Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

“Taisez vous, Elkabbach !”, BIS (Mondafrique)

par Jacques-Marie Bourget 26 Mars 2015, 14:34 Elkabach Medias Stéréoptypes Racialisme

“Taisez vous, Elkabbach !”, BIS (Mondafrique)
“Taisez vous, Elkabbach !”, BIS
Jacques-Marie Bourget
Mondafrique

"Taisez vous, Elkabbach", demandait, avant même 1981, feu le secrétaire général du Parti communiste français, Georges Marchais, à un Elkabbach inconditionnel de Giscard d'Estaing. L'apostrophe est toujours d'actualité avec un Elkabbach qui vient, sur Europe 1, d'inventer le délit d'origine géographique « Dans les noms que vous avez des passagers, y en a pas qui viennent d’endroits où on pourrait soupçonner qu’ils sont en mission suicidaire ? » (Sic)

« Dans les noms que vous avez des passagers, y en a pas qui viennent d’endroits où on pourrait soupçonner qu’ils sont en mission suicidaire ? »

Voilà une bonne question. Posée sur Europe 1 par Jean-Pierre Elkabbach à Alain Vidalies, le Secrétaire d’Etat aux Transports. Mais où sont donc « ces endroits », décrits par JPE, où des individus seraient « en mission suicidaire ? ». Il veut sûrement parler du Japon… Mais après 50 années d’une carrière de brosse à reluire, Elkabbach a maintenant les poils usés, et la mémoire a foutu le camp avec. Continuons notre enquête sur « des noms qui viennent d’endroits…. ». Au hasard j’en cite un, Elkabbach, voilà un patronyme d’origine arabe algérienne. Typiquement, selon JPE, un énergumène prêt à envoyer un avion contre la muraille… Pas vrai ?

"Des bougnouls à bord?"

Impossible d’imaginer qu’un journaliste aussi en vue puisse par sa question mettre injustement en cause tous les musulmans de la planète ? Pourtant ça doit être ça, le sens de l’interrogation adressée par JPE à Vidalies :

« Alors, dites-moi ? Il y avait des bougnoules à bord ? ».

Voilà une question claire. Comme on doit la poser à la radio. Ses oreilles préalablement débouchées par Zemmour et Houellebecq, l’auditeur comprend parfaitement quand les mots sont alignés comme ça.

Ce n’est pas grave. Le journalisme a été si déshonoré, et si souvent par toi mon JP, qu’il ne peut que remonter. Pour toi, en revanche, je suis inquiet. Aucun savant en cybernétique ne peut concevoir une machine capable de te remplacer. Toi, tu as la « human touch », tu es capable de choses incroyables. Comme de demander à Nicolas Sarkozy en 2012 de te fournir le nom d’un journaliste dont la charge sera de suivre Sarkozy Nicolas dans sa campagne… Cher Jean-Pierre, tu es indispensable et ton prêche aussi, parceque tu survis toujours, tu rebondis à tous les changements de régime, tu es éternel.

Et l'éternité, même en toc, c'est rassurant.

commentaires

Haut de page