberley 4 Mars 2015, 05:00 Articles de Sam La Touch Libye Obama USA EI Hillary Clinton Médias Désinformation OTAN

Le silence des médias sur la Libye
Article originel : Media Silence on Libya
Par Margaret Kimberley
Black Agenda Report


Traduction libre SLT
Le silence des médias sur le rôle destructeur des USA et de ses alliés atlantistes en Libye (BAR)

"Ils ont utilisé la doctrine douteuse de la responsabilité de protéger, la R2P (Responsability to Protect), comme un moyen d'assassiner tranquillement"

En dépit de la croyance selon laquelle les USA jouiraient de la démocratie et d'une presse libre, les Etatsuniens ont très peu de démocratie réelle et sans doute les médias les pires du monde. Même les gens qui font des efforts pour être informés ne savent pas ce qui se passe au pays et à l'étranger à cause de la désinformation et des médiamensonges constants auxquels ils sont exposés par les mass médias. Ils agissent comme porte-parole de l'oligarchie au pouvoir au lieu de fournir une analyse et des informations pertinentes aux lecteurs et aux téléspectateurs. Le résultat abouti à des représentations erronées du monde, avec des mensonges présentés comme la vérité. La Libye est sans doute le dernier exemple des manipulations de la presse.

En 2011, les dirigeants de l'OTAN ont semblé avoir organisé le crime parfait. Durant cette année ils ont instrumentalisé le mouvement du "printemps arabe" comme couverture pour détruire la Libye, pour tuer son président, Mouammar Kadhafi, et livrer cette nation aux djihadistes soutenus par les monarques du Golfe Persique.


Le changement de régime était le seul objectif de leur agenda. Ils ont utilisé la doctrine douteuse de la responsabilité de protéger, la R2P, comme un moyen d'assassiner en paix. Ce n'était pas une conspiration mystérieuse. La secrétaire d'Etat étatsunienne, Hillary Clinton, a dit publiquement que son gouvernement voulait que Kadhafi soit mort. "Nous espérons qu'il pourra être capturé ou tué bientôt", a déclaré la diplomate si peu diplomatique. Après que l'acte ait été réalisé, elle s'est ouvertement vanté d'avoir tué un chef d'Etat dans un grand éclat de rire : "Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort."

Le gouvernement étatsunien a déclenché une course à la guerre tous azimuths au cours de son intervention et, à ce jour, les migrants africains et les Libyens à peau plus foncée risquent de se faire agresser et assassiner. La ville de Tawergha a été transformée en ruines et les habitants qui ont survécu à l'agression ont été forcés de fuir. Le premier président noir des Etats-Unis a été responsable de cette terreur.

2011, a été l'année où Barack Obama a fait ses choux gras d'une campagne de réélection diabolique en surfant sur une série de meurtres au Moyen-Orient. Oussama ben Laden, Kadhafi et le citoyen étatsunien Anwar al-Awlaki furent tous les victimes d'escadrons US, dans une violation flagrante du droit.

"Les migrants africains et les Libyens à peau plus foncée risquent des agressions et des meurtres."

A présent, la Libye fait à nouveau la Une de l'actualité et le passé très récent de l'implication atlantiste dans cette catastrophe n'est jamais mentionné par les mass médias. Lorsque l'Etat islamique (EI) a décapité 21 chrétiens égyptiens l'horreur a été déconnectée du rôle, de l'engagement et de l'implication US dans ce pays. L'assassinat de l'ambassadeur étatsunien en 2012 est instrumentalisé par les Républicains pour battre Obama, mais aucun d'entre eux ne remet en cause la question du principe même de l'implication étatsunienne là-bas.

La Libye est maintenant en ruine. Comme Vladimir Poutine l'a souligné, tout ce que les Etats-Unis touchent finira de la même façon. Ce pays autrefois prospère est maintenant entré dans une guerre civile tumultueuse, avec des chefs de guerre luttant pour leur propre compte tandis que l'EI utilise les médias pour répandre la peur et l'indignation. Rien de tout cela n'aurait eu lieu si l'OTAN n'était pas intervenue en Libye.

On ne peut pas savoir cela bien sûr si on se limite à suivre les informations des médias mainstream ou en lisant la presse généraliste. Le rôle des États-Unis dans la destruction de la Libye a été poussée dans le trou noir d'Orwell, de ne jamais être vu ou discuté à nouveau.


Les saccages de Boko Haram au Nigeria et les incursions djihadistes au Mali sont les conséquences de la chute du régime de Kadhafi. La mort a été répandue non seulement en Libye, mais dans toute la la région. Le meurtre de l'ambassadeur des Etats-Unis à Benghazi en 2012 était un présage que les djihadistes allaient réitérer leur attitude si caractéristique envers leurs bienfaiteurs. Maintenant les Libyens et les travailleurs migrants égyptiens paient le prix de agressions occidentales.


"Le pays autrefois prospère est maintenant dans une guerre civile tumultueuse, avec des chefs de guerre luttant pour leur propre compte."

Il est stupéfiant de voir la profondeur de la manipulation dirigée contre les gens de ce pays. Si le président appelle ouvertement au renversement d'un Etat souverain, les réseaux et les journaux feront les perroquets et répéteront chaque mot. Lorsque les projets touchent les pays du sud, il n'y a aucune remise en cause. Pas un de ceux qui l'ont soutenu en 2011 vont maintenant admettre leur rôle dans la catastrophe et la presse continue de répéter la version officielle comme le bon petit scribe qu'elle a toujours été.

L'histoire de l'EI a été ramené à un choc des civilisations et a porté sur la stigmatisation de l'Islam pour savoir si cette religion pouvait être une religion de paix. Les Musulmans peuvent être pacifiques ou guerriers, mais le rôle et l'implication US et le silence de la presse à ce sujet est absolument essentiel pour comprendre ce qui s'est réellement passé.

C'est là l'éternel problème. Ce n'est pas la première fois dans l'histoire qu'une administration dirige ce que les médias doivent rapporter et ne pas rapporter. Les journalistes savent avoir le petit doigt sur la couture du pantalon et être au garde à vous pour ainsi dire. S'ils veulent gardé un bon boulot et accéder aux hauts fonctionnaires, ils écriront ce qu'on leur demandera d'écrire. Ils ne vont pas s'écarter du script officiel ou dire des vérités qui dérangent, comme le rôle de soutien intense des Etats-Unis durant près de quarante ans aux djihadistes pour aboutir à ces nombreuses guerres plus tard.

Lorsque les prochaines vidéos d'immolation ou de décapitation réalisées par l'EI seront diffusées, l'histoire de l'implication US dans ce drame devra être révélée également. Mais personne ne doit s'attendre à ce que la presse traite de ces informations.

Les articles Freedom Rider de Margaret Kimberley paraissent hebdomadairement dans BAR, et sont largement reproduit ailleurs. Elle a un blog régulièrement mis à jour, ainsi que sur http://freedomrider.blogspot.com. Mme Kimberley vit à New York, et peut être contactée par e-mail à Margaret.Kimberley (at) BlackAgendaReport.com.

URL de cet article : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2015/03/le-silence-des-medias-sur-le-role-destructeur-des-usa-et-de-ses-allies-atlantistes-en-libye-bar.html

commentaires

Art 17/04/2015 19:21

C'est d'abord Sarkozy qui a détruit la Libye. C'est bien de s'en prendre aux États-Unis, mais...

Sam La Touch 17/04/2015 19:25

C'est juste ! Il s'agit d'un article traduit de BAR. Les médias étatsuniens libres tirent sur les US mais très peu de médias libres français tirent sur la France. Cherchez l'erreur...

Haut de page